Le Mans 66, la critique du film

 

Publié le Mardi 12 novembre 2019 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Le Mans 66, la critique du film

A fond !

En 1963, Ferrari, célèbre constructeur italien d'automobiles d'exception, est en difficulté financière et ne serait pas contre vendre l'entreprise. Henry Ford II, patron de Ford et petit-fils d'Henry Ford premier du nom, est très intéressé par l'achat de l’entreprise Italienne.

Hélas pour Ford, Ferrari annule les négociations au dernier moment, empêchant Henry Ford II de mettre la main sur le constructeur.

Pire, Enzo Ferrari renvoie dans les cordes Henry Ford II en l'humiliant, lui et son entreprise.

Piqué au vif, Henry Ford II veut dès lors battre Ferrari sur son propre terrain, celui de la compétition automobile et en particulier les 24h du Mans, où Ferrari règne en maitre.

Ford charge donc l'un de ses hommes, Lee Iacocca, de trouver la solution miracle.
Ce dernier va faire appel à Carroll Shelby, pilote de course reconverti dans la construction de voitures de course, pour améliorer une voiture pleine de potentiel, la Ford GT40.

Si celui-ci rêve aussi de battre Ferrari, il voit la difficulté du projet car en l'état, la GT40 ne tient pas la route, s'envolant littéralement à haute vitesse.

Shelby va demander de l’aide à un pilote talentueux qu'il connait, l'anglais Ken Miles, réputé pour être un emmerdeur.

Ils vont devoir relever bien des défis pour battre Ferrari.


Le Mans 66, ou Ford vs Ferrari, est un biopic sportif réalisé par James Mangold. On retrouve Matt Damon et Christian Bale dans les rôles de Carroll Shelby et Ken Miles. Le casting est complété par Caitriona Balfe, Jon Bernthal, J. J. Feild, Noah Jupe, Josh Lucas, Tracy Letts et Remo Girone. Le film est tiré du livre Go Like Hell : Ford, Ferrari, And Their Battle For Speed And Glory At Le Mans d'A. J. Baime, publié en 2010.

On va rassurer ceux qui n'aiment pas les voitures, les non-amateurs de courses automobiles ou les écologistes : Non, Le Mans 66 n'est pas qu'un film sur la construction d'une voiture.

C'est avant tout un film de guerre. De guerre d'égo. Ego de capitaine d'industrie, de dirigeant, de constructeur et de pilote. Ford se lance dans cette bataille parce que Ferrari l'a humilié, Shelby veut prouver qu'il est capable de construire une voiture pouvant rivaliser avec les Ferrari, Miles veut prouver qu'il peut intégrer une équipe, etc…

Grace à cela, Le Mans 66 contente tout le monde et pas seulement les amateurs de très grosses cylindrées.

Damon et Bale sont tout simplement géniaux. Chacun dans son domaine. Damon dans le rôle du Texan bourru devant jongler avec des hommes d'affaires ne connaissant rien à la course ni à la construction d'une voiture de course et Bale dans celui du chien fou d'anglais, as du pilotage qui se contrefiche des hommes d'affaires et qui ne vit que pour conduire des voitures de course. Les autres acteurs ne sont pas en reste. On a une petite pensée pour Josh Lucas qui joue encore une enflure.

Si la partie "humaine" est très bien, filmant ces hommes et cette femme humblement, avec leurs doutes, leurs craintes, leurs espoirs et leurs passions ; la partie "mécanique" n'est pas en reste.

James Mangold retranscrit les sensations de pilotages. Lors des courses, cela sent la gomme des pneus, l'essence, l'huile de moteur, bref cela sent le circuit automobile. Il filme les voitures sans trop en faire, ni pas assez. Il filme aussi les accidents, souvent mortels à cette époque.

Petit plus, certaines scènes de courses ont été réellement réalisées au Mans.

Le Mans 66 est presque sans faille.

Quelques longueurs, quelques scènes avec des FX bien moches et notre petit cœur de fan auto qui réclame plus d’images de courses ! Et malheureusement, le film s'écarte parfois de la vérité historique, pour en faire un succès story à l'américaine.

Peu importe. Le film est réussi et captivant. Bref, Pilotes, démarrez vos moteurs avec Le Mans 66 !

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Le Mans 66, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Twentieth Century Fox France

Développeur : James Mangold

PEGI : 7+

Prix : Cinema

Le Mans 66, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0