L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 17 mai 2020 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Les gens sont vraiment des gros cons

Le confinement, on y retourne tout droit. Avec toutes les vacances annulées. Et ce sera bien fait pour votre gueule. Et ça m’énerve de savoir que je serai une victime collatérale de la connerie des gens.

Vous la sentez venir, la deuxième vague ? Mais du genre tsunami ?

Honnêtement, j’espère que ça va passer crème. Que tout va bien aller. Que je ferai le mea culpa de mon pessimisme dans quelques semaines. Mais en attendant, j’ai quand même un gros doute. De grosses craintes. A voir comment se comporte le moindre crétin qui pointe son nez dehors.
C’est expliqué partout : le déconfinement, ça ne veut pas dire que la maladie n’existe plus. Juste qu’il y a de la place en réanimation. Mais il semblerait que le message ne soit pas bien passé. Ou que le QI moyen ne permette pas d’analyser et comprendre cette phrase.

Entre nous, c’était bien la peine d’aller faire l’otarie sur son balcon à 20h chaque soir pour derrière refoutre le personnel hospitalier dans la merde en adoptant un comportement au mieux stupide, au pire suicidaire.

Je suis effaré du nombre de gens qui, dès le premier jour du déconfinement, se sont jetés les uns sur les autres au mépris des recommandations. Des jeunes qui sortent en bande, collés les uns contre les autres, aux soirées entre amis, aux promenades entre couples avec tous les gamins qui jouent les uns avec les autres…
Je suis effaré du nombre de personnes non masquées dans les supermarchés. Et du comportement hallucinant de certains (voir une petite vieille non masquée qui « goûte » les fruits comme une connasse, c’est sidérant). Comme je trouve totalement anormal que lesdits supermarchés n’imposent pas le port du masque, d’ailleurs.
Je suis effaré du nombre de retour de commerçants agressés par des abrutis de clients qui refusent de porter leur masque dans leur boutique et les insultent, voire leur crachent dessus quand ils se font rappeler à l’ordre.

Pas étonnant, finalement, quand on voit que certains étaient prêts à se battre pour un sachet de farine ou une feuille de PQ, dont ils ont désormais des réserves pour plusieurs mois, voire plusieurs années – sauf épidémie foudroyante de gastro – dans leurs placards.

Pas plus tard qu’hier, tenez, j’expliquais à une bande de jeunes que le parc, près de chez moi, était toujours fermé et qu’il n’était pas raisonnable de braver ainsi cet interdit sanitaire. Conformément aux recommandations de mon médecin-psychiatre traitant, je l’ai fait avec gentillesse, sans agressivité ni ton menaçant. La bonté pure. Mais que voulez-vous. Quand on n’y met pas les formes, ou du moins, mes formes à moi, on se heurte à la stupidité crasse d’une génération élevée aux youtubeurs dont ils partagent les trois neurones actifs. Après m’être fait traité de connard et de vieux con, j’ai donc dû leur réexpliquer les gestes barrières. Ma femme, qui m’accompagnait, a bien essayé de me dire que les gestes barrières, ça n’a rien à voir avec essayer de faire rentrer une tête entre deux barres d’une barrière, moi je reste persuadé que le jeune y pensera désormais à deux fois avant de retourner au parc avec ses amis. Une fois qu’il aura réussi à retirer sa tête de la barrière, je veux dire.

Tout comme le petit gamin qui s’amusait dans le supermarché à courir et à toucher tout le monde en criant « touché ! Je t’ai donné le coronavirus ! » sous le regard de ses parents hilares. Moi j’ai mon permis de pilote professionnel de caddie à force d’avoir, durant ma folle jeunesse (de 20 à 46 ans facile), fait des courses dans les rayons pour déconner (et pour le plaisir d’expliquer au vigile que vous faites les courses, justement, qu’un supermarché, c’est fait pour ça). Avoir son permis de pilote professionnel de caddie, ça implique aussi savoir donner le petit coup de côté, à peine perceptible, au moment où le gamin passe à votre hauteur. Et le voir aller s’éclater la gueule dans les conserves. Comme j’expliquais à ses parents, moins hilares pour le coup mais pas téméraires au point de chercher des noises à un type capable d’envoyer valser un enfant dans les conserves, outre parfaire son éducation, cet évènement aura l’avantage de faire passer la petite souris cette nuit. Trois fois. A condition de retrouver ses dents au milieu des petits pois et du maïs en boîtes.

Bref.

A voir le comportement inconscient d’un nombre incalculable de personnes, on y va tout droit, vers une seconde vague foudroyante. En priant pour que tous ces cons en soient les premières – et uniques – victimes.

De mon côté, je vais masqué. Paraît que ça me donne un petit côté inquiétant.

Enfin, plus inquiétant que d’habitude, je veux dire.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 23/05/2020 à 21:47

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

out comme le petit gamin qui s’amusait dans le supermarché à courir et à toucher tout le monde en criant « touché ! Je t’ai donné le coronavirus ! » sous le regard de ses parents hilares. Moi j’ai mon permis de pilote professionnel de caddie à force d’avoir, durant ma folle jeunesse (de 20 à 46 ans facile), fait des courses dans les rayons pour déconner (et pour le plaisir d’expliquer au vigile que vous faites les courses, justement, qu’un supermarché, c’est fait pour ça). Avoir son permis de pilote professionnel de caddie, ça implique aussi savoir donner le petit coup de côté, à peine perceptible, au moment où le gamin passe à votre hauteur. Et le voir aller s’éclater la gueule dans les conserves. Comme j’expliquais à ses parents, moins hilares pour le coup mais pas téméraires au point de chercher des noises à un type capable d’envoyer valser un enfant dans les conserves, outre parfaire son éducation, cet évènement aura l’avantage de faire passer la petite souris cette nuit. Trois fois. A condition de retrouver ses dents au milieu des petits pois et du maïs en boîtes.

j'ai pleuré ... de rire ... c'est grave docteur ?

607 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

39169-gestes-barrieres-masques-inconscient-stupidite-deconfinement