Mario Tennis Open (3DS)

 

Publié le Lundi 21 mai 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Mario Tennis Open

Pas de quoi fédérer les joueurs ?

imageAprès avoir joué au basket, au foot, fait les Jeux Olympiques d’été ou d’hiver, pour ne citer que ceux-là, Mario se met cette fois au Tennis. Parce que Mario est un grand sportif et qu’il n’a pas peur de pousser des « hin » ou des « ho » à chaque fois qu’il frappe la balle et que, sautillant, il fait virevolter sa belle jupe blanche sur les courts. Ou presque.

Nintendo se lance donc dans le jeu de tennis exclusif, avec Mario Tennis Open.

Disponible sur 3DS, le jeu propose d’incarner l’un des 12 protagonistes présents sur les cours, raquette à la main. Au menu, Mario, Luigi, Peach, Yoshi, Daisy, Boo le fantôme, Bowser Jr, Diddy Kong, Donkey Kong, Waluigi, Wario et Bowser. Mieux encore, vous pouvez choisir votre propre Mii.
Chaque personnage répond à un style spécifique : complet, attaque, vitesse, défense… sauf votre Mii qui n’est rien. Parce que dans la vie, vous n’êtes rien. Donc ça tombe bien.
Enfin, on peut choisir de jouer… un gaucher. Bonne idée pour nos amis déviants, donc.

Le jeu propose plusieurs modes : tournoi, exhibition et jeux spéciaux.
En match d’exhibition, vous avez trois difficultés proposées : novice, amateur et pro.
9 ambiances et style de courts sont disponibles : Stade Mario Dur (rebond fort, vitesse de balle normale), Stade Mario Gazon (rebond faible, vitesse de balle rapide), Stade Mario Terre battue (rebond faible, vitesse de balle lente), Vallée Champignon (rebond fort, vitesse de balle lente), Désert Wario (rebond faible, vitesse de balle lente), Jungle DK (rebond normal, vitesse de balle normale), Château de Bowser (rebond fort, vitesse de balle rapide), Île des Pingouins (rebond max, vitesse de balle normale), et Palais de Peach (rebond Normal, vitesse de balle Max).
Enfin, on peut jouer en 1, 3 ou 5 sets de 2, 4 ou 6 jeux, et même choisir sa position sur l’écran (bas ou haut du court).

screenscreenscreen

screen4 tournois, de plus en plus difficiles, sont également disponibles. A vous de battre chacun des adversaires (3 tours uniquement) selon des matches de 2 jeux, sur 1 ou 2 sets. Chaque victoire vous permettra de débloquer des objets (chaussures, raquettes, maillots, strings...).

Les modes exhibition et tournois sont jouables en simple ou en double, en choisissant un partenaire au hasard.

Les jeux spéciaux sont au nombre de 4 : défi anneaux (faire passer la balle par des anneaux pour marquer des points), Super Mario Tennis (jouer à Super Mario Bros contre un mur), Echanges galactiques (Faire de longs échanges avec le Luma) ou Halte aux plantes (renvoyer les balles crachées par les plantes).

screenEnfin, un mode multijoueur local ou en ligne est également disponible. Ainsi qu’un mode Streetpass (matches automatiques contre les autres joueurs, aide de leur Mii pour le défi anneau…).

Au niveau de la jouabilité, il existe deux modes de jeux.

Le mode « gyro » permet de jouer avec une vue derrière son joueur, en tenant sa console à la verticale. Le joueur bouge automatiquement et on peut orienter sa frappe en bougeant la console à droite ou à gauche. 3 coups sont disponibles, soit via l’écran tactile, soit via les touches A, B et X : Lob, Amorti ou Auto.
Le mode complet offre là encore via l’écran tactile ou via les touches X, Y, B et A, 6 coups : Lob, Amorti, Auto, Lift, Plat ou coupé. Dans ce cas, on dirige le joueur à l’aide du stick. La vue est sur le dessus mais peut également être derrière le joueur en tenant sa console à la verticale. Ce qui à la longue est, avouons-le, un peu usant. Et pas si pratique : la vue sur le dessus reste la plus confortable.

Reste à savoir ce qu’il faut penser de ce Mario Open Tennis…

screenscreenscreen

screenEn réalité, le jeu est sympa. Voilà. C’est le mot qui le définit le mieux, je pense. « Sympa ». Très orienté « grand public », il offre un gameplay ultra-basique et une IA très bas de plafond. En fait, seules une ou deux touches suffisent pour remporter tous les matches. Pas besoin de se creuser la tête sur des tactiques délirantes : on fait faire l’essuie-glace à l’adversaire (un coup à droite, un coup à gauche), on monte au filet le plus vite possible et on le termine à la volée claquée à l’opposé de sa position sur le cours : imparable.
Certains adversaires, comme Peach, seront plus techniques, mais ils détestent les frappes coupées… du coup, en abusant de ce coup, vous ne rencontrerez qu’une résistance minimale. Même au niveau le plus élevé.
De la même manière, leur IA ne s’adapte pas. Vous enchaînez les mêmes frappes, aux mêmes endroits, ils vous renvoient la balle de la même manière à chaque fois, et vous les crucifiez facilement, rendant ce jeu de tennis, finalement, comme un simple jeu de rythme.

screenPour les amateurs de tennis, donc, le jeu est décevant. Simpliste, simple, sans réel intérêt et, avouons-le, avec un contenu somme toute relativement faible. Même les frappes spéciales (les coups chance) sont, à la longue, faciles à anticiper et à rattraper quasiment à tous les coups, quand vos adversaires n’y arriveront que très rarement, eux.

Non, finalement, ce Mario Tennis Open est exclusivement destiné à un public familial, à des joueurs occasionnels qui n’ont vraiment pas l’habitude de ce genre de jeux. Eux trouveront leur bonheur. Largement.

Enfin, notez que l’effet 3D est bien rendu, avec une belle profondeur, mais peut donner un peu la gerbouille à la longue, en raison de la rapidité du déplacement de la balle.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Mario Tennis Open (3DS)

Plateformes : DS

Editeur : Nintendo

Développeur : Nintendo

PEGI : 3+

Prix : 40 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Mario Tennis Open (3DS) :

Derniers Commentaires

- À quoi jouez vous ce week-end ? par jymmyelloco

- Le dessin du jour de Solène par jymmyelloco

- Waifu Uncovered par Tirelipimpon

- L'Edito du dimanche par Azu

- Ennio Morricone n'est plus par Azu

- L'Edito du dimanche par jymmyelloco

- S.C.A.R, le Doom du pauvre ? par Quantum

0