Dragon Quest Builders 2 (Switch)

 

Publié le Vendredi 19 juillet 2019 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

[Test] Dragon Quest Builders 2 sur Switch

Bouge ton gros cube

imageSorti en 2016, Dragon Quest Builders avait su trouver son public. Il faut dire que, contrairement à Minecraft, le titre de Square Enix proposait un vrai scénario et surtout l'enrobage propre à la série, bien plus chouette que celui du titre de Notch. Du coup, une suite a rapidement été mise oeuvre et sept mois après sa sortie au Japon, la voici qui débarque dans nos vertes contrées. Alors, Dragon Quest Builders 2 est-il meilleur que son prédécesseur ? Oui mon capitaine et on vous explique pourquoi pas plus tard que maintenant.

Pourtant, c'était un peu mal barré avec cette version Switch et ses temps de lancement qui durent une éternité. A commencer par celui du lancement : il est tellement long que j'ai cru que la console avait planté. Presque une minute trente, c'est une honte. Par la suite, les chargements sont plus raisonnables, même s'ils sont dans la moyenne haute du genre. C'est franchement le plus gros point noir du titre, mais du coup, en laissant sa console en veille, ça règle en partie le problème.


Le pitch de Dragon Quest Builders 2 est encore une fois un bon prétexte pour vous convier aux bases de la construction en se basant sur les évènements de Dragon Quest 2 et la défaite du vilain Malroth. Ce dernier se voit réincarné en un jeune homme amnésique qui nous suivra pendant toute l'aventure. Le monsieur est d'ailleurs bien utile puisqu'il calque son comportement sur le notre. Que ce soit pour tailler du bois ou combattre, le monsieur se joindra à nous automatiquement. Une bonne nouvelle qui permettra de passer moins de temps en combats, tant ces derniers sont au niveau du premier volet, c'est-à-dire anecdotique. On évite les attaques ennemies et... c'est tout. Du coup, à défaut d'avoir un système mieux foutu, les combats sont mis en retrait et ce n'est pas plus mal.

screenAprès la création de notre personnage (franchement très sommaire) et un prologue bien construit pour apprendre les bases du titre, nous voici donc sur l'île de l'éveil. Cet endroit nous servira de base pour l'aventure, mais c'est également ici qu'on pourra par la suite laisser libre cours à notre créativité. Durant l'aventure, il faudra partir sur différentes îles abritant des ressources. On rencontrera également des ennemis spécifiques, on y trouvera de nouvelles recettes, de nouveaux compagnons au travers de quêtes, mais également des familiers à récupérer, bref, l'aventure est un gigantesque didacticiel d'une soixantaine d'heure qui se laisse franchement faire. Les possibilités sont monstrueuses et le nombre de ressources à récupérer impressionnant.

screenTout comme dans Dragon Quest Builders, il faudra à la fois créer, mais également gérer la vie et le bien-être de sa communauté en créant toutes les commodités nécessaires : cuisine, toilettes, salles de bain et j'en passe. Et si au début, c'est vous qui allez galérer comme un gland à tout gérer, vous allez, au fur et à mesure, apprendre aux NPC à être autonomes. Ainsi, ils seront capables de cuisiner, défendre le village, cultiver, récolter, aller récupérer des ressources, voire, construire des bâtiments. Si bien qu'ils nous aident véritablement dans notre quête, et après, on prend plaisir à les voir mener leur petite vie. C'est jouissif. Plus loin dans l'aventure, nous aurons la possibilité du terraforming, en créer carrément des forêts, des rivières. Bref, les possibilités offertes par le titre sont vraiment énormes. Notez d'ailleurs que l'interface a été revue depuis le premier volet : plus simple à gérer, il n'y a plus de limites à la quantité d'items transportables. On peut également déplacer les blocs sans avoir à la casser auparavant, un petit détail qui a toute son importance. Dans les plus appréciables, on peut maintenant aller sous l'eau, planer au dessus des décors grâce à une cape brise-vent.

screenscreen

Un mot sur le multi, l'une des nouveautés de ce second volet, il permet de pouvoir jouer à quatre en ligne (en plus du LAN) sur l'île principale d'un des joueurs mais on ne peut cependant pas avancer dans la quête principale. Fort heureusement, on peut paramétrer des options pour éviter de se faire pourrir sa communauté. Mais personnellement, je n'ai pas accroché au multi. Mais c'est dû au fait que je suis un sauvage et que tous les autres sont des cons. Dommage également qu'il ne soit pas possible de jouer en écran splitté en mode docké. Ca aurait franchement pu être sympa.

Au final, ce Dragon Quest Builders 2 est un excellent titre pour qui aime le genre. Et finalement, les seuls reproches qu'on puisse lui faire sont d'avoir des temps de chargement un poil honteux et d'être trop généreux en blabla. Pour le reste, c'est du tout bon. De quoi s'occuper pendant tout l'été. 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Dragon Quest Builders 2 (Switch)

Plateformes : Wii U - PS4

Editeur : Square Enix

Développeur : Square Enix

PEGI : 7+

Prix : 59,99 €

Dragon Quest Builders 2 (Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Dragon Quest Builders 2 (Switch) :

0