Bravely Default 2 (Nintendo Switch)

 

Publié le Vendredi 26 février 2021 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Bravely Default 2 (Nintendo Switch)

Un jeu bien brave, mais avec plein de défauts ?

imageSorti en 2013 sur Nintendo 3DS, Bravely Default fut, pour moi, une excellente surprise. Derrière un scénario relativement classique et convenu, l'aventure cachait un dénouement véritablement surprenant. Difficile d'être précis sans vous gâcher la chose, mais Silicon Studio, en charge de ce volet, avait pris un réel risque afin de servir son pitch final, quitte à paraitre redondant pour le joueur, . Et sérieusement, 8 ans après, on s'en rappelle encore. Autant vous dire que si vous ne l'avez pas fait, je vous le conseille chaudement. Tout ça pour vous dire que j'attendais ce Bravely Default II avec impatience. En espérant retrouver cette même claque finale. Ce nouvel épisode, imaginé par Claytechworks, a-t-il réussi à faire preuve de cette même audace ?

Commençons par éclaircir  un point qui peut paraître évident pour les connaisseurs de la licence mais moins pour le profane : Bravely Default II n'est pas la suite directe de Bravely Default. Cette suite existe, elle s'appelle Bravely Second. Ici, donc, pas de lien direct entre les deux épisodes. Du coup, pas de panique si vous ne connaissez pas la licence : il n'y aura aucun problème en jouant à cette opus. Vous ne serez pas perdu. Bravely Default II nous propose un nouveau monde avec de nouveaux héros. Mais toujours avec cette veine artistique et l'univers propre à la licence.

imageL'histoire de Bravely Default II commence après le naufrage de Seth qui échoue sur une plage et se voit sauver par une jeune femme et un vieille homme. Cette femme, c'est Gloria, la princesse d'un royaume détruit et l'homme qui l'accompagne est Sloan, son fidèle protecteur. Gloria est en quête des 4 cristaux élémentaires qui protègent le monde afin de pouvoir rétablir l'ordre et éviter qu'ils tombent entre de mauvaises mains. Assez rapidement, notre équipe se voit compléter d'Elvis, un mage qui s'est donné pour but de déchiffrer un mystérieux livre et Adèle, une mercenaire à la recherche de sa soeur. Ces quatre héros seront les seuls personnages qui composeront votre groupe. D'autres viendront temporairement vous prêter mains fortes durant les combats, mais comme dans Bravely Default, le groupe qu'on joue est restreint. Ce n'est clairement pas un tort car ceci permet de pouvoir plus pleinement s'y attacher. Et ça fonctionne très bien. Le titre regorge de nombreux dialogues d'équipe, tantôt sérieux, tantôt léger, qui permettent véritablement de prendre du plaisir à jouer notre petite troupe.

imageVous l'aurez probablement compris en lisant le pitch de base, l'histoire que propose Bravely Default II transpire le J-RPG à l'ancienne, avec des cristaux à récupérer, des méchants. des méchants plus méchants que les méchants, des gentils qui en fait sont des traitres, des méchants repentis, certains personnages avec de lourds secrets et finalement, la grande menace absolue qui surpasse toutes les difficultés rencontrées dans l'aventure. Bravely Default II joue parfaitement ses gammes de J-RPG à l'ancienne et pour autant, je le dis franchement, j'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoires. Des rebondissements initiaux déjà trop vus, le tout saupoudré de clichés à la pelle. C'était franchement mal barré niveau scénario. Et puis, l'histoire s'accélère dans sa seconde partie pour monter en puissance jusqu'à la fin, où les développeurs ont eu l'excellente idée de jouer avec les nerfs des joueurs. Je n'en dirais pas plus, histoire de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais la seconde moitié du jeu rattrape clairement, pour moi, le reste de ce côté-là. 

imageA côté de l'aventure principale, le jeu propose pas mal de petites choses à faire. A commencer par une centaine de quêtes annexes. Bon, bien trop souvent, il s'agit de quêtes FedEx, sans réelle importance dans le scénario, mais elles permettent de récupérer de précieux équipements. D'autres sont, cependant, bien plus importantes et permettent de récupérer de nouvelles classes. Bravely Default II propose également un jeu dans la jeu avec son jeu de plateau B&D (pour Barrage et Domination). Franchement bien fichu, prenant, c'est typiquement le genre de petit à côté qui, à l'instar du Triple Triad de Final Fantasy VIII, vous occupe plusieurs heures, sans vous en rendre compte. Autre petit truc sympa, il est possible de profitez de nos pauses pour partir en exploration. En effet, en se rendant chez un certain PNJ, il sera possible d'envoyer Seth explorer les mers pour récupérer des récompenses quand nous ne sommes pas en train de jouer.

