Assassin's Creed Rogue (PC)

 

Publié le Jeudi 12 mars 2015 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test d'Assassin's Creed Rogue (PC)

Un portage de qualité ?

imageAlors que le monde du jeu vidéo s’est focalisé sur la sortie d’Assassin’s Creed Unity, sur PC, Xbox One et PS4, un autre épisode a lui aussi débarqué, sans être sous le feu des projecteurs : Assassin’s Creed Rogue. Sorti sur PS3 et Xbox 360 à la fin de l’année dernière, il débarque aujourd’hui sur PC. Reste à savoir s’il s’agit d’un bon portage ou d’un simple boulot fait à la va-vite histoire de rentabiliser un titre passé un brin inaperçu.

Petit rappel des faits. Alors que dans tous les jeux de la série vous incarnez un assassin, c’est du côté templier que va se dérouler cette histoire. Vous y incarnez Shay Patrick Cormac. Alors oui, c’est un templier. Mais avant cela, c’était un assassin. Il a retourné sa veste. Et du coup, met au service de ses anciens ennemis tout ce qu’il a appris… toutes ses compétences d’assassin.
Le jeu se déroule sur fond de Guerre de Sept Ans, qui agita non seulement le Nouveau Continent mais également l’Europe entre 1756 et 1763. Elle a principalement opposé la France et ses alliés contre l’Angleterre et les siens. Ajoutez le Royaume de Prusse contre l’Autriche, l’Espagne et ses colonies d’Amérique du Sud qui s’y mettent, et des affrontements dans les colonies d’Amérique du Nord, et vous aurez une bonne idée du gros bordel mondial de cette époque.

Toutefois, cet épisode se déroule exclusivement sur le Nouveau Monde. Un jeu qui établit le lien entre l’histoire d’Assassin’s Creed IV Black Flag et Assassin’s Creed III… et qui viendra finalement établir quelques éclaircissements bienvenus sur Assassin’s Creed Unity.

screenscreenscreen

screenD’ailleurs, d’Assassin’s Creed IV Black Flag, il emprunte le système et la jouabilité. Shay Patrick Cormac va sillonner les mers, non plus des Caraïbes, mais de la côte Ouest des USA. New York ou le domaine Davenport sont de retour. Avec un quartier bonus (le Grand Incendie n’est pas encore arrivé) pour la première. La River Valley et l’Atlantique Nord sont navigables. C’est cette dernière zone qui apporte sans doute le plus gros changement avec une navigation dans des eaux gelées où il faudra vraiment prendre en compte les glaces lors de votre navigation
Reste que, attaques et abordages via votre navire, amélioration et gestion de ce dernier, attaques de fort, trésors à trouver, quelques balades à pied dans les garnisons… tout est identique à l’épisode précédent.

screenLes quelques nouveautés ajoutées sont le feu grégeois pour le navire, et des fléchettes ou grenades lancées via un fusil lors des phases à pied. Oui, oui, des grenades. Pour un jeu bien plus bourrin au final. Quelques missions ont également été ajoutées et rendent le jeu plus varié au niveau des quêtes secondaires. Avec un bon point pour les zones d’Assassins où ces derniers se cachent dans les bottes de foin ou sur les toits et n’hésitent pas à vous sauter dessus à la moindre erreur d’inattention.

Niveau scénario, il ne faut pas s’attendre à du grand Assassin’s Creed. Et si le héros a plus de consistance et se montre bien plus intéressant qu’Arno dans Unity par exemple, l’Histoire est une nouvelle fois la grande perdante de cet opus : en effet, les faits historiques sont soit ignorés, soit bâclés, mais n’influencent jamais le jeu, se trouvant en dernier plan et sans offrir un quelconque intérêt scénaristique au final. C’est vraiment dommage.

screenscreenscreen

screenTechniquement, sur cette version PC aussi, on retrouve quelques bugs inhérents à la série : clipping, bugs de collision, dialogues qui mettent du temps à se lancer… sans oublier une IA perfectible. Mais la bonne nouvelle est que le jeu s’en sort plutôt bien. Optimisé parfaitement, il se montre d’une fluidité parfaite, même sur une machine modeste. Graphiquement, sans atteindre un rendu tel que le dernier épisode Assassin’s Creed Unity, il offre des textures plus détaillées, des décors plus fins, plus jolis et une meilleur distance d’affichage. Sans oublier l’aliasing qui a presque disparu. Un simple portage, donc, mais un portage de qualité, du moins graphiquement.

screenBref, un bon jeu sur PC, mais qui ne gomme aucun défaut du jeu d’origine : durée de vie faiblarde (15 heures max), scénario insipide et comme un air de déjà-vu.

Gros coup de gueule par contre : sorti à 45 € environ sur Xbox 360 et PC, il est vendu aujourd'hui 49,99 € sur PC. Rien ne justifie un tel prix, trop élevé d'une dizaine d'euros. Au moins.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Assassin's Creed Rogue (PC)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 18+

Prix : 49,99 €

Assassin's Creed Rogue (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Assassin's Creed Rogue (PC) :

0