Halo, la critique de la saison 1

 

Publié le Lundi 23 mai 2022 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Halo, la critique de la saison 1

La colère de Sylvain

imageNous vous avions déjà dit ce que nous pensions du premier épisode de la série Halo. A l'occasion de la diffusion du dernier épisode de cette première saison, nous vous faisons un petit bilan de ce que nous en avons pensé.

Pour rappel, la série Halo est produite et réalisée par la Paramount avec l'aide d'Amblin Television, 343 Industries et Showtime Networks. Elle est diffusée aux USA sur Paramount+ tandis que chez nous, la série est disponible chez Canal+.

Pour rappel aussi, le casting se compose de Pablo Schreiber dans le rôle de Master Chief ainsi que Yerin Ha, Natascha McElhone, Bokeem Woodbine, Shabana Azmi, Bentley Kalu, Olive Gray, Natasha Culzac et Kate Kennedy. Et nous avons enfin Jen Taylor dans le rôle de la voix de Cortana.

Cette première saison (la seconde est déjà en route) se compose de 9 épisodes pour un peu moins de 9 h de programme.

Passons d'abord sur le plus évident : la réalisation.

Les décors sont globalement bien faits, le côté "low cost" de certaines productions SF ne s'affiche ici que rarement. Les plans en CGI sont absolument magnifiques. Pareil pour les armures des Spartans, ainsi que leurs armes, qui sont superbes. Même Cortana, entièrement en CGI, est très belle. Enfin non, bien réalisée oui, très belle, ça dépend des goûuts.

Globalement, la série est bien réalisée.


imageSur le jeu des acteurs, on note une petite tendance au surjeu en général. Mais rien de bien grave. Je vous disais que l'on trouvait que Pablo Schreiber n'avait pas la tête de l'emploi pour jouer Master Chief. Je n'ai toujours pas changé d'avis. Cependant, à la longue on s’y fait. On ne dira pas la même chose de Yerin Ha qui, avec le rôle de Kwan Ha Boo, remporte le titre du "personnage qu'on a envie d'abandonner dans le désert à la première occasion". Chaque série a son boulet, c'est tombé sur elle.

Cette saison 1 découpe son histoire en 3 arcs narratifs.

Le premier et le moins intéressant tourne autour Kwan et de sa vengeance envers ceux qui ont lâchement abandonné le combat de son papounet d'amour qui était l'âme de son peuple. Du très classique, surtout parce qu'articulé autour d'un personnage de gamine qui mérite des claques par paquets de 12. Surtout quand arrive comme un cheveu sur la soupe un secret très secret qui lie la famille de Kwan et la planète Madrigal à la grande Histoire de Halo.

Le second arc s'articule autour de la recherche par John des manigances du Dr Catherine Halsey sur la création du Projet Spartan. Cet arc est le plus impactant pour John et les Spartans. Il permet d'humaniser ces super-soldats mais aussi de montrer le coté calculateur, froid et impitoyable de Halsey. Cet arc débouche aussi sur la création de Cortana et son lien avec les Spartans. Mais on va y revenir…

imageLe dernier arc est la guerre de l'ONI contre les Covenants. Au-delà de quelques escarmouches et combats trop cools qui donnent la part belle à la toute puissance des Spartans, c'est surtout la découverte et la recherche "du gros machin mystérieux" qui pourrait changer le court de la guerre que l’on suit. Alors, plusieurs choses. La première, la fameuse guerre Humain/Covenant n'a pas l'air d'avoir véritablement commencé. Certains dialogues sous-entendent qu'une grande partie de la galaxie ne croit pas aux Covenants. Ce qui est relativement bizarre car l'ONI et les Spartans ont l'air de savoir quand même pas mal de choses sur eux et que certains mondes ont l'air d'avoir subi des attaques. Deux, l'ajout d'une humaine œuvrant directement avec les Covenants, c'est bien mais si c'est juste pour en faire le love interest de 117, parce que tu comprends, ils sont trop pareils en fait, bah ce n'est pas tip-top. Enfin, les artefacts, c'est mignon aussi, mais à un moment on se demande s’ils vont aussi faire le café. Entre redonner la mémoire à John, déclencher des IEM puis des ondes de chocs puis des téléportations spirituelles à l'autre bout de la galaxie, le tout en indiquant la position des Halo, à un moment, ça va se voir que c'est des MacGuffin vos machins-là… Et puis surtout, les fameux Halo n'apparaissent réellement qu'en toute fin de saison…


imageCar l'histoire principale de cette saison est celui de la prise de conscience de John qu'il y a un truc de louche dans le Projet Spartan. Ce n'est pas pour nous déplaire, tellement le Projet Spartan a une grande place dans le lore des jeux Halo.

On espère juste que la seconde saison se concentre plus sur la guerre contre les Covenants et qu'on débarque enfin sur un Halo.

