Halo Infinite (PC, Xbox One, Xbox Series)

 

Publié le Lundi 6 décembre 2021 à 09:01:00 par Sylvain Morgant

 

Halo Infinite (PC, Xbox One, Xbox Series)

Retour aux sources

imageEn 2001 sort Halo: Combat Evolved, développé par Bungie Studios sur la console Xbox de Microsoft.

Depuis, la saga Halo a livré 11 jeux dont des jeux de stratégie crées par Ensemble Studios et Creative Assembly, des versions améliorées des deux premiers jeux, une intégrale regroupant tous les jeux, des romans, des bd, une anthologie animée japonaise, une autre série animée, deux web-séries et une idée de film est dans les cartons depuis plusieurs années.

La saga est devenue l'un des principaux fers de lance de la Xbox et de Microsoft.

Bungie a laissé la main à 343 Industries pour le développement des jeux et de leurs versions "améliorées" depuis Halo 3.

Bref, Halo et son personnage principal, le Spartan Sierra-117, le fameux Master Chief, sont devenus une saga culte, l'équivalent vidéo ludique d'un Star Wars.

C'est donc avec la bave aux lèvres, les mains moites et son plus beau caleçon Master Chief que votre serviteur s'est jeté sur Halo Infinite. Parce que oui, je suis très fan de la série.

Surtout que pour être honnête, Halo 4 et Halo 5 : Guardians m’avaient un peu laissé sur ma faim. Parce que bon, ils sont mignons ces Spartans en armure fluo, mais on n'a jamais mieux fait que la Blue Team et les armures Mjöllnir vertes et grises.

Donc, ils valent quoi ces Halo Infinite ?


Oui, au pluriel.

imageCar 343 a décidé de faire deux Halo Infinite. Ou plutôt de séparer la campagne solo et le multi-joueur. Si le solo est payant, le multi est gratuit. Enfin free-to-play. Et doté d'une boutique avec des microtransactions. Mais on y reviendra.

D’abord, parlons multi.

Très vite, on retrouve ses marques. Dans les cartes, dans les modes, dans la façon de jouer. Très vite, on retrouve la Sainte Trinité "Armes/Grenades/Corps à corps" qui fonctionne toujours autant. On a aussi instantanément le retour du feeling "Spartan", avec des déplacements moins rapides et des sauts plus lourds que dans d'autres FPS. Ce qui n'empêche nullement les joueurs de passer leur temps à jouer les kangourous en permanence. Pour le joueur qui a déjà fait du multi sur Halo, c'est un retour très confortable avec un gameplay parfaitement connu. Pour le joueur qui vient pour la première fois, la prise en main est rapide et intuitive, à condition de bien se faire au rythme du jeu moins speed, bien entendu.

imageConcernant le contenu, nous avons (pour le moment car les développeurs ont confirmé qu'ils en rajouteraient durant toute la durée d'exploitation du jeu) du 4x4 et du 12x12, des parties classées et non classées, 10 cartes allant de la petite zone d'entrainement à la grosse base avec tout un level design intéressant, mixant espaces ouverts et recoins sombres. Ces cartes misent aussi beaucoup sur la verticalité, chacune dispose de plusieurs niveaux. Concernant les modes de jeux, sont disponibles pour le moment les très (voir trop) classiques match à mort, crâne, capture de drapeau et capture de zone. Point de mode Infection ou de mode Swat. Point de mode Warzone. La Forge non plus n'est pas présente. Mais on nous dit dans l'oreille que cela arrivera avec une future mise à jour.
L'arsenal des joueurs va aussi évoluer car pour le moment, seules les armes classiques sont disponibles. Les variantes d'armes arriveront à la sortie du jeu et nous n’avons donc pas pu les tester. Dans Halo Infinite, les joueurs disposent, en plus des armes, d'un module à intégrer dans leur armure. Ils sont au nombre de 5 : Grappin, Bouclier, Capteur, Propulseur et Mur. Qu'ils soient offensifs ou défensifs, chaque module va influer sur votre façon de jouer.

imageBref, c’est du quasiment tout bon pour le multi-joueur. « Quasiment » car il y a un petit point qui dérange…
A la manière de n'importe quel Free-to-play, le multi contient une boutique. Et un Battle Pass. Et des microtransactions. Alors oui, elles servent uniquement à acheter des pièces de customisation pour son Spartan, ses armures, ses armes et ses véhicules. Et une partie de ces customisations sont déblocables via la campagne solo. Mais il n'empêche. Devoir passer par un Battle Pass pour avoir une armure "exclusive" et déverrouiller toute une série de customisation via de l'XP que l'on récupère au compte-goutte en remportant des défis qui ne rapportent pas énormément de points, bah c'est long. Et si c’est long, c’est chiant. Alors oui, à l'heure où nous écrivons ces lignes, 343 Industries a commencé à revoir sa copie et offre plus d'XP sur les 1ères parties jouées. Mais on sent quand même le forçage. Et certains défis poussent les joueurs à faire n'importe quoi en partie, du genre à se déconnecter au dernier moment d'une partie parce qu'ils ne sont pas sur la bonne carte ou le bon mode demandé par le défi.
Donc, pas toujours bien pensés, pas assez rémunérés, ces défis sont largement perfectibles. Alors oui, vous allez me dire que « tous les jeux F2P et autres jeux multi font ça aujourd’hui, fonctionnent comme ça ». Certes. Mais on n’est pas obligé d’aimer et de cautionner ces dérives.


