MXGP : The Official Motocross Videogame (PC, PS3, Xbox 360, PS Vita)

 

Publié le Jeudi 3 avril 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de MXGP : The Official Motocross Videogame (PC, PS3, Xbox 360, PS Vita)

De boue et de fureur

imageAprès un MUD très orienté arcade et, tout aussi sympathique fut-il, loin d’avoir les moyens de rentrer dans les annales, le studio italien Milestone sort MXGP : The Official Motocross Videogame. Pour ceux à qui le nom des développeurs dit quelque chose, sachez que c’est le même studio à qui l’on doit la sympathique, mais loin d’avoir les moyens de rentrer dans les annales, série des WRC.

L’avantage de MXGP : The Official Motocross Videogame est qu’il s’attaque à un genre sous-exploité dans le jeu vidéo, à savoir les courses de motocross. En premier lieu, il convient d’être vigilant quant à l’appellation de « Jeu vidéo officiel ». En effet, le jeu s’appuie sur le championnat de l’année dernière et ne prend donc en compte ni les changements de pilotes ou d’écurie, ni les changements de circuits… Cette mise au point faite, pour éviter les déceptions, voyons un peu ce que ce MXGP : The Official Motocross Videogame a dans le ventre.

Et dès que l’on prend le jeu en mains, la première évidence est celle d’un changement complet d’orientation du gameplay. Exit l’arcade à outrance. Le jeu se veut nettement plus orienté simulation. Dans le ressenti de la moto, désormais bien plus lourde, mais également dans la jouabilité. Une moto lancée à pleine vitesse, ça ne ralentit pas en deux mètres, vire en une demi-seconde, remonte à 150 en trois secondes et s’envole à vingt mètres de haut sur chaque bosse. Fini le motocross spectacle. Ici, il faudra bien veiller à ne pas prendre n’importe quelle trajectoire. Que ce soit avant un virage, ou pour doubler un adversaire, il faudra bien mesurer la distance, bien prendre en compte le poids de la moto et les obstacles éventuels… Un jeu nettement plus réaliste, donc, que tout ce qui a déjà été fait dans le genre. En effet, les jeux de motocross ont de tout temps mis l’accent sur le spectacle et le show. Ici, vous êtes dans la vraie course. Avec quelques libertés toutefois, comme la possibilité de… faire varier votre direction lorsque vous êtes dans les airs.

screenExigeante, la jouabilité l’est également. Si la plus faible difficulté permet de gérer quasiment automatiquement le poids du pilote, il faudra, dans le mode pro, la gérer au stick : se pencher à droite ou à gauche pour éviter de chuter, mais également gérer les freins avant et arrière.
Fort est de constater qu’il faudra plusieurs dizaines de minutes de jeu, voire quelques heures, avant de maîtriser parfaitement la machine. De quoi décourager, finalement, les joueurs du dimanche ou les novices.
On pourra toutefois leur conseiller de tester le jeu via le mode carrière. En effet, vous y commencez comme jeune pilote et, via deux courses, définissez votre niveau. De là, une écurie plus ou moins prestigieuse vous fera des propositions de contrat. Vous devrez alors enchaîner les saisons, vous faire au jeu, à sa jouabilité, vous familiariser avec ce sport pour espérer intégrer, un jour, le gratin du gratin, via une grosse écurie et une moto performante. Un bon moyen, finalement, d’apprendre à maîtriser peu à peu le jeu.

screenD’autant plus que l’IA est particulièrement agressive. Pas à vous coller dans le décor ou vous heurter sans cesse, mais, sans être non plus d’une intelligence folle, elle va vite, freine au dernier moment, prend de belles trajectoires… au niveau le plus haut, les courses sont de vrais challenges. Bien difficiles comme il faut. Et il arrive que l’on passe plusieurs tours à chercher à dépasser un seul concurrent, avec la forte envie de lui coller un coup de pied au passage lors d’un saut (et la frustration que ce ne soit pas possible dans le jeu, non, n’essayez pas, ce n’est pas le but on vous dit).

screenscreenscreen

screenEnfin, on parlera du graphisme. C’est peut-être le point faible du jeu. Un moteur vieillot, pas mal de clipping (objets qui apparaissent au dernier moment) notamment à la fin des courses, lorsque le circuit commence à être pas mal ravagé par le passage des motos… Sans être hideux et tout en proposant un ensemble tout à fait acceptable, on est quand même loin des canons de la beauté…

On ajoutera, enfin, de rares éléments de personnalisation (à part changer la couleur du casque et des gants…) et l’absence de gestion technique des motos, préjudiciable à l’ensemble. Enfin, question modes de jeux, on est dans le classique : faire un week-end de courses (2 circuits), une course rapide, un mode carrière… satisfaisant, mais pas non plus délirant.

screenAu final, ce MXGP : The Official Motocross Videogame reste tout de même un bon jeu. A conseiller principalement aux fans de ce sport, il offre de bonnes sensations. S’il reste perfectible (on espère que l’année prochaine, les versions next-gen permettront de corriger pas mal de défauts, notamment graphiques) et incomplet (plus de personnalisation de la moto et du pilote seraient bienvenu), il n’en est pas moins un jeu agréable, avec des courses vraiment prenante. Si vous arrivez à passer outre la difficulté de la prise en mains et que vous prenez le temps de bien vous y habituer, vous serez conquis. C’est tout ce qu’on lui demande, après tout.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

MXGP : The Official Motocross Videogame (PC, PS3, Xbox 360, PS Vita)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Big Ben Interactive

Développeur : Milestone

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

MXGP : The Official Motocross Videogame (PC, PS3, Xbox 360, PS Vita)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu MXGP : The Official Motocross Videogame (PC, PS3, Xbox 360, PS Vita) :

0