imageBravely Default II réussit à nous faire voyager. Entre les terres arrides de Savalon, les plaines boisées de Wiswald ou les montages enneigées de Rimedhal, le titre est dépaysant. Là encore, rien de fou dans le choix des lieux qu'on a déjà vu dans d'autres RPG du genre, mais la patte graphique fait franchement mouche et contribue à tout ça. Les décors sont beaux comme des peintures. On en prend franchement plein les mirettes et personnellement, j'ai totalement accroché. D'autant que la bande-son fait franchement le taff, avec certaines musiques très douces, d'autres plus inquiétantes, et certaines totalement épiques, taillées pour certains passages qui le sont tout autant. En revanche, là où j'ai beaucoup moins accroché, c'est au niveau du chara-design qui oscille franchement entre le bon et le mauvais. C'est une histoire de goût mais personnellement, ce point est également responsable de ma difficulté à entrer dans le scénario du jeu. Techniquement, on pourra également reprocher au titre quelques ralentissements qui, s'ils ne sont pas dérangeants, sont quand même assez nombreux.

imageOn retrouve dans ce volet le système de combat qui fait le nom de la série avec son système de Brave et Default. D'apparence très classique, les combats au tour par tour offre une bonne dose de tactique grâce à ces commandes. Chaque personnage possède un jauge de BP (Brave Point) qui peut aller de -3 à 3. A chaque tour, on gagne un BP et chaque action, comme l'utilisation de la magie, d'un objet, d'une compétence ou une simple attaque consome ce point. La commande Brave permet de faire joueur plusieurs fois de suite son personnage, durant un même tour, et ce jusqu'à quatre fois, en consommant ces points. La commande Default, à l'inverse, ne consomme pas de BP mais en stocke, tout en augmentant notre défense. Imaginez donc toutes les combinaisons possibles avec ce système. Les combats ont une vraie approche tactique et on ne peut pas faire n'importe quoi. Dépensez plus de BP qu'on en possède signifie ne pas pouvoir jouer pendant autant de tour que notre jauge est dans le négatif. Et si ce système existe pour nous, les ennemis en jouissent également. Donc attention aux triples attaques qui piquent bien. A noter que si Bravely Default II ne permet pas de paramétrer autant que son grand-frère l'expérience de jeu qu'il propose, il offre quand même la possibilité d'accélérer les combats jusqu'à 4 fois. Une feature que j'apprécie tout particulièrement.



Histoire de pimenter encore un peu plus tout ça, on trouve un système de jobs. En effet, durant l'aventure il sera possible de débloquer jusqu'à 24 classes. On retrouve les très classiques mages noires, blancs, rouges, en passant par le rôdeur, le fantôme, l'oracle, pour terminer par le très puissant maître des lames ou brave. Chaque classe équipée influence directement sur les statistiques de votre personnage et chacune d'elle possède bien évidémment ses propres compétences que l'on débloque en montant le job de niveau. Ce niveau étant, dans un premier temps, capé à 12, pour passer à 15 bien plus tard dans l'aventure. Là où ça devient franchement intéressant, c'est qu'en fait, chacun de nos personnages peut avoir 2 classes : une principale et une secondaire. Et du coup, profiter des compétences des deux classes actives. En outre, il est possible de définir jusqu'à 5 compétences passives pour chacun de nos personnages en puisant dans les différents jobs. Chacun job possède également deux spécialités qui correspondent à des compétences passives qu'on ne peut activer qu'en étant équipé dudit job et en l'ayant monté à son level max. Chaque classe possède une affinité particulière pour certaines armes avec chacune sa propre capacité spéciale que l'on peut débloquer après un certain nombres d'action et qui offre des bonus variés. Vous comprendez aisément que le champ des possibles est franchement énorme. Bien que dans la réalité, une classe surpasse largement toutes les autres et de très loin et qu'il s'agit d'une des classes de départ.
 
image image image

Au final donc, ce n'était pas gagné pour Bravely Default II : un chara-design loin d'être brillant, un scénario qui s'annonçait ultra convenu et un peu trop riche en clichés. Et pourtant, l'aventure finit sur les chapeaux de roues et réussit à nous faire passer par tout un tas d'émotions durant la cinquantaine d'heures de jeu qu'il faut pour en voir le bout. L'object est donc réussi. Bravely Default II propose un système de combat toujours aussi profond et efficace, appuyé par un nombre impressionnant de classes qui permettent de mettre en place une palanquée de stratégie. Autant dire que je vous le conseille chaudement.

Et pour ceux qui veulent écouter la version audio de ce test, c'est sur la chaîne de File Dans Ta Chambre, l'annexe secrète de GamAlive, que ça se passe. Avec plein de morceaux du jeu, choisis et montés par mes soins, dedans.
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Bravely Default 2 (Nintendo Switch)

Plateformes : Switch

Editeur : Square Enix

Développeur : Claytechworks

PEGI : 12+

Prix : 59,99 €

Bravely Default 2 (Nintendo Switch)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0