Risen 2 Dark Waters (PC)

 

Publié le Mercredi 9 mai 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Risen 2 Dark Waters

Que le grand cric que croque

image10 années ont passé depuis les évènements décrits dans le premier opus du jeu : Malgré la défaite du Titan de feu, le monde sombre peu à peu dans le chaos sous les assauts d’un autre Titan, Mara. Notre héros est devenu officier de l’inquisition et il noie son ennui dans l’alcool, échoué dans la garnison de Caldéra, une ville portuaire où plus aucun navire n’accoste depuis qu’un Kraken sévit au large.
Un jour, alors qu’un nouveau navire s’échoue dans les tentacules monstrueuses de l’animal marin, notre héros est chargé d’aller voir s’il reste des survivants, voire des vivres à récupérer sur la plage. Il tombe alors sur une vieille connaissance, Patty, fille du capitaine Barbe d’Acier. Cette dernière lui apprend que son père est sur les traces d’une arme capable d’abattre le kraken et de combattre le Titan Mara. Notre héros part donc à l’aventure, explorer cette nouvelle piste. Il embarque incognito sur un navire ultra-rapide, passe entre les ventouses du Kraken et débarque sur le comptoir de Tacarigua comme simple pirate. Son but : réussir à devenir suffisamment célèbre pour être recruté par Barbe d’Acier…

Vous voilà donc plongé dans une ambiance de pirates, le tout se déroulant dans un monde fantastique où les crabes sont géants, les gorilles ultra-violents et où tout un tas de monstres ne demande qu’à vous transformer en amas sanguinolent destiné aux vers.
Vous allez parcourir différentes îles, rencontrer tout un tas de personnes, accomplir des missions, tuer des bestioles par centaines, discuter, courir, combattre… sur la plage, dans la forêt, dans les ports, dans les montagnes…

Au fil d’un scénario assez basique mais pas déplaisant pour autant, vous allez donc parcourir les îles (la surface totale du terrain de jeu est supérieure à celle du premier opus), recruter votre propre équipage, avoir votre bateau, rechercher des trésors enfouis à l’aide de cartes pas toujours très claires, visiter des temples, éviter des pièges…

screenscreenscreen

screenAu fur et à mesure que vous gagnerez des combats et remplirez vos objectifs en accomplissant des quêtes, vous récupérerez des points d’expérience permettant de développer son personnage. 5 catégories peuvent être améliorées : armes à feu, lames, ruse, résistance et vaudou. A vous de voir laquelle vous sera la plus utile, sachant que vous ne pourrez pas tout développer, forcément. Le choix d’une catégorie à privilégier sera également dicté par vos décisions dans le jeu. Plusieurs factions cohabitent sur le terrain et ne s’entendent pas forcément comme les cinq doigts de la main. Et chaque faction pourra vous aider à développer vos talents. Ainsi, se mettre totalement du côté de l’inquisition vous aidera à développer les armes à feu. Mais du coup, les factions ennemies vous fermeront leurs portes. De la même sorte, si vous filez un coup de main aux « indigènes » du coin, vous devriez arriver à bien maîtriser le vaudou… mais du coup, là encore, vous vous fermerez certaines opportunités. A vous, donc, de bien choisir vos amis selon ce que vous voulez faire de votre personnage. Il sera également possible d’apprendre auprès de professeur et d’augmenter une compétence. Mais ces leçons coûtent rudement cher et l’or sera loin de couler à flot…
Ce système de développement de personnage, sans réel niveau et proposant uniquement une amélioration via ces cinq branches, agrémenté par quelques objets ou armements qui vous conféreront des bonus s’avère un peu restrictif au début, mais permet finalement de faire un personnage comme on le voudrait totalement. La restriction n’est qu’une impression et ce système s’avère, en fait, plus ouvert et plus précis. Une bonne chose, donc.

screenReste que la logique et le scénario vous conduiront sans doute à développer surtout les lames et la magie vaudou. Les lames parce que rapidement, vous êtes plongés dans des combats à l’épée et que cela devient rapidement vital d’être plus performant dans ce domaine. La magie vaudou parce que c’est une riche trouvaille des développeurs et qu’elle apporte un plus indéniable à l’aventure. On peut ainsi créer des poupées à l’effigie des personnages et en prendre le contrôle. De quoi s’offrir de bons gros moments de bonheur et de délire.

Globalement, Risen 2 est donc un bon petit jeu offrant une ambiance unique, un scénario original et, même si sans surprise, plutôt agréable, un terrain de jeu ouvert et assez conséquent, et une multitude de possibilités, missions, le tout pour une bonne trentaine d’heures de durée de vie, voire peut-être un peu plus pour les afficionados de la fouille à grande échelle.

screenscreenscreen

screenMalheureusement, même s’il est très ambitieux, RIsen 2 Dark Waters offre un petit goût de « trop peu ». Trop peu au niveau technique, dans un premier temps. Graphisme daté, animation lourdaude, personnages moches… Si les environnements sont variés et que les personnages le sont également plus que dans le premier opus où toutes les personnes rencontrées donnaient l’impression d’être frères et sœurs, on est encore très loin d’un Witcher 2 par exemple. La comparaison fait d’ailleurs très mal à Risen 2 qui, du coup, semble déjà accuser le poids des années alors qu’il sort à peine… On pourra également noter un gros problème de clipping, avec l’apparition soudaine d’objets et personnages même à proximité du héros.

screenEnfin, le système de combat n’est pas loin d’être catastrophique. Bien trop bourrin, avec des ennemis ultra-violents et sans aucune intelligence qui se contentent de vous matraquer la tête comme des fous, il empêche toute subtilité et se résume à quelques parades et à un matraquage du bouton attaque. Une grosse déception qui, là encore, souffre de la comparaison avec ses aînés, qu’il s’agisse d’un Assassin’s Creed, sans doute LA référence ultime dans le genre, ou même The Witcher 2 qui pourtant ne brille pas particulièrement à ce niveau.
Sachant également que les combats sont très nombreux, on en vient à souvent pester contre cette jouabilité franchement moyenne et qui ne demande qu’à être profondément modifiée, voire améliorée dans un prochain patch.

Au final, donc, ce qui aurait pu être une véritable pépite vidéoludique n’est qu’un bon petit jeu, sans plus d’excitation que ça. Sympathique, quoi, mais loin d’être révolutionnaire et sans doute moins réussi que prévu. Malgré tout, Risen 2 Dark Waters est un jeu agréable, plein de bonnes surprises et suffisamment varié pour qu’on puisse vous le conseiller.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Risen 2 Dark Waters (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Deep Silver

Développeur : Piranha Bytes

PEGI : 16+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Risen 2 Dark Waters (PC) :

0