The Forgotten City (PC, PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One)

 

Publié le Lundi 20 septembre 2021 à 12:30:30 par Luc Vidal

 

The Forgotten City (PC, PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One)

Loin d'être oubliable

imageDéveloppé pendant 4 ans par seulement 3 personnes, The Forgotten City est une reprise du mod à succès de Skyrim portant le même nom. Modern Storyteller et Dear Villagers nous proposent aujourd’hui un jeu complet, une version plus travaillée avec plus de contenu que son ancêtre.

Il s’agit avant tous d’un jeu narratif. Donc bien sûr, pas de spoil ici. On va juste situer le contexte. Dans The Forgotten City, vous êtes plongés dans le passé, à l’époque de l’empire Romain, dans une ville cachée d’où personne ne peut sortir. Cette ville est régie par une seule loi : la Règle d’or. Si un péché est commis par qui que ce soit, tous les habitants de la ville seront transformés en statues d’or. Durant le jeu, lorsqu’un péché est commis, contrairement aux habitants, vous retournez au début de la journée, et êtes le seul à vous rappeler de ce qu’il s’est passé. C’est donc à vous de trouver qui enfreindra la Règle d’or et vous avez le luxe de pouvoir recommencer à l’infini, en volant simplement un vase à un marchand, par exemple. Autant dire qu’il est tout simplement impossible d’être un gros bourrin dans ce jeu, puisque tuer qui que ce soit vous fait recommencer la journée.  


imageAlors, entrons dans le vif du sujet. Le plus important dans un jeu narratif est bien entendu son histoire. Qu’est-ce qu’elle donne ? Et bien, l’histoire de The Forgotten City est globalement intéressante et bien écrite, hormis quelques passages qui pourraient être résumés par « le scénario c’est par là ». On est libres de découvrir la ville comme bon nous semble, commencer par ce que l’on veut. Mais le jeu nous guide bien au début de la partie, ce qui évite que l’on se perde dans une masse d’informations initiales. Cependant, ce qui rend vraiment l’histoire bien écrite, ce sont ses personnages. Même lorsque vous êtes guidés, si vous vous arrêtez 5 min pour parler à quelqu’un sur le chemin, cela peut complètement changer votre vision de la situation. Chaque personnage de la ville peut vous apporter quelque chose, en fonction du moment et du contexte de votre rencontre, ou des informations que vous possédez déjà. Ce qui fait que, même lorsqu’on est un peu perdu, il suffit de parler à deux ou trois nouveaux personnages et on a une nouvelle piste. Enfin, le jeu ne fait pas toutes les déductions pour nous, on ne fait pas que suivre une trame narrative qui nous amène de points en points. C’est vraiment l’empilement d’informations qui va nous pousser vers certains personnages et nous créer des doutes, des mystères qu’il nous faudra éclaircir.

La mécanique de boucle temporelle est également bien exploitée, car connaître certains évènements et pouvoir les prévenir débloque de nouvelles branches narratives, et donc de nouveaux indices. L’histoire possède plusieurs fins qui dépendent des actions et choix du joueur, ainsi que de jusqu’où il a poussé son enquête. On peut finir la partie en 2 heures comme en 10. Cela offre de la rejouabilité pour les plus investis qui veulent découvrir toutes les facettes de cette histoire. Mais d'autres risquent de moins apprécier cette durée de vie relativement courte pour un jeu à 24,99€ (29,99€ sur consoles). Les rebondissements et surprises sont nombreux, ce qui pousse le joueur à poursuivre et à continuer de s’intéresser aux détails. Ce qui fait que l’on ne se sent jamais forcés de poursuivre notre enquête. Les informations sont faciles à trouver en réfléchissant un peu, mais vous n’avez pas non plus besoin d’avoir un tableau de liège à côté de vous pour connaître tous les tenants et aboutissants de l'histoire.

imageEn clair, le scénario du jeu fonctionne très bien. On peut l’aimer ou non, mais il pousse le joueur à prendre des décisions, à être actif. Le joueur ne fait pas que suivre une histoire, il doit se la dévoiler lui-même. Les dialogues, eux, sont un peu en-dessous. Ils ne sont pas mauvais, mais sonnent parfois plats et donnent rarement de la vie aux personnages. On dirait que ces derniers se contentent de dire leur texte.

Surtout que cela n’est vraiment pas aidé par l’un des plus gros problèmes du jeu : les animations faciales. Cela peut paraître un détail, mais lorsque la moitié du jeu consiste à parler à des personnages en gros plan, bien de face, ça l’est beaucoup moins. Les animations faciales sont presque inexistantes, et cela pose un problème pour l’immersion dans l’histoire. C’est dommage pour un jeu dont le plus gros point fort est justement son histoire.

imagePour ce qui est du reste de l’aspect graphique, le jeu propose une 3D assez vieillissante, mais qui est loin d’être horrible pour autant. On ressent l’héritage du mod de Skyrim, et certains passages donnent vraiment des impressions du cinquième volet des The Elder Scrolls. La lumière, en revanche, se démarque. Elle est vraiment travaillée et donne une ambiance très forte à beaucoup de scènes. Elle permet également d’avoir de très beaux panoramas et décors.

Les environnements sont également très plaisants. La ville est parsemée de statues d’or, vestiges de précédents habitants qui ont enfreint la Règle d’or. Le monde est donc original et déborde de narration environnementale, chaque statue donnant un indice sur l’instant de sa transformation. Les statues transforment les décors classiques d'empire Romain en lieux vraiment uniques, que l’on ne retrouve pas ailleurs. Cela contraste malheureusement avec l’aspect « non fini » des personnages et de leurs animations.

Le jeu souffre de quelques petits soucis techniques : la gestion des collisions est assez frustrante et le jeu peut geler une ou deux secondes lorsqu’on passe une porte (probablement pour charger ce qu’il y a derrière). Mais en dehors de ces quelques problèmes, l’expérience reste fluide.

En résumé, The Forgotten City est un jeu narratif au scénario très intéressant. Plus que dans la simple interaction avec l’histoire, on est dans l’action et la déduction. La découverte de l’intrigue du jeu se fait de manière très personnelle. Dans cette histoire complètement scriptée, le hasard joue quand même un rôle important, puisque le choix des personnages que l’on va interroger, des lignes de dialogues que l’on va choisir, des lieux que l’on va visiter va impacter notre compréhension et notre vision de la situation, et va donc influencer notre prochain choix. Ce hasard donne un côté très vivant et crédible au scénario. A côté de cela, le jeu souffre de quelques défauts qui ternissent l’expérience narrative. Mais The Forgotten City reste un très bon choix de jeu pour les amateurs de jeux narratifs et est un très bon contre-argument à ceux qui disent que « de toute façon, les jeux narratifs c’est juste des films interactifs ».

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

The Forgotten City (PC, PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - PS5 - Xbox Series

Editeur : Dear Villagers

Développeur : Modern Storyteller

PEGI : 16+

Prix : 24,99 €

Aller sur le site officiel

The Forgotten City (PC, PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0