Solasta : Crown of the Magister (PC)

 

Publié le Jeudi 27 mai 2021 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Solasta : Crown of the Magister (PC)

Aux portes des cadors

imageDans la grande lignée des RPG « à l’ancienne », de Baldur’s Gate à Pathfinder en passant par Icewind Dale ou la série Planescape, débarque aujourd’hui un petit nouveau, Solasta. Lui aussi s’inspire des règles de Donjons & Dragons, mais il développe son propre univers, avec ses propres codes.

Solasta : Crown of the Magister prend place un millier d’années après le grand cataclysme qui a ravagé le monde. Le cœur de l’Empire, frappé de plein fouet, est aujourd’hui appelé Badlands et l’humanité s’est reconstruite tout autour, dans les régions moins touchées. Aujourd’hui, les Nations vivent une période de relative paix et sécurité. Et si quelques braves et fous s’aventurent parfois dans les Badlands, à la recherche des technologies et puissances perdues, ils n’en ramènent généralement que des objets sans importance. Du moins pour ceux qui en reviennent.

Mais l’équilibre du monde est sur le point d’être bouleversé : la Principauté de Masgarth a découvert une route permettant d’aller au cœur des Badlands. Ses trésors sont à portée de main… Sous l’insistance des autres Nations, Masgarth accepte la création d’un conseil indépendant, qu’elle abritera dans sa capitale Caer Cyflen, conseil composé des prêtres d’Einar, le Dieu de la Justice, afin que l’accès des Badlands soit garanti pour tous et profite à toutes les Nations. C’est dans l’avant-poste de Caer Lem que la route commence… et le jour où Caer Lem ne donne plus de nouvelle, on envoie un groupe d’aventuriers sur place, pour comprendre ce qui a bien pu se passer.


imageVoilà comment vous allez vous retrouver en plein cœur d’une nouvelle aventure, accompagné par des aventuriers que vous ne connaissez pas mais qui ont tous des compétences et caractéristiques complémentaires. 4 personnages pourront être créés. Comme dans ce type de RPG, il y a le choix quant aux origines (humain, elfe, halfelin, nain…), à la classe (paladin, clerc, guerrier, magicien…), passé (aristo, justicier, philosophe, espion…) chaque choix influant sur les compétences, les caractéristiques (Force, Dextérité, Constitution, Intelligence, Charisme, Sagesse) et j’en passe. Une nouvelle fois, c’est très complet. On est en plein jeu de rôle, avec ses possibilités nombreuses qui entraîneront avantages ou désavantages durant le jeu (les langues parlées, par exemple).

On retrouve ensuite le fonctionnement « classique » d’un RPG de ce style. Le gain d’expérience, la récupération de nouveaux objets, équipements, armes, armures, parchemins, et des héros qui vont peu à peu prendre de la bouteille et devenir plus puissants, chacun s’affirmant dans son propre style.

Il faudra stopper dans des endroits sûrs ou monter un camp pour récupérer, pour refaire le plein, se reposer avant de repartir à l’aventure et, bien entendu, vous aurez des ennemis à combattre. Plein d’ennemis.

imageLes combats sont d’ailleurs un des points forts du jeu. La dimension tactique est primordiale. Et même si tout se résout via des « lancés de dés virtuels » parfois rageants, le jeu offre des moments assez mémorables d’une haute intensité. Variés, pas forcément faciles, ces affrontements au tour par tour demanderont parfois de s’y reprendre à plusieurs fois (pensez donc à souvent sauvegarder) pour comprendre comment se sortir de situations qui semblaient pourtant vouées à l’échec. L’IA est en effet quelques fois redoutable.

Bref, Solasta : Crown of the Magister est un RPG « classique », pourrait-on dire. Il offre quelques bons moments. L’histoire est intéressante, la narration est plaisante… mais tout manque d’un brin de profondeur et de soin. A tous les niveaux. Le scénario aurait pu être plus peaufiné. L’écriture est (très) perfectible et aurait vraiment gagné à être plus travaillée. On est loin des cadors du genre et, pourtant, on sentait poindre de grandes choses dans cette histoire.

imageLe design général est également en-dessous de ce que l’on pouvait espérer. Tout aussi plaisante et longue soit-elle, l’aventure ne bénéficie pas d’un level design ou d’un game design à la hauteur des attentes. Et graphiquement, ça reste tout juste acceptable. On sent le jeu sorti alors qu’il aurait dû avoir trois à six mois de peaufinage supplémentaire. Et même si plusieurs patches viendront améliorer tout ça, pas certain qu’on soit encore sur le jeu quand ils arriveront…

Bref. Ambitieux et prometteur, Solasta : Crown of the Magister laisse quand même sur sa faim globalement. Et pourtant, c’est un bon jeu. Ça aurait pu être un grand jeu, mais ne boudons pas notre plaisir, c’est un bon jeu. Une fois dedans, on passe outre les défauts et on se laisse porter par l’aventure, par le challenge. L’univers est agréable, le jeu est long (comptez une petite quarantaine d’heures pour en voir le bout) et il y a même un éditeur de donjons pour prolonger l’aventure.

Donc malgré toutes ses imperfections, on ne saurait trop le recommander à tous les amateurs du genre. Il mérite le succès. Il mérite aussi une suite.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Solasta : Crown of the Magister (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Tactical Adventures

Développeur : Tactical Adventures

PEGI : {PEGI}

Prix : 39,99 €

Aller sur le site officiel

Solasta : Crown of the Magister (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0