{ALT}

Derniers tests

 

Publié le Vendredi 2 décembre 2011 à 12:00:00 par Alexandre Combralier

 

Test Serious Sam 3 : BFE (PC, Xbox 360, PS3)

Why so serious ?

imageCette fois-ci, c’est la fin. Il n’y a plus d’échappatoire. J’entends des hordes de kamikazes me foncer dessus en hurlant, j’entends les balles siffler autour de moi, j’entends les hurlements d'aliens difformes se rapprocher, j’entends le râle d’un monstre extraterrestre derrière moi. Je suis cerné. Coincé. Je n’ai plus que vingt malheureuses balles dans le chargeur de mon fusil d’assaut. A part lui, il ne me reste plus qu’un pistolet inefficace et un marteau de forgeron trop peu rapide pour abattre huit douzaines d’ennemis en sept secondes. Je joue à Serious Sam 3 et je vais bientôt charger ma partie. 

Serious Sam est de retour, et il n’a rien perdu de sa forme. Après six longues années passées sans aucune aventure inédite, Sam Stone reprend du service. A quelle occasion ? On ne s’embarrassera pas longtemps du scénario de Serious Sam 3. Tout au plus dira-t-on qu’il s’agit d’une préquelle et que le jeu se passera donc sur la planète Terre, et plus précisément en Égypte. Ce qu’il faut retenir, c’est seulement qu’il y a des millions d’extraterrestres à poutrer. Et quand je dis des millions, ce n’est pas vraiment une exagération.
 
Croteam a cru bon de ne (presque) pas changer la formule de ses Serious Sam. Et c’est tant mieux. Ceux qui se seront éclaté sur les épisodes précédents ne seront donc clairement pas dépaysés. La formule des Serious Sam 3 se conçoit bien et s’énonce clairement : « One Man Army ». Sam Stone devra affronter à lui seul des immenses vagues d’ennemis arrivant de toutes parts. Rester statique, c’est signer son arrêt de mort : le joueur doit virevolter à travers les vagues d’ennemis, avec le souci constant de ne surtout, surtout pas, se retrouver cerné. Le rythme va à deux cents à l’heure, et on se demande toujours comment on va finir par y arriver. 
 
screenscreenscreen
 
screenCe Serious Sam 3 ne trahit donc pas ses aînés. Du même coup, il pourra décontenancer ceux qui n’ont pas joué aux épisodes précédents, et qui ont pris l’habitude de se complaire dans les standards des FPS actuels. D’abord, même en mode Normal, le jeu peut vite devenir difficile, surtout si vous ne gérez pas bien vos sauvegardes rapides ou vos points de santé. Car dans Serious Sam, point de vie auto-régénérante : il faudra ramasser des médicaments et autres trousses de soins pour faire remonter sa santé (on pourra aussi s’appuyer sur des points d’armure en ramassant, là encore, les items correspondants). On retrouve ainsi un charme que l’on avait presque fini par oublier : celui de se préoccuper sans cesse de sa santé, et de chercher à l’économiser en prévision du futur affrontement gigantal. La formule s’avère toujours jouissive. 
 
screenAutre point remarquable par rapport aux FPS d’aujourd’hui, Serious Sam 3 ne se passe pas du tout dans des couloirs, mais dans d’immenses cartes qu’on sera libre d’exploiter comme on le veut (ou plutôt comme les extraterrestres nous le permettront). L’humour est aussi au rendez-vous, pouvant toujours compter sur les deux pierres angulaires de la série : les remarques de Sam et les hurlements insupportables mais inimitables des kamikazes nous fonçant dessus. Serious Sam est toujours aussi bourrin, toujours aussi nerveux, toujours aussi fun à jouer. Bref, on s’éclate, c’est du pur Serious Sam, et ça fait plaisir. 
 
Si Serious Sam 3 s’avère très fidèle par rapport à ses ainés, il n’oublie pas pour autant d’en rafraîchir quelque peu la formule. En bien ou en mal ? Sur les trois premiers niveaux du jeu, on serait tenté de dire : « en mal ». Ces niveaux s’avèrent souvent décevants, ne donnent lieu à pratiquement aucun affrontement à grande échelle, ne mettent à disposition du joueur que peu d’armes et, pire, se déroulent dans des environnements beaucoup trop cloisonnés. Heureusement, la démesure propre à la série reprend par la suite le dessus, et pas qu’un peu s’il vous plaît. 
 
