Bum Simulator (PC)

 

Publié le Mercredi 22 septembre 2021 à 12:30:00 par Théo Valet

 

Bum Simulator (PC)

Dans la peau d'un SDF sans cervelle

imageBum Simulator est un jeu développé par Ragged Games qui l’édite également avec PlayWay. Dans ce simulateur loufoque, vous incarnez un SDF qui s’est fait voler la moitié de son cerveau par EvilWay, une société mystérieuse qui semble faire des expériences sur les SDF. Vous vous réveillez sans vous rappeler de rien à côté d’un caddie nommé Carm et qui parle. Ce dernier vous apprend qu’avant il était humain, mais que la société lui a volé son corps pour le remplacer par ce caddie. Ensemble, vous allez partir à l’aventure pour arrêter EvilWay ainsi que récupérer votre cerveau et le corps de votre ami. Sur votre route, vous croiserez un clown manchot, un bonhomme hot-dog, des rats humains et j’en passe. Ils seront tous là pour vous aider votre quête de justice.

Le pitch est complètement débile à l’image du jeu et de ses mécaniques. En tant que SDF, vous pouvez pisser sur les gens, faire des doigts d’honneur, utiliser des pigeons en guise de shurikens et faire la manche. Pour cette dernière, il faut d’abord dessiner sur votre pancarte afin d’avoir la meilleur note possible, ce qui vous permet d’obtenir plus d’argent auprès des gens. Et bien évidemment j’ai dessiné un zgeg, c’est la seule chose que je sais dessiner. Excusez-moi de ne pas avoir le talent de Marion en dessin. Mais je tiens à dire que ce fameux zgeg m’a rapporté un A+ et je me suis fait beaucoup d’argent avec.

imageComme tout bon SDF, vous pouvez également fouiller les poubelles afin de récupérer des matériaux pour construire un abri, mais aussi pour trouver de la nourriture et de l’eau pour survivre. Bum Simulator possède un côté survie qui vous forcera à vous sustenter avec les moyens du bord.

Toutes vos trouvailles pourront être déposées dans votre ami Carl le caddie qui fait office d’inventaire. Il sert également de moyen de transport et vous allez rire, mais la conduite est vraiment bien faite, je dirais même qu’elle est meilleure que celle des Watch Dogs. Quand vous accélérez, votre barre d’endurance baisse, vous forçant à faire de courtes pauses. Rassurez-vous, ce n’est pas si pénible que ça, et puis vous pouvez améliorer cette endurance ainsi que vos autres compétences lorsque que vous montez en niveaux.

imageCette endurance est également sollicitée quand vous courez ou quand vous vous battez. En effet, Bumville est une ville dangereuse où un gang de SDF nommé « Bestioles » sévit. Ces derniers vous agresseront dès qu’ils vous verront. Ils attaqueront même votre base régulièrement. Le système de combat est très basique, vous pouvez frapper et parer. La frappe fera baisser l’endurance, ce qui limitera légèrement le spam. En plus de vos poings, vous aurez également les incroyables pigeons shurikens et la Fus Do Beer qui permet de faire des rots onde de choc et des cocktails Molotov quand vous jetez la bouteille. Je dois dire que je n’ai utilisé que les pigeons shurikens, déjà parce que c’est super drôle, et puis c’est complètement abusé en combat. Les ennemis sont très bêtes et se contentent de vous foncer dessus. En plus de ça, ils ont une portée de frappe ridicule donc on peut les éclater facilement avec nos pigeons. On a quand même quelques ennemis un peu plus solides comme le SDF en armure de carton et avec son panneau de circulation comme arme. Il fait très mal quand il frappe car il propage des ondes de choc. On a également le magicien qui booste les ennemis avec son antenne parabolique. Les deux sont assez drôle, mais à part eux il n’y en a pas d’autres qui se démarquent. Ils sont tous basiques, ce qui est vraiment dommage.

image
Comme dans GTA, il y a des policiers qui patrouillent en ville. Si vous tapez, pissez ou insultez les gens, ils s’énervent et vous poursuivent. Un système d’étoiles est mis en place, et il augmente au fur et à mesure que vous continuez vos bêtises. Méfiez-vous, les policiers sont très forts et font très mal avec leur matraque. Il faut donc absolument les fuir, notamment avec le caddie qui est très utile dans ces moments-là.


imagePour récupérer de vos combats ou pour cuisiner de la nourriture pour survivre, vous possédez des abris dans la ville. Je vous conseille d’en aménager qu’un seul car ils ne servent vraiment pas à grand-chose. On ne peut même pas faire de voyages rapides entre eux. Ce problème d’inutilité vient également du fait que c’est très dur de les aménager. Les éléments sont difficiles à construire, car ils demandent trop de ressources. Il faut donc fouiller toute la ville pour récolter ce qu’il faut, tout en étant limité par le petit inventaire du caddie. Devoir utiliser 3 cartons pour un bout de mur ridicule, c’est tellement pénible et ça fait qu’on passe 3 ans à faire une maison entière.

