Princesse Dragon, critique du film

 

Publié le Lundi 13 décembre 2021 à 12:00:00 par Julia Bourdin

 

Princesse Dragon, critique du film

Au poil !

imageMoi qui ne suis pourtant pas très cinéphile, Cédric m’a proposée de regarder Princesse Dragon et de vous écrire un petit article dessus. Au début j’ai haussé un sourcil, levant à peine le regard de mon livre et puis il m’a dit que c’était produit par Ankama Animation et qu’en plus cela avait une vague inspiration venant des Ghiblis. Combo gagnant donc, alors j’ai calé avec délicatesse mon marque page à sa place, fermé mon livre et accepté… Et donc, une bonne chose ?

Princesse Dragon raconte l’histoire de Poil, une jeune dragonne à l’apparence pourtant très humaine, au grand dam de son père. Cependant, lorsque celle-ci ramène une humaine à la maison, le grand dragon entre dans une colère noire et décide de la donner à la Sorcenouille en paiement d’une dette forçant Poil à fuir la demeure familiale. Elle partira alors en voyage à la découverte du monde des hommes, de l’amitié, de la solidarité mais également de la cupidité qui en ronge certains.

Passé le style graphique assez particulier, on découvre une histoire plutôt simple et claire, opposant Poil et son amie, Princesse, à l’avidité du méchant roi et à l’idiotie du fiancé de Princesse, un jeune comte aussi désagréable qu’inutile qu’on va adorer détester.
Si l’histoire est simple et les personnages très manichéens, le film se permet quand même de mettre une grande claque à l’avidité absurde des ultra-riches mais surtout au sexisme en nous proposant des personnages féminins forts et attachants comme nos deux héroïnes, la reine ou encore la Sorcenouille, inspirée des fées et sorcières malicieuses des contes.

Poil réussira-t-elle à arrêter le plan maléfique du roi et sa clique ? Se réconciliera-t-elle avec son père ?

Le résultat, s’il est très clairement destiné aux enfants, propose un conte de fée moderne et un moment très agréable.  Entre des personnages rigolos, notamment le poney froussard de Princesse et un monde enchanté empli de magie et de dragons, Tot (aka Anthony Roux, et actuel directeur d’Ankama) nous propose au scénario une belle aventure pile à temps pour les fêtes de fin d’année.

De plus, le film n’est pas très long, durant à peine plus d’une heure, ce qui laissera certes les plus grands sur leur faim mais est idéal pour les plus petits et donc pour un petit moment en famille. 


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Princesse Dragon, critique du film

Plateformes :

Editeur : Gebeka Films

Développeur : Ankama Animations

PEGI : 7+

Prix : En salles à partir du 15 décembre

Princesse Dragon, critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0