F1 2019 (PC, Xbox One, PS4)

 

Publié le Lundi 1 juillet 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

F1 2019 (PC, Xbox One, PS4)

Une grande saison

imageDébarquant généralement à la fin août, les jeux F1 signaient un peu le lancement d’une nouvelle année scolaire, un peu comme une bouffée d’air avant la reprise des cours. Pour cette saison 2019, on change les habitudes : le jeu débarque à la fin de l’année (scolaire, toujours). Fin juin, F1 2019 a mis la gomme. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Le jeu propose comme d’habitude, un bon contenu, avec notamment toutes les écuries, pilotes et voitures de l’année en cours. 21 circuits, 20 pilotes, 10 écuries.
Mais ce n’est pas tout. Pour fêter les 10 ans de la série, des voitures de « légende » ont été ajoutées : Red Bull RB6 de 2010, Brawn BGP 001 de 2009, McLaren MP4 –23 de 2008, Ferrari F2007 de 2007, Renault R26 de 2006, Ferrari F2004 de 2004, Williams FW25 de 2003, McLaren MP4-13 de 1998, Williams FW18 de 1996, Williams FW14 de 1992, McLaren MP4/6 de 1991, McLaren MP4/4 de 1988, McLaren MP4/1B de 1982, Ferrari 312 T4 de 1979, Lotus 79 de 1978, Ferrari 312 T2 de 1976, McLaren M23D de 1976 et Lotus 72D de 1972.
On peut même rajouter, si vous avez opté pour l’édition « légendes » du jeu, Senna et Prost avec les voitures suivantes : Ferrari F1-90 de 1990, McLaren MP4/5B de 1990, Ferrari F10 de 2010 et McLaren MP4-25 de 2010.

Au niveau des différents modes de jeu, on est dans le très classique : de la simple course au multijoueur, mais aussi à des challenges hebdomadaires, les ligues… et bien entendu le fameux mode carrière qui, cette année, a subi une belle refonte. Et c’est une nouvelle fois le point fort du jeu.


screenVous débutez cette fois-ci en Formule 2. Après avoir créé votre pilote, vous devez faire un choix dans les différentes écuries de F2 disponibles. Dès lors, 3 courses sont à parcourir, chacune avec son lot de problèmes et de défis, de petit scénario à vivre, notamment une opposition avec un autre pilote qui deviendra votre « rival » durant toute votre carrière. Un peu comme si le monde de la F1 ne pouvait vivre sans un autre Alain Prost et un autre Ayrton Senna.
Une fois ces trois épreuves terminées, vous pourrez enfin accéder à la catégorie reine, la F1. Vos performances et vos choix en F2 décideront des écuries disponibles, celles qui acceptent de vous recevoir en leur sein.
Si ce mode carrière n’est pas exempt de défauts, notamment dans la crédibilité des intervenants (la plupart issus du mode carrière de F1 2018) et si certaines situations sont très basiques, voire très très connes, il n’empêche que, plus consistant et plus soigné, ce mode carrière apporte un vrai plus et permet de s’immerger dans le monde de la formule un. La mise est scène fonctionne, l’histoire fonctionne, les dialogues – en partie – fonctionnent, les personnages fonctionnent… bref, c’est plutôt sympa à jouer et à vivre.

screenOn aurait peut-être aimé plus d’intensité dans cette opposition avec le rival, qui finalement n’existe que dans les quelques questions des journalistes auxquelles vous devrez répondre à chaque course, on aurait aimé, aussi, la possibilité de pourquoi pas vivre une pleine saison de F2 et non pas seulement trois courses, histoire de donner plus de corps à ce mode carrière, on aurait aimé aussi plus de prise de risque dans la saison F1 de ce mode carrière, finalement assez classique et qui gagnerait peut-être aussi d’avoir de manière aléatoire quelques scénarii originaux, inhérents à la vie, les problèmes, les aléas, des écuries de Formule Un sur une saison.

screenSi graphiquement, le jeu n’a pas forcément beaucoup progressé d’une année sur l’autre, il reste tout à fait correct, notamment dans la modélisation des voitures et l’impression de vitesse. On s’attardera plus, en réalité, sur l’IA. N’hésitez pas à corser le challenge et donc augmenter la difficulté pour avoir des adversaires dignes de ce nom. Elle est déjà moins bourrine. L’IA ne vous tamponne plus juste parce que vous étiez sur sa trajectoire. Les contacts existent encore, mais ce sera la plupart du temps parce que vous avez donné un coup de volant au mauvais moment ou parce que vous avez un positionnement incorrect sur la piste. Moins bourrine, mais pas moins agressive : les adversaires tenteront de vous dépasser, de profiter de l’aspiration, voire même de faire des choix audacieux en matière de conduite ou d’arrêts au stand.

Au final, ce F1 2019 est donc une nouvelle fois une excellente surprise. Certes, on aurait aimé un peu plus de tout (plus de F2, un mode carrière plus fourni…) mais niveau contenu, qualité, possibilités, ressenti, ambiance, plaisir… c’est une nouvelle fois extrêmement réussi. Du grand art.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

F1 2019 (PC, Xbox One, PS4)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Codemasters

Développeur : Codemasters

PEGI : 3+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

F1 2019 (PC, Xbox One, PS4)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu F1 2019 (PC, Xbox One, PS4) :

0