Might & Magic : Clash of Heroes

 

Publié le Lundi 18 avril 2011 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

It's a kind of magic

imageSorti début 2010 sur Nintendo DS, Might & Magic : Clash of Heroes nous revient cette fois sur consoles de salon, via le XBLA et le PSN, dans une version un poil remaniée pour l'occasion et toujours aussi efficace et addictive.

Si le scénario de Might & Magic n'a rien de folichon : 5 héros qui doivent mettre la main sur un artefact très puissant, la Griffe d'Astreinte, pour vaincre les démons qui ont tué leurs parents et ainsi protéger le royaume d'Ashan, c'est surtout le système de jeu qui en passionnera plus d'un. Les combats se présentent sous la forme d'un puzzle game. En bas vous trouvez vos unités (archers, fée, ours, vampires, archanges, dragons, mages et j'en oublie), et au haut, celles de votre ennemi. Au début du combat, l'organisation de vos troupes est chaotique. A vous de rassembler vos unités par couleur tout en sachant que vous ne pouvez bouger que les unités en queue de colonne et que vous avez un nombre d'action limité par tour. Basiquement, il suffit de faire une colonne de trois pour préparer une attaque qui se déclenchera au bout d'un certain nombre de tour (selon les unités utilisées) ou de faire une ligne de trois pour mettre en place un mur défensif. Si ça à l'air très simple de prime abord, le jeu regorge de petites subtilités qui feront toute la différence dans vos futures batailles. Par exemple, en supprimant une unité intercalée pour créer une ligne d'attaque ou de défense, vous gagnez des tours d'action supplémentaire. En réalisant deux lignes d'attaque à la suite d'un même type d'unité, il est possible de les fusionner pour augmenter leur puissance. Dans le même ordre d'idée, il est possible de lier les unités pour avoir toujours plus de puissance. Une fois qu'une attaque est lancée, sa puissance dépendra de l'opposition rencontrée (murs, unités ennemies). Elle s'affaiblit plus ou moins en fonction de ce qu'elle rencontre et parvient à toucher ou non la ligne de fond de votre adversaire. Si le défenseur est touché, il perd une quantité de points de vie correspondant à la puissance restante de l'attaque.

screenEn plus des troufions de base, il existe des unités d'élites et légendaires qui viennent pimenter les affrontements. Ces unités sont capables d'actions très puissantes et utiles. Les cerfs sautent par-dessus les défenses, les druides augmentent les temps de chargement des sorts des adversaires, les dragons balancent une attaque d'acide très puissante, les arbres drainent l'énergie de votre adversaire... Il suffit simplement de placer derrière elles deux ou quatre unités de base de la même couleur pour les activer. Le revers de la médaille est que ces unités sont en nombre limité (à l'inverse des unités de base) et qu'il faudra en racheter si elles se font détruire pendant les batailles ou que vous les supprimez. En outre, elles mettent beaucoup de temps à envoyer leur attaque, il faut donc au préalable bien les protéger avant de les activer. Pour terminer, chaque personnage dispose d'une attaque spéciale qui peut être déclenchée une fois la jauge de coups reçus est pleine.
 
Ce système a le mérite d'être facile à comprendre tout en proposant des possibilités riches et variées. Il en ressort des combats passionnants qui mettront vos neurones à rude épreuve. A vous de réfléchir à la meilleure composition de votre équipe (parmis les 3 unités de bases, les 3 unités d'élites et les 2 unités légendaires) selon votre adversaire. Le titre possède d'ailleurs un petit côté RPG sympathique puisqu'à chaque fin de combat vous gagnez de l'expérience qui vous permet d'augmenter la puissance de vos unités ainsi que leurs nombres.

screen   screen   screen

Pour le reste, le changement entre la version DS et celle proposée sur le PSN/XBLA est surtout d'ordre esthétique. Les environnements sont beaucoup plus détaillés, plus colorés, avec des graphismes plus fins. Les sprites des unités ont d'ailleurs été redessinés. L'animation est quant à elle bien plus fluide et jolie qu'auparavant. Les musiques ont également subit un petit lifting pas désagréable pour les oreilles. Du côté des nouveaux modes, le titre propose maintenant des combats en 2 vs 2 mais également de jouer en ligne contre des joueurs du monde entier. Si le premier des deux modes n'est qu'anecdotique car n'apportant rien, le second offre une véritable valeur ajoutée. Bref, Capybara Games a particulièrement bien soigné son remake. Enfin presque. Car oui, s'il y a bien une chose à reprocher à cette adaptation, c'est l'apparition trop fréquente de temps de chargement. Avant un combat, après un combat, quand on change de map. Bref, c'est très frustrant, pour ne pas dire chiant et ça casse quand même pas mal le rythme. Dans les cahiers des doléances, j'aurai aimé que Capybara Games permettent maintenant au joueur de se balader librement entre les affrontements, et non de case en case, histoire de donner un peu plus de liberté.

Mais bon, mise à part cette histoire vraiment chiante de temps de chargement fréquents, Might & Magic : Clash of Heroes est un titre très sympathique. Avec ses 5 campagnes qui vous prendront une bonne trentaine d'heure pour en voir le bout, ces quêtes annexes, ces puzzles (dans lesquels il faut vaincre l'ennemi en un nombre limité de coups) et surtout la présence d'un mode multijoueur, ce titre est une référence dans le genre. A 1200 MS / 15 €, il vaut largement le coup. Mangez-en.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Might & Magic : Clash of Heroes

Plateformes : Xbox 360 - PS3

Editeur : Ubisoft

Développeur : Capybara Games

PEGI : 12+

Prix : 1200 MS / 15 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

Images du jeu Might & Magic : Clash of Heroes :

0