Anno 1800 (PC)

 

Publié le Mardi 16 avril 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Anno 1800 (PC)

Le seigneur des ?

imageSérie désormais culte, la franchise Anno vient de fêter ses 20 ans l’année dernière. Aujourd’hui échue au studio Blue Byte (Great Courts, The Settlers), elle s’offre un nouvel opus avec Anno 1800. Après deux virées dans le futur (Anno 2070 et Anno 2205), nous voilà donc de retour dans le passé. Et tout ça sans DeLorean.

Nous voilà donc au début du XIXème siècle, à l’aube de la révolution industrielle, parés pour conquérir le monde. En toute simplicité.

Bonne nouvelle, le jeu vous propose de suivre une campagne, savamment menée pour vous faire découvrir le jeu et ses moindres ficelles, un mode sandbox (bac à sable) où vous serez livrés à vous-mêmes, ou un mode multijoueur en ligne.

Durant la campagne, divisée en quatre chapitres, vous incarnez un riche héritier anglais parti se dorer les noix de coco dans le Nouveau Monde. Un évènement va précipiter votre retour sur le vieux continent : votre papounet est accusé de Haute Trahison. Une fois sur place, vous arrivez trop tard : le paternel a tiré sa révérence en prison et vous voilà donc l’héritier d’une petite société relativement bardée de pognon. Mais votre oncle compte bien faire main basse sur vos richesses…

Un petit scénario en forme de drame familial, sympathique et bien amené, dont les rebondissements sont distillés avec soin et qui, s’il n’influe pas spécialement sur le fond du jeu et de ses mécaniques, offre un cadre agréable et intéressant pour (re)découvrir la saga.


screenLes bases, donc, sont toujours les mêmes : construire sa ville, la faire prospérer, découvrir de nouveaux lieux, construire d’autres villes… gérer le commerce, développer les infrastructures et, parce que c’est quand même le nerf de la guerre, amasser un max de thunes pour se taper des putes et du champagne, même si à notre grand regret, cette finalité est bizarrement absente du jeu. Pas même évoquée un brin.

Partie d’un simple hameau de paysans cultivateurs de patates, votre cité va prospérer. Vos citoyens vont changer de classe sociale, donc gagner plus d’argent, donc vous verser plus d’impôts… mais avoir des besoins différents et être plus exigeants quant à leur qualité de vie. A vous de construire les bons bâtiments, à leur apporter stabilité et richesse, vie douce et heureuse… notamment en évitant de trop polluer vos villes. La série Anno est l’une des précurseurs en matière de gestion écologique de ses cités, et cet opus ne fait pas l’impasse à ce sujet.
Pour ça, il faudra aussi gérer les relations avec les autres états, établir des liaisons commerciales, coloniser de nouveaux territoires, voire même déclarer quelques guerres pour la frime.
Tous les territoires n’ont pas forcément les mêmes ressources et les atouts des uns pallieront les manques des autres.
Vous devrez même gérer la presse en censurant, si le cœur vous en dit, certains articles pour manipuler l’opinion. Attention à ne pas être trop totalitaire si vous ne voulez pas aller au clash…

screenDans tous les cas, Anno 1800 est un jeu de gestion, mâtiné de city-builder et d’une petite dose de stratégie, le tout dans un format très abordable. Jamais le jeu ne va au fond des choses. C’est à la fois une force (parce que le jeu est très accessible, simple et ouvert à tous) et une faiblesse (les habitués le trouveront trop simpliste et regretteront son manque d’options). Cette simplicité se retrouve d’ailleurs dans l’interface et la gestion des menus, très lisibles et intuitives.

Se déroulant à la fois sur l’Ancien et le Nouveau monde, donc avec deux cartes à gérer, Anno 1800 offre plus de richesse, plus de contenu, mais perd en rythme. La faute à des chargements réguliers… et un poil longuets.  On pourra aussi lui reprocher deux ou trois autres petites choses : les quêtes secondaires, assez lourdingues à la longue, même si nécessaires pour récupérer des récompenses. Des marchés qui se proposent à vous… et sont clos beaucoup trop vite (il faudra donc faire des pauses régulières pour les gérer) ou encore des graphismes qui font l’impasse sur les monuments gigantesques et très détaillés auxquels on était habitués. Pour autant, visuellement, le jeu est agréable et propose des vues magnifiques de vos cités. Ça reste une belle réussite à ce niveau-là.

screenEnfin, on évoquera donc la possibilité de jouer sans scénario, en mode bac à sable, en partant de zéro et en mettant en pratique ce que vous aurez appris lors de la campagne, ou en multi. Dans ce dernier cas, il existe différents modes de jeux : parties personnalisées, où vous choisissez les conditions de départ et de victoire, chacun pour soi ou en coop, mais aussi un mode partie rapide.

Bref. Simple, très facile à prendre en mains, sympathique et ludique, cet Anno 1800 est une réussite. Il manque peut-être un brin de profondeur et de variété, mais globalement, c’est un nouvel opus très agréable.



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Anno 1800 (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Ubisoft

Développeur : Blue Byte

PEGI : 7+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Anno 1800 (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Anno 1800 (PC) :

0