Passons à la campagne.

imageIci, c'est un retour aux sources, mais pas seulement.

D'abord, pour cet opus "anniversaire", on retourne sur un « vrai » Halo. Finies les balades dans la galaxie, ici toute l'histoire se passe sur l'anneau Zeta. Ou à proximité. Finis aussi les allers-retours entre plusieurs Spartan, ici nous sommes de retour dans le casque de 117, le seul le vrai. Pas les faux Spartans en armures fluo… L'histoire, même si elle continue celle de Guardians, rappelle pour notre plus grand plaisir la 1ère trilogie Halo. Les ennemis sont bien connus, reprennent leurs paternes tout comme les Marines qui nous accompagnent. Même les véhicules et leurs conduites si particulières sont aussi de retour.

Toutefois, 343 Industries a conçu Halo Infinite non pas comme une aventure linéaire mais comme un open-world.

imageToute la campagne solo se déroule sur une partie endommagée du Halo Zeta et, au lieu d'enchainer les 14 missions les unes derrière les autres, le joueur a la possibilité de se balader librement sur la carte. Et d'en profiter pour libérer des Marines retenus en otage, prendre d'assaut des "donjons" Covenant pour perturber leurs opérations, prendre le contrôle de bases avancées, etc… C'est une nouveauté assez rafraîchissante, bien qu'elle copie alégrement les grands du genre. Toutes ces activités vont permettre d'améliorer les équipements disponibles dans les bases avancées qui servent aussi de points de téléportation. Ces équipements vont être des armes et des véhicules à disposition des joueurs mais aussi des Marines équipés de différentes armes. Ce qui permet rapidement de se balader sur la carte avec son petit groupe de combat, causant des ravages chez l'ennemi. Ce ne sont pas les seules activités à faire. Il y aussi des ennemis d'élites, dotés d'armes uniques, particulièrement retorses. On pourra aussi partir à la recherche d'améliorations pour les modules de l'armure de John. Enfin, la carte relève d'autres petits secrets. Mais on ne vous en dira pas plus pour vous laisser la surprise.

Concernant la carte, comme dit plus haut, c'est un morceau endommagé d'un Halo. Ce qui signifie que certaines parties sont isolées les unes des autres, qu'il faudra progresser dans l'histoire, déverrouiller des ponts ou obtenir un véhicule aérien pour y accéder. La carte est de bonne taille, pas aussi gigantesque que celle d'un GTA ou d'un Assassin's Creed mais comme on se déplace souvent à pied sur des paysages très escarpés, ça compense. Seul point dommageable, on reste principalement sur de la montagne et de la forêt, au niveau topologie.

imageConcernant la durée de vie, pour vous donner une référence, en prenant notre temps d'explorer et de faire toutes les activités à notre portée, au bout d'un peu plus de 10h de jeu, nous sommes à 40% de progression totale.

En ce qui concerne la réalisation, sur l'ambiance sonore, rien à redire. Les effets sonores, les musiques et les doublages sont toujours de très bonne qualité. Sur les graphismes en revanche…

Si les intérieurs sont toujours aussi beaux et spectaculaires, ou si le mode multi-joueurs ne souffre d'aucun problème, sur la partie open-world, là on va ronchonner. On sent un certain manque d'imagination, on remarque ici ou là quelques textures ou éléments (arbres, rochers) qui auraient mérité un meilleur traitement. Idem pour le cycle jour/nuit, extrêmement bizarre dans ses transitions. Ou moche, en fait.

On espère qu'a la sortie du jeu, il y aura un petit polissage à ce niveau.

Mais ne boudons pas notre plaisir. Malgré quelques défauts de jeunesse, Halo Infinite est bien parti pour être un nouveau succès.

En tout cas nous, on retourne casser du Covenant.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Halo Infinite (PC, Xbox One, Xbox Series)

Plateformes : PC - Xbox One - Xbox Series

Editeur : Microsoft

Développeur : 343 Industries

PEGI : 16+

Prix : 69,99 €

Aller sur le site officiel

Halo Infinite (PC, Xbox One, Xbox Series)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0