Globalement, cette saison 1 est de bonne facture. Ces défauts s'effacent devant notre plaisir de voir le Master Chief en live action, de voir Cortana, de découvrir l'univers.

Jusqu'aux 5 dernières minutes de la saison…
Car, sous prétexte d'une situation impossible, les scénaristes ont décidé d’abandonner toute logique, à propos du Master Chief, de Cortana et globalement de l'univers de Halo.

Mais dans ce final, les scénaristes ont décidé de transformer Master Chief en sorte de zombie. Si, si. Sous prétexte que les 3 autres Spartans sont blessés et/ou fatigués, qu’il y a beaucoup d'ennemis et qu’il y a le « gros caillou qui envoie John en transe » à transporter sur 10m, les scénaristes font fusionner Cortana avec John.
Pas simplement utiliser Cortana pour booster l'armure ou les capacités du master Chief, non, Cortana remplace l'esprit de John…

imageAlors certains vont nous dire que nan, tout est logique, tout est super bien écrit (gros débat à ce sujet à la rédaction).

Personnellement, je trouve ça complètement con vu que là, ça sert à tirer avec deux guns et à contrôler un Pélican à distance. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'aucun des deux autres Spartans ne pouvaient transporter le gros caillou… Sur les 4 de l'équipe, y en a une seule qui est vraiment blessée hein, les autres auraient pu se bouger pour faire 10m…

C'est aussi très con parce que ça va totalement à l'encontre de la relation John/Cortana développé dans les jeux. Enfin, c'est surtout très con parce que la réalisation met bien l'accent sur le fait qu'au final "hé, tu as vu, maintenant Master Chief, il est le seul Spartan à ne plus retirer son casque et à être mutique, comme dans les jeux, clin d'œil, clin d'œil…"

Et puis on sait très bien que cette fusion ne sera pas définitive.

Ce qui est dommage c'est que malgré les différences avec les jeux et malgré ces défauts, cette saison 1 nous plaisait. Mais ces 5 dernières minutes me font dire que les auteurs, les acteurs, les producteurs n'ont rien compris au Master Chief, à Cortana, à Halsey, aux Spartans. Bref, qu'ils n'ont rien compris à Halo.

image

Le contre-avis de Théo :
imageDans l’ensemble je suis plutôt d’accord avec ce que dit Sylvain dans sa critique. La réalisation est vraiment excellente mais il y a un déséquilibre entre les arcs narratifs.

Cependant je trouve qu’il abuse clairement sur les 5 dernières minutes du dernier épisode. Pour moi on a une vraie évolution de la relation entre John et Cortana à partir du moment où elle arrive jusqu’à la fin de la série. Cette « fusion » des deux vient parfaire le fait que Master Chief donne sa confiance à Cortana en lui laissant utiliser son corps à sa place. Cette dernière a en plus prouvé sa loyauté en le sauvant juste avant. Alors certes ça diffère des jeux vidéo, mais c’était déjà le cas depuis le début et puis de toute façon on sait que la situation ne restera pas comme ça. Ces différences entre les jeux et la série sont très bien amenées et ne cassent pas la cohérence de l’univers. On voit bien plus le visage du Master Chief mais ça permet de lui donner une vraie personnalité et d’explorer l’horreur du programme Spartans à travers ses yeux et ses découvertes.

Quant à l’état des différents Spartans, dans le dernier épisode toujours, il faut préciser que ça fait deux épisodes qu’ils se castagnent, qu’ils prennent des chocs, des explosions, des tirs de plasma et j’en passe. On voit bien qu’ils arrivent à bout de force, même pour des titans de 3 mètres équipés d’une armure en Titane A. C’est dans ce contexte que Cortana vient leur sauver la mise. Avec sa condition d’IA elle est plus efficace que n’importe quel esprit humain qui reste faillible. D’autant plus que c’est ce qu’on nous répète depuis le début de la série et que c’est LA justification de pourquoi on enlève leurs sentiments aux Spartans. Pour moi, c’est teasé depuis le début et au final c’est amené à un bon moment. On voit la puissance d’un être qui ne ressent rien et ça offre en plus une joyeuse baston où les Covenants se font éclater par plus fort qu’eux.

Si je devais noter la série, se serait un bon 3.5/5 pour cette première saison. Certes on a tous envie de fracasser Kwan avec un marteau de Brute, mais à part ça j’ai retrouvé ce que j’aime chez Halo, avec une approche différente mais qui colle bien plus au format épisodique d’une série. Et je dois avouer que j’ai vraiment accroché à l’acteur du Master Chief, comparé à Sylvain.
 
image

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Halo, la critique de la saison 1

Plateformes :

Editeur : Paramount

Développeur : Paramount

PEGI : 7+

Prix : VOD

Halo, la critique de la saison 1

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0