Samurai Shodown (PS4, Xbox One)

 

Publié le Vendredi 28 juin 2019 à 12:00:00 par Corentin Castric

 

[Test] Samurai Shodown sur PS4

Préparez vous à dégainer votre plus beau katana

imageDepuis quelques années, SNK, entreprise japonaise mythique du jeu d'arcade, paraissait un peu à la traîne concernant les jeux de combat.
Après un King of Fighters XIV plutôt bon, mais techniquement pas incroyable, et un SNK Heroines carrément oubliable, la firme nippone semblait ne plus pouvoir proposer un jeu de combat digne de ce nom.
C'était sans compter sur le retour d'une licence qui n'avait pas eu de suite depuis plus d'une dizaine d'année, à savoir Samurai Shodown.

Après 7 épisodes principaux sortis entre 1993 et 2008, faisant de la licence un des dignes représentants du jeu de combat à l'arme blanche, celle-ci revient en force cette année avec un titre se nommant tout simplement Samurai Shodown (Samurai Spirits au Japon).
Un nom sobre sans sous-titre additionnel. Un reboot complet de la série ? Probablement.


On est accueilli dans le jeu par une séquence d'introduction où Haohmaru, personnage principal de la série, médite en répétant la voie du samurai. On notera que c'est la même séquence d'introduction que dans Samurai Shodown premier du nom, ainsi que son reboot de 2008.
Ce qui frappe directement, c'est la direction artistique de ce nouvel opus, présentant un cel shading fin qui n'est pas sans rappeler les estampes japonaises, un peu à la façon d'un Street Fighter IV. Nous reviendrons sur ce point un peu plus tard dans le test.


Une fois dans le menu, on peut voir que plusieurs modes de jeu nous sont proposés. Et c'est probablement là une des forces du titre. Outre un mode Histoire correspondant à un mode Arcade, déroulant un semblant de trame scénaristique pour chaque personnage, on peut également voir un mode "En ligne" permettant d'affronter des adversaires du monde entier, un mode "Combat", composé des classique "Versus", "Survie" et "Contre-la-montre", mais également le mode "Tournoi à la ronde" qui permet d'affronter tous les personnages du jeu à la suite, en un seul round par combat. Un mode intéressant avec un challenge sympathique.
Cependant, le mode qui m'a paru le plus intéressant est le mode "Dojo", décrit comme un mode en ligne asynchrone. En effet, il permet d'affronter des fantômes de joueur. Comprenez ici une IA qui aura appris du style de jeu du joueur auquel le fantôme correspond. Vous pourrez donc choisir quel fantôme affronter en combat classique, ou bien utiliser le mode "Hécatombe" permettant d'affronter 10, 50 ou 100 adversaires à la suite. Un régal pour ceux qui attendent de véritables combats endiablés. Plus vous gagnez de points, plus vous serez en mesure d'affronter des fantômes puissants.

screenEn ce qui concerne le roster de personnages, le jeu ne propose malheureusement que 16 personnages, comprenant 13 personnages connus de la licence, ainsi que 3 personnages inédits. Le Season Pass (proposé gratuitement jusqu'au 30 Juin) permettra de récupérer 4 personnages en plus à raison d'un par mois à partir du mois d'Août, mais il n'en reste pas moins que 20 personnages, c'est léger. Surtout, quand on sait que la licence dispose de plus d'une centaine de personnages. Cependant, chaque personnage jouable est unique, dispose de sa propre arme blanche et son propre set de combos, et malgré le nombre de combattants disponibles, chacun devrait s'y retrouver.