screenD’autres nouveautés, introduites à petite dose, font également leurs apparitions. Par exemple, Sam peut désormais sprinter, ce qui ne fait que rajouter au rythme effréné des combats. Ou encore, Sam, quand il est suffisamment près de ses adversaires, peut déclencher des finish moves en appuyant sur la touche « E » ; mais vu que ces actions sont relativement lentes, on ne les utilisera que si le terrain est dégagé ou si l’on doit absolument économiser nos munitions. Enfin, l’apparition de l’iron sight, qui rend la visée plus facile, est contrebalancée un ajout qui apporte une difficulté de taille : vos armes dégageront beaucoup de fumée, ce qui pourra certainement en gêner plus d’un lorsqu’il s’agira de viser vite et bien.

 
screenscreenscreen
 
screenLes deux premiers Serious Sam étaient excellents, et c’est donc avec grand plaisir que l’on retrouve ce troisième épisode. Il nous rappelle combien le gameplay des FPS des années 2000 était beaucoup moins permissif. Il nous rappelle aussi combien les graphismes ont évolué depuis quelques années. Evidemment, Serious Sam 3 est plus beau que ses aînés ; mais son moteur graphique peine à tenir la comparaison avec les standards actuels. Il se permet même parfois un clipping horripilant ou,, plus grave, des pertes de FPS. Le jeu apparaît d’autant moins réussi graphiquement que les environnements du jeu, pour leur majorité urbains ou désertiques, sont trop répétitifs et peinent même à convaincre.

Puisqu’on se retrouve à évoquer les défauts de ce Serious Sam 3, impossible de ne pas s’interroger sur la tournure que Croteam a voulu donner à son scénario. A la fin de chaque tableau, l’on a droit à une cut-scene où Sam communique avec son état-major pour faire le point sur la situation. Des dialogues souvent inintéressants, et qui paraissent même donner un ton sérieux à une série qui ne devrait surtout pas l’être. Dans ces cinématiques justement, nos regrets se porteront également sur la Version Française qui, quand elle ne comporte pas des fautes de grammaire basiques (« Partie terminé », peut-on lire sur l’écran de Game Over), est tout simplement absente et laissera les anglophobes livrés à des sous-titres non-traduits. 
 
screenMais qu’importe, après tout. Qui achète un Serious Sam est uniquement intéressé par la perspective d’évoluer dans un « bordel monstre », de s’éclater. Disons-le encore une fois, Serious Sam 3 remplit donc haut la main ce cahier des charges. Son mode coopératif en ligne, aussi. Et peut-être même plus. Jouable à 16, celui-ci promet des affrontements tout aussi démesurés et complètement fous. Tout pète de partout et on ne sait plus trop où donner de la tête. C’est une expérience à vivre et qui sublime encore le gameplay propre à la série. Du même coup, le multijoueur compétitif, beaucoup plus classique, est franchement bien moins marquant ; il est plus présent par défaut que pour apporter une expérience supplémentaire au jeu. Avec son solo d’une dizaine (voire douzaine) d’heures (quinze si vous jouez dans le plus haut niveau de difficulté et en recherchant tous les « mini-secrets » cachés dans chaque niveau) et son multijoueur, Serious Sam 3 devrait donc vous divertir longtemps. D’autant plus qu’on refera volontiers les niveaux, pour parfaire notre score ou plus simplement pour s’éclater, encore.
 
screenscreenscreen
 
screenOn l’aura compris, Serious Sam 3, c’est d’abord, et peut-être uniquement, un gameplay atypique, défoulant, jouissif, ultra-dynamique et sans aucun complexe. Coup de bol, cet épisode (les trois premiers niveaux exclus) retranscrit exactement cette formule gagnante : ce qui suffira à convaincre tous les fans que Serious Sam 3 vaut le coup. Demander à Croteam de renouveler plus sérieusement sa formule aurait été une bêtise inacceptable par les fans, les premiers visés. Que ce SS3 soit trop proche de ses aînés n’est pas vraiment un reproche. Au pire, on recommandera aux néophytes fauchés de s’éclater sur les remakes HD déjà sortis.

Quant aux fans, qu’ils se rassurent : oui, ce Serious Sam 3 est un bon cru, peut-être pas le plus inoubliable de la série (pour cela, il aurait fallu un humour plus percutant et un rythme général un peu plus soutenu), mais enfin, les faits sont là : on s’éclate. Une vraie bouffée d’air frais.



image


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Serious Sam 3 : BFE (PC, Xbox 360, PS3)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Devolver Digital

Développeur : Croteam

PEGI : 18+

Prix : 40 € sur PC ; 70 € sur Xbox 360 et PS3

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

Images du jeu Serious Sam 3 : BFE (PC, Xbox 360, PS3) :

0