PlayStation VR Worlds (PS4)

 

Publié le Vendredi 14 octobre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de PlayStation VR Worlds (PS4)

Une démo technique ?

imageProposé à 40 € en boutique, alors qu’entre nous, il devrait être offert avec le casque puisqu’il s’agit d’une parfaite démo technique pour le PlayStation VR, le jeu PlayStation VR Worlds vous permet de découvrir 5 utilisations différentes du casque à réalité virtuelle de la PS4.

5 « mini-jeux » en un, donc, qui vous entraînent dans cinq univers différents.

Si « mini-jeu » est entre guillemets, c’est pour la simple et bonne raison que le premier d’entre eux n’en est en réalité pas un. Ocean Descent vous plonge, c’est le cas de le dire, dans une cage à requins pour contempler les fonds des mers. Coraux, poissons, raies, requins…
Si l’ensemble souffre un brin de la définition limitée du PlayStation VR, on restera quand même bluffé. Pour qui découvre la réalité virtuelle, c’est le programme idéal pour débuter. On est en pleine immersion, on en prend plein les yeux, bref, c’est assez saisissant. Seul petit hic : il s’agit d’un « film » plus qu’un jeu : à part bouger la tête pour admirer les alentours, vous n’intervenez en rien dans l’histoire ou le déroulement de la plongée.
Mais ça reste sympa quand même, notez bien.

Le deuxième mini-jeu, lui, est VR Luge. Autrement dit, vous voyez en gros plan votre corps allongé sur une luge à roues, et devez descendre des routes à pentes vertigineuses. Le tout au milieu des voitures et camions. On bouge la tête à gauche ou à droite pour tourner et on essaie tant bien que mal de réussir un bon chrono pour passer à la piste suivante.
Doté de graphismes assez sommaires, VR Luge est amusant 5 minutes, pas plus. Simplement parce qu’il va vous coller une énorme envie de rendre votre déjeuner… Très rapide, donc, mais complètement gerbant. A jouer à plusieurs, finalement, chacun son tour, pour se laisser le temps de se remettre les tripes à l’endroit.


screenLe troisième jeu, quant à lui, est Scavengers Odyssey. Plutôt réussi, il vous place dans une sorte de mecha spatial, à explorer des épaves. Ce shoot, façon FPS, vous permet de sauter de plateforme en plateforme, parfois à vous retourner dans tous les sens, et à shooter tout ce qui passe à portée de vue. Si certains retournements de plan peuvent vous tourner un brin la tête sur le moment, nous n’avons pas ressenti d’effet de nausée pour le jeu. Simple, basique, très permissif, mais plutôt fun, il s’inscrit comme une bonne « démo » de ce qu’il est possible de faire pour le genre.

Le quatrième mini-jeu, Danger Ball, est une sorte de « Pong » 3D. Sauf que vous déplacez votre raquette avec la tête. Le jeu retranscrit vos mouvements, qui permettent de déplacer la raquette et ainsi renvoyer la balle. Simpliste, rapide, mais plutôt sympa au final.

screenEnfin, le cinquième jeu, The London Heist, vous plonge en plein interrogatoire. Ce qui semble être un ex-complice vous cuisine pour savoir ce que vous avez fait du diamant que vous venez de voler. Et vous de revivre certaines scènes : la discussion avec le boss, le vol, la poursuite en voiture. Une aventure relativement basique, assez sympa, mais avec toutes les limitations que cela implique. Comprenez par-là que le gars qui vient vous parler dans le pub, pour vous expliquer le coup, vous laisse pendant 10 bonnes minutes à l’écouter sans rien faire d’autre que d’allumer un cigare, essayer de mettre le feu à votre sac, essayer d’écraser votre cigare sur la main ou sur le visage de votre interlocuteur… bref, faire des conneries qui ne sont, au final, pas gérées dans le jeu. Ce qui, entre nous, est peut-être amusant mais montre les vraies limitations du PlayStation VR : une grande liberté d’action, « comme si vous y étiez », mais qui ne sont pas gérées par les jeux. Et qui ne le seront sans doute jamais, malheureusement.
Vous avez aussi le vol, qui se termine en fusillade. Ouvrir des tiroirs, chercher des indices, manipuler des cigares (encore !)… puis shooter tout ce qui bouge (ou ne bouge pas puisque les ennemis sont particulièrement exposés et peu dangereux). Pour enfin découvrir une simple poursuite genre shoot sur rails, à tirer sur les motards et les camions, dans l’espoir de vous échapper. Là encore, le tableau de bord de votre voiture regorge de petits détails (canettes…) que vous pouvez manipuler mais qui n’ont aucune incidence dans le jeu. Dommage.
Bref, The London Heist est sympathique, permet de passer un bon moment, mais montre avec violence toutes les limitations de la réalité virtuelle.


screenAu final, PlayStation VR Worlds n’est autre qu’une simple démo technique. Relativement court au final, il a le bon goût de vous faire découvrir les différentes possibilités du casque à réalité virtuelle de la PS4. Ocean Descent fut une bonne surprise, malgré tout. The London Heist est sympathique, mais pas inoubliable et trop limité. Scavengers Odyssey est plaisant, mais simpliste. Quant à VR Luge et Danger Ball, ils sont anecdotiques même si ce dernier est plutôt fun et pourra éventuellement être rejoué de temps en temps.
On peut donc dire que PlayStation VR Worlds est sans doute le jeu à avoir pour découvrir le PlayStation VR. Mais pas à 40 €. Faut pas déconner non plus.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

PlayStation VR Worlds (PS4)

Plateformes : PS4

Editeur : Sony

Développeur : Sony

PEGI : 16+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

PlayStation VR Worlds (PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu PlayStation VR Worlds (PS4) :

0