Mario Kart 8 (Nintendo Wii U)

 

Publié le Vendredi 16 mai 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Mario Kart 8 (Nintendo Wii U)

Assez bon pour acheter la console ?

imageMario Kart est la série la plus connue de Nintendo. A vérifier, mais je crois bien que, hors packs (Wii Sports était fourni avec la console et a été comptabilisé de la sorte), ce doit même être le jeu le plus vendu de toute l’histoire de la firme. Enfin bref. Mario Kart est un incontournable. Avoir une Nintendo DS sans Mario Kart, c’est la honte. Avoir une Nintendo 3DS sans Mario Kart, c’est la honte. Avoir une Nintendo Wii sans Mario Kart, c’est la honte… Du coup… la Wii U… ? J’avoue, Nintendo s’est largement planté dans les grandes largeurs avec cette console qui n’arrive pas à rencontrer son public. Aujourd’hui, ce serait plutôt « Avoir une Wii U c’est la honte ». Tout court. Même si nous ne partageons pas ce point de vue, sachant que quelques bons jeux sont disponible sur cette plateforme.
En tout cas, Mario Kart 8 est de sortie. Sur Wii U. Mario Kart, c’est LA série à avoir. Sur Wii U aussi ? Le jeu est-il à ce point réussi qu’il donne envie d’acheter cette console ? Mieux encore : si vous avez déjà une Wii U, est-ce indispensable d’acheter Mario Kart 8 ? Et pour le coup, c’est notre boulot de vous répondre…

En premier lieu, n’attendez pas de révolution : Mario Kart, c’est Mario Kart. Des courses de kart. De simples courses de kart. Avec ces circuits tortueux bourrés de pièges. Avec ses cadeaux qui offrent des bonus offensifs (bombes, carapaces de tortues, fantômes…) ou défensifs (invincibilité), voire des bonus en course (roquette, champignons pour booster…).
Mario Kart 8 propose plusieurs modes de jeux. Un solo, un multi local jusqu’à 4 joueurs, un jeu en ligne en solo ou un jeu en ligne à 2. En bonus, la Mario Kart TV permet de partager ses meilleurs moments en vidéo.

screenscreenscreen

screenToujours grâce à des menus clairs, vous allez choisir d’effectuer un Grand-Prix, une course simple ou une bataille de ballons (vous avez trois ballons, toucher un adversaire lui en fait perdre un, vous êtes disqualifié si vous n’en avez plus). Le Grand-prix est, pour rappel, un petit tournoi sur 4 courses. Vous devez alors choisir de participer à une course de karts en 50cc, 100cc ou 150cc. La puissance des karts définissant, bien entendu, la vitesse et la difficulté du jeu.
Ensuite, le personnage : nouveaux ou habituels à la série, à vous de choisir. 16 de base : Mario, Peach, Daisy, Maskass, Koopa, Toad, Yoshi, Mario bébé, Luigi bébé, Péach bébé, Daisy bébé, Waluigi, Wario, Donkey, Bowser, Luigi, plus 14 à débloquer dont Lemmy, Larry, Wezndy, Ludwig, Mario Métal, Toadette, Lakitu et Morton…

Ensuite, vous choisissez votre kart, chacun ayant son accélération propre, sa vitesse et son poids. Karts classiques ou voitures, motos ou quad… à vous de trouver celui qui vous sied le mieux. Ajoutez ensuite un type de pneus (normaux, en bois, larges, petits…) et de planeurs (ailes delta, aile para, parachute). Chaque accessoire modifiant légèrement les caractéristiques du bolide.

screen8 coupes de 4 circuits (8x4=?) sont donc accessibles. 4 nouvelles coupes de 4 nouveaux circuits (4x4=?) et 4 coupes de 4 anciens circuits. Les nouveaux circuits sont :
Coupe Champignon : Champidrome (décor ville et indoor), Parc Glougloop (avec des passages sous l’eau), Piste aux délices (décors pâtisseries), Temple Thwomp (décor temple sud-américain avec d’énormes blocs de pierres qui cherchent à vous écraser).
Coupe Fleur : Circuit Mario (champêtre), Promenade Toad (Marché près d’un port, avec un tram qui circule), Manoir Trempé (manoir hanté avec des passages sous l’eau) et Cascades Maskass (circuit exotique).
Coupe étoile : Aéroport Azur (décor d’aéroport), Lagon Tourbillon (décor lagon), Club Mario (Ambiance soirée disco) et Descente givrée (piste de ski).
Coupe Spéciale : Voie céleste (circuit dans les airs), Désert Toussec (décor aride), Château de Bowser (comme son nom l’indique) et Route Arc-en-ciel (route qui va dans tous les sens, dans le ciel, avec un sol coloré).

