L'Edito du dimanche

 

Publié le Dimanche 1 août 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du dimanche

Cracoucass

imageVoilà plusieurs semaines que mes matins sont perturbés par un oiseau au chant éraillé. Un peu comme si un gentil petit zozio s’était pété les cordes vocales à grands renforts de clopes et de whisky. Dès l’aube, sentant la sève monter dans ses gonades de piaf, il entonne son cri détestable sensé attirer les femelles alentours.
Alors je ne sais pas si ça marche. Mais à mon avis, si les oiseaux clodos, ça existe, il doit sans doute avoir son petit succès quand même, vu le cœur qu’il met à l’ouvrage.

Sauf que l’aube, c’est tôt. Surtout l’été. Et d’ailleurs, quand vous avez défoncé une ou deux bouteilles la veille avec des potes et que vous vous êtes couchés à une heure déraisonnable, n’importe quelle heure de la matinée vous paraît bien trop tôt pour ouvrir un œil.

Rapidement, j’ai surnommé l’indésirable « le Cracoucass ». Ceux qui ne captent pas la référence sont à ranger dans le même panier que mes filles qui, malgré une belle et imposante collection, délaissent ma bibliothèque de BD avec un dédain frisant l’insulte.

imageAprès plusieurs réveils trop matinaux, j’ai donc décidé de partir en guerre contre le Cracoucass. Ma chère, tendre et aimante épouse m’a gentiment expliqué que dans ce combat, je ne pouvais compter que sur moi-même, vu que la dernière fois que j’ai croisé un bosquet rempli d’amanites, j’ai sauté dessus à pieds joints en hurlant « prenez ça dans vo’t gueule les Schtroumpfs » ponctué de rires sadiques.

Sous les regards médusés de mes filles. Et des promeneurs.

« Bref, vu que t’as piétiné leur village et fais croire à tes gamines que tu avais un morceau de Schtroumpfette sous les semelles, ça m’étonnerait qu’ils viennent t’aider à chasser ton Cracoucass » m’a-t-elle expliqué dans un grand sourire narquois.

C’est vrai. J’avais oublié cet « incident » qui m’a valu le surnom de Gargamel pendant toute une semaine.

« Même pas besoin des schmourfs, j’ai répondu, moi j’ai mon lance-pierres. »

imageJ’ai donc décidé de me mettre en chasse au Cracoucass. J’ai mis mon lance-pierres à la ceinture et écumé le jardin : j’ai rempli une bourse de petits cailloux à la taille et au poids idéaux. Ainsi armé, j’ai patiemment scruté le jardin pendant des heures, changeant de position régulièrement pour être certain de croiser la route de ma proie.

Au bout de quelques jours, ma chère, tendre et aimante épouse m’a très fermement conseillé de faire appel à la technologie pour m’aider dans mon combat.
« Ça fait près d’une semaine que tu tires sur tout ce qui bouge comme un con. J’en ai marre de manger du pigeon à tous les repas et si je t’avais écouté, on aurait eu du chat et de la grenouille au barbecue hier soir, sans oublier le voisin qui a reçu un caillou en plein visage – non, ne nie pas, je l’ai croisé ce matin il a un œil au beurre noir, à deux centimètres près il devait borgne. Et ton Cracoucass continue de brailler chaque matin. Ce n’est ni un pigeon, ni un moineau, ni un rouge-gorge, ni un chat, ni une grenouille et encore moins un voisin. Arrête de tuer tout ce qui passe dans le jardin et télécharge une application pour découvrir quel oiseau c’est une bonne fois pour toutes. »

imageElle est pas bête, ma femme. Des fois, elle me parle mal, mais elle est pas bête. Alors j’ai téléchargé une application de reconnaissance de chants d’oiseaux. Dans un premier temps, j’ai essayé d’imiter le cri du Cracoucass mais l’application m’a demander d’arrêter de boire et de faire l’imbécile, qu’elle m’avait reconnu. Deux jours après, j’ai réussi à capter le Cracoucass et enregistrer son cri. Et le résultat est tombé :

Une pie bavarde.

Putain. Une simple pie. Mais comment un oiseau noir et blanc majestueux, si beau, peut-il avoir un tel chant à la con ?

Finalement, j’ai décidé de laisser la pie Cracoucass vivre. J’veux dire, buter un pigeon, un moineau, un rouge-gorge, un chat, une grenouille ou un voisin, pourquoi pas. Mais pas une pie. C’est joli, une pie. Et puis, son chant d’oiseau bourré, on s’y fait au final. Des fois, même, le matin à l’aube, si j’ai bien picolé la veille, j’ouvre la fenêtre et je chante avec lui.

En attendant, c’est ma chère, tendre et aimante épouse qui a récupéré le lance-pierres. Je me demande bien pourquoi.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Ecrit par Quantum le 02/08/2021 à 15:27

 

1

avatar

Inscrit le 08/05/2009

Voir le profil

J’veux dire, buter un pigeon, un moineau, un rouge-gorge, un chat, une grenouille ou un voisin, pourquoi pas. Mais pas une pie.

Vla qu'il se prend pour Riggs maintenant ... smiley 7

Je peux pas flinguer un chien, un mec j’veux bien mais pas un chien.

647 Commentaires de news


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

42533-cracoucass-chant-oiseau-lance-pierres-pie-bavarde