imageCela étant, le mode de construction est assez fun et rempli, même si naviguer à l’intérieur est un peu mal foutu à cause de toutes les sous-parties qu’il possède. On s’y fait après un temps d’adaptation, surtout si on a vraiment envie d’avoir un abri. Le jeu nous y pousse en plus en nous faisant gagner des plans de différentes façons. Je peux vous dire que j’y ai passé du temps sur ma base.
Surtout qu’il y a des idées très cool comme le recycleur qui transforme des objets inutiles en matériaux. Pareil pour les plantes à faire pousser pour se faire à manger. C’est rigolo d’avoir une belle base pour un SDF.

A part ça, la base doit aussi être solide pour résister aux attaques des Bestioles qui cassent vos objets. Cette partie du jeu est très pénible, car les raids arrivent n’importe quand, vous forçant à payer en argent ou en expérience pour protéger automatiquement la base. Sinon vous devez retourner à la base vous-même pour vous battre. Quand vous êtes loin, c’est affreux.

imageDe manière générale, toutes les commandes et mécaniques sont assez simples à comprendre. Elles sont toujours affichées en bas à gauche de l’écran et ça aide beaucoup. Au début du jeu, vous aurez en plus des petites scénettes débiles en mode pièce de théâtre, qui vous permettront de voir comment ça marche. C’est vraiment très drôle et loufoque. Je vous conseille quand même de jouer à la manette, c’est vachement plus agréable notamment pour tout ce qui est construction.

Au niveau technique, le jeu s’en sort bien mieux que ce que je pensais. Il n’y a pas de gros bugs et le jeu ne plante pas. Mais on a quand même les PNJ qui disparaissent par moments quand on se retourne, ou des murs invisibles qui viennent casser l’immersion. C’est des petits trucs mais ça a le don d’énerver. On peut également déplorer certains bugs de collisions sur les objets de trop petites tailles, qui fait qu’on galère comme pas possible à les ramasser.
A part ça, on peut aussi pointer du doigt le temps de démarrage du jeu qui est étonnamment long. Il n’y a en plus pas vraiment de raison étant donné qu’arrivé au menu principal, tout va assez vite.

imagePour ce qui est du son, c’est très réussi et à mourir de rire. On commence dès l’écran de démarrage par une musique chantée par notre personnage muet qui fait des bruits de bouche très drôles. On a l’impression d’entendre un mec bourré faire du yaourt, c’est incroyable.
Il y a également les bruitages qui sont très drôles. Je soupçonne la plupart d’entre eux d'être faits à la bouche, comme le bruit du pigeon, et le rendu est à pleurer de rire. Tout ça met clairement dans l’ambiance profondément débile du jeu.

Pour ce qui est du côté graphique, le jeu est plutôt pas mal avec de belles textures et beaucoup d’assets différents. Malgré ça, les visages des PNJ ne sont pas très beau. Honnêtement le résultat est correct, car là aussi je m’attendais à bien pire.
 
imageDans l’ensemble j’ai donc plutôt bien aimé le jeu. L’humour noir qui s’en dégage fait sourire voire exploser de rire par moment. Le début est vraiment drôle, surtout quand on découvre les mécaniques du personnage. On a en plus des personnages secondaires bien trouvés et complètement barrés qui rajoutent encore plus d’humour dans le jeu. Malheureusement, les missions principales tournent assez vite en rond et manquent de folie. On s’attend vraiment à plus et on se retrouve à faire des choses assez basiques. C’est dommage, car un sentiment de lassitude s’installe petit à petit en jouant. Au bout d’une dizaine d’heures de jeu, on a fait le tour et plus grand-chose ne nous arrache un sourire. Les missions secondaires sont cependant mieux réussies, notamment avec l’entraînement au tir au pigeon, c’est technique mais très fun. J’ai aussi beaucoup aimé les défis de Richard qui vous demande de rouler sur des gens, de leur pisser dessus et j’en passe. On met le chaos en ville et c’est un peu ce que j’espérais des missions principales.

image
Bum Simulator est donc destiné à un public qui ne veut pas se prendre la tête et juste faire n’importe quoi dans un jeu à l’humour plus que douteux. Si vous avez aimé les jeux débiles comme Goat Simulator, alors Bum Simulator est également fait pour vous. Il saura vous occuper un moment malgré ses défauts. A noter que le jeu est pour le moment en accès anticipé. Il est donc possible que le jeu corrige toutes les petites choses qui ne vont pas petit à petit jusqu’à la sortie de la version finale. Il est disponible uniquement sur PC via Steam.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Bum Simulator (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Play Way

Développeur : Ragged Games

PEGI : 18+

Prix : 14,99 €

Aller sur le site officiel

Bum Simulator (PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0