Au niveau des anciens circuits, on retrouve des tracés tirés des versions Wii, DS, N64, GBA, SNES, 3DS, GameCube. Chacun est bien entendu remis au goût du jour et bénéficie d’un nouveau traitement graphique, même les plus récents.

screenscreenscreen

screenUne fois la course lancée, on retrouve rapidement ses marques : bien jauger l’accélération avant le lancement pour faire un départ canon, récupérer les fameux bonus : des champignons pour accélérer, des carapaces vertes (sans guidage), rouge (téléguidées) ou bleues (explosives), un pot de fleur qui permet de frapper les adversaires et bloquer leurs attaques, un boomerang à lancer 3 fois, des bananes qui font tourner sur soi-même quand on roule dessus, une roquette pour remonter quelques places, une invincibilité, et j’en passe.
Quelques raccourcis ou voies alternatives sont à découvrir dans chaque circuit. Et toujours ces dérapages dans les virages qui, s’ils sont suffisamment maintenus, vous permettent une réaccélération à sa sortie.
Comme d’habitude, on se bat à coups de pièges, de peaux de bananes lancées sur le parcours. On jubile de faire deux tours en première place pour hurler parce qu’à deux virages de l’arrivée, on s’est mangé une carapace qui nous a fait perdre de précieuses secondes, nous reléguant à la cinquième place…

screenSi le jeu offre un challenge intéressant aux joueurs occasionnels (avec une IA qui s’adapte intelligemment à votre niveau), les puristes et les afficionados le trouveront peut-être un brin facile, avec des circuits aux tracés un peu large, limitant les passages techniques. Peu importe : Mario Kart, ça se joue surtout entre amis, non ?
En tout cas, les nouveaux circuits sont particulièrement bien pensés et à la hauteur. Certains côtoient même le meilleur de la série et sont appelés à devenir rapidement des classiques.

Graphiquement, le jeu est vraiment joli. Pas de doute, le passage en HD lui réussit. Ambiance, esthétisme, c’est un vrai plaisir. Et pas un ralentissement… en solo tout du moins. A quatre sur un même écran, on sent quand même un framerate nettement plus bas et quelques concessions à la fluidité… c’est dommage, mais pas dommageable le moins du monde.

screenscreenscreen

screenCôté innovation, on citera le fait de ne plus perdre son bonus quand on sort de la piste (on y revient plus rapidement aussi), les carapaces bleues nettement moins nombreuses, des passages sous l’eau et dans les airs qui, à défaut d’apporter réellement un nouveau gameplay, sont quelques instants de calme avant la tempête, des décors plus vivants, quelques nouveaux bonus (dont le boomerang par exemple ou une plante carnivore) .

Bref… du déjà vu et revu. On ne peut que s’attrister, finalement, de cette trop faible prise de risque de la part de Nintendo. Nous vous avions déjà fait la liste de petites choses toutes bêtes qu’ils auraient pu ajouter pour plus de fun, nous pouvons vous la redonner ici : Et pourquoi pas un circuit complètement sous l’eau ? Voire complètement dans les airs ? Et pourquoi pas un circuit à l’envers, certes, mais en proposant également des commandes à l’envers ? Et pourquoi pas de vrais nouveaux bonus ? Pourquoi pas un bonus qui gèle les roues d’un adversaire et, sans l’empêcher de rouler, le fait glisser nettement plus ?
On pourrait rajouter tout un tas de choses. Des options basiques que l’on pourrait ajouter, choisir, pour modifier le gameplay : par exemple bloquer les bonus pour qu’il n’y ait que des triples peaux de bananes par exemple. Ou que des champignons pour accélérer… voire que des carapaces rouges ! Tant de choses que l’on rêverait de voir implémentées dans la série pour vraiment apporter de vrais changements. Une vraie évolution… Mais non. Nintendo se repose bêtement sur ses lauriers. Bêtement parce que ce qui, avec un minimum de prise de risque et d’innovation, aurait pu être « L’épisode à avoir absolument » n’est finalement ici, qu’un « Mario Kart de plus ».

screenAlors on va relativiser tout de suite : si déception il y a, elle n’enlève rien à la qualité du jeu. Mario Kart 8 est dans la pure lignée de ses prédécesseurs : fun, délirant, doté d’une formidable jouabilité. La série est sans doute l’une des meilleures séries de jeux vidéo de tous les temps. Cet épisode est dans la lignée. Nickel. Sans bavure. Le plaisir est toujours intact. Le bonheur aussi. Et les fous-rires bien entendu. Parce qu’un Mario Kart, c’est déjà génial seul, mais à plusieurs, c’est encore plus savoureux. C’est là qu’il prend toute sa splendeur, tout son intérêt. Se tirer la bourre entre amis, il n’y a que ça de vrai.
Bref, c’est un excellent jeu, vraiment. Indispensable si vous avez une Wii U. Par contre… pour ce qui est d’acheter une console pour ce jeu ? Il lui manque justement la petite étincelle, la petite prise de risque qu’il faut. Dommage.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Mario Kart 8 (Nintendo Wii U)

Plateformes : Wii U

Editeur : Nintendo

Développeur : Nintendo

PEGI : 3+

Prix : 50 €

Aller sur le site officiel

Mario Kart 8 (Nintendo Wii U)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0