Mais attardons nous plutôt sur la jouabilité du titre.
Si vous vouliez arriver comme une fleur sur le jeu en spammant tous les boutons en espérant éventuellement gagner tranquillement en sortant des combos incroyables, oubliez tout de suite.
Ici, il ne s'agit pas de s'énerver sur sa manette, mais plutôt d'anticiper les mouvements de l'adversaire, jouer avec la garde, et sortir des combos quand une ouverture se présente. Un sentiment proche du système de combat de Sekiro se fait sentir, et c'est plutôt bienvenue dans un jeu où les armes blanches priment.
Comme dans beaucoup de jeux de combat, vous disposez d'un coup faible, moyen et fort, ainsi qu'un coup de pied. Mais en combinant ces coups à différents mouvements de joystick, vous pourrez lancer des combos qui s'adaptent à chaque situation.
Là où la plupart des jeux de combat vous dérouleront une liste de combos hallucinante tant en nombre qu'en difficulté de réalisation, Samurai Shodown propose un panel de quelques combos par personnage. Ceux-ci sont bien expliqués et relativement simple à sortir ce qui rends l'apprentissage moins frustrant, et le plaisir de jeu quasi-immédiat.

Comme dans les précédents jeux, vous pourrez également désarmer votre adversaire au moyen d'un combo spécial ou d'un duel de lame lorsque les deux joueurs frappent au même instant (il suffira ici de spammer tous les boutons pour remporter le duel.). En plus de la garde en reculant, vous pourrez réaliser une esquive latérale, ce qui permet de placer un coup Brise-garde et punir son adversaire.screen
Enfin, une jauge de colère augmente au fur et à mesure que vous prenez des dégâts.
Celle-ci permettra la réalisation de l'attaque spéciale de chaque personnage, ou bien une Explosion de Colère permettant principalement d'augmenter les dégâts de vos attaques. A noter que chacune de celle-ci n'est activable d'une seule fois par combat.
En somme, Samurai Shodown propose un système de combat très accessible grâce à une prise en main ultra rapide, mais avec une profondeur certaine grâce au système de parade, de désarmement, de brise garde, et surtout assez punitif si une erreur est commise puisque les animations de fin d'attaque ne peuvent être annulées.
On se retrouve donc à calculer chacun de ses mouvements tout en observant ceux de l'adversaire.

Revenons à présent sur l'aspect graphique du jeu.
Comme évoqué au début du test, la réalisation graphique en cel shading rends le jeu bien plus beau qu'il ne l'a jamais été, à des années-lumières du rendu "poupée plastique" de King of Fighters XIV. Les effets visuels sont impressionnants, mais ne gâchent jamais vraiment la lisibilité en combat. On ressent une influence d'estampes japonaises, ainsi que de comics pour les illustrations 2D, ce qui donne une nouvelle identité à la licence, et n'est pas pour déplaire.
Le jeu dispose également d'une option permettant l'affichage du sang, qui se collera à la peau, aux vêtements et aux cheveux des personnages, donnant ainsi une touche plus sérieuse avec des effusions d'hémoglobine parfois digne d'un bon Tarantino. Selon l'attaque utilisée pour achever un adversaire, celui-ci pourra aussi être démembré pour une mise en scène encore plus mature.

screenCe reboot de la saga Samurai Shodown est donc globalement une véritable réussite. Avec une jouabilité aux petits oignons, axée sur la tactique et le timing, et de plus accessible même aux néophytes, un challenge élevé (le boss final du mode Histoire...) ainsi qu'une ambiance graphique et sonore soignée, SNK redore son blason et revient dans la liste des maîtres du jeu de combat.
On déplorera cependant un roster de lancement trop peu fourni, ainsi que des performances techniques limitée, notamment avec des temps de chargement parfois un peu longs.
Mais ce n'est pas pour autant que je ne vous conseillerai pas de craquer pour ce jeu, surtout si vous en avez marre de vous faire matraquer par votre petit frère qui masturbe la manette et finit par gagner.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Samurai Shodown (PS4, Xbox One)

Plateformes : Xbox One - PS4

Editeur : SNK

Développeur : SNK

PEGI : 16+

Prix : 59,99 €

Aller sur le site officiel

Samurai Shodown (PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Samurai Shodown (PS4, Xbox One) :

0