Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds (PS3/Xbox 360)

 

Publié le Jeudi 3 mars 2011 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds

Des petits pains chauds

imageRéaliser un jeu de baston aujourd’hui est un véritable casse-tête. Si les développeurs ont réussi à moderniser le genre en offrant des personnages et des décors 3D tout en gardant une zone d’affrontement en 2D (horizontale-verticale), un jeu de baston, ça reste un jeu de baston et innover en la matière est franchement difficile. Tout se base donc, en partie, sur la qualité de l’animation, la gestion des combos, l’intuitivité du gameplay et l’ambiance.
 
Marvel Vs Capcom 3 débarque donc. Série mythique des jeux de baston, Marvel Vs Capcom emprunte aux super-héros façon Marvel et y colle des personnages des jeux Capcom. On se retrouve ainsi avec un Iron Man frittant un Ryu, un Deadpool face à une Jill Valentine échappée de Resident Evil, un Thor ou un Wolverine face à un Viewtiful Joe ou une Chun-Li… et j’en passe. Hulk, Magneto, Captain America, Spider-Man, Chris Redfield, Arthur (de Ghosts’n Goblins), sont aussi du voyage, pour ne citer qu’eux. Un joyeux bordel, en somme. Mais bien alléchant.
 
Côté graphisme, les personnages sont en 3D, les décors aussi, offrant de belles ombres, de beaux volumes, le tout dans des couleurs chatoyantes de la mort qui tue. Ça pète plutôt bien niveau visuel. Et bien entendu, les zones de combats sont, elles, en 2D. On ne se bat que de manière horizontale ou verticale, donc. Et Capcom a mis le paquet en effets spéciaux, à grands renforts d’explosions et flammes en tout genre. Et il faut dire que visuellement, ça claque. Les animations sont dynamiques, les enchaînements d’une fluidité exemplaire, les personnages sont plutôt réussis (à l’exception d’un ou deux, comme Ryu), et les décors absolument somptueux. Il suffit de combattre à Asgard, au Demon Village d’Arthur dans Ghosts’n Goblins, ou au Daily Bugle de Spider-Man pour s’en rendre compte. Si certains auraient peut-être préféré un jeu un peu plus sobre visuellement, il n’empêche que ce choix du « grand-spectacle » s’avère plutôt réussi et payant.
 
screenscreenscreen
 
screenEn ce qui concerne le gameplay, on affronte toujours des équipes de trois adversaires, avec ses trois combattants. On peut en changer à n’importe quel moment ou même, de manière ponctuel, se retrouver à deux (voire trois) personnages frittant, pour des coups spéciaux, un seul ennemi.
Toutefois, la jouabilité a été en partie simplifiée. Les boutons classiques correspondent à une attaque fabile, moyenne et forte, plus un coup spécial, et les combos sont toujours à partir de quart de cercle… mais tous ces coups, combos, spéciaux, hyper, sont plus simples à sortir, à envoyer et surtout, à répéter. Le timing est, bien entendu, ultra important, qu’il s’agisse d’enchaîner les mandales puissantes ou de tenter de les contrer (notamment en réalisant en même temps que votre adversaire, la même séquence de touches lors d’un Team Aerial Combo).
Le mode Missions permettra notamment de se familiariser avec les différents coups. De quoi, au final, engendrer des combats monstrueux, gargantuesques, à base d’enchaînements de combos incroyables.
 
Chacun des 36 (+2 en un DLC un poil abusé question prix) personnages a bien entendu sa propre force, ses propres coups spéciaux, et selon son type de jeu, on se sentira bien avec l’un ou l’autre.
 
screenscreenscreen
 
Quant au jeu en ligne, il est plutôt perfectible. La recherche de parties est lourdingue. Les affrontements peuvent ramer selon la qualité de la connexion, et il est impossible, à l’avance, de savoir si votre adversaire a ou non une bonne connexion. On ne peut pas assister à une partie en attendant son tour, ni même enregistrer de replay.
On espère sincèrement un patch pour corriger ces petits désagréments, même si globalement, ils ne devraient pas vous empêcher de trouver, notamment entre potes, de quoi largement vous faire plaisir.
Bien entendu, si le mode solo est anecdotique, ce type de jeu est surtout fait pour se tabasser les gencives entre potes, à deux notamment sur la même console.
 
screenPour finir, ce Marvel Vs Capcom 3 a un peu le cul entre deux chaises, comme on dit vulgairement. La jouabilité a été simplifiée pour réussir à combler les novices et les joueurs occasionnels. L’ambiance et le côté spectaculaire ont été renforcés pour plaire aux fans. Le mélange est, pourtant, loin d’être raté. Si les afficionados de la série pourront regretter ce pas fait vers le côté « casual » de la force, ils n’en prendront pas moins de plaisir à jouer. Les joueurs occasionnels, eux, qui ne sont pas forcément nés avec les doigts déformés pour sortir des combos à tire-larigot, pourront également se faire plaisir en famille, lors de petits combats somme toute bien sympathiques.
Pari relativement réussi, donc. Marvel Vs Capcom 3 étant un petit jeu agréable, bien foutu, visuellement plaisant, mais très classique et  auquel il manque peut-être un ou deux modes de jeux pour devenir tout à fait indispensable.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Marvel vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds (PS3/Xbox 360)

Plateformes : Xbox 360 - PS3

Editeur : Capcom

Développeur : Capcom

PEGI : 12+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0