Acer Predator Orion 7000, le PC gaming ultime

 

Publié le Lundi 20 juin 2022 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test Acer Predator Orion 7000, le PC gaming ultime

T'as pas besoin de tes deux reins, de toute manière

imageSi Théo a l’habitude désormais de tester des PC portables, parce qu’il a un tout petit bureau à peine plus grand qu’un placard à balais (d’ailleurs, c’est l’ancien placard à balais), j’ai la place, moi, de tester un gros PC de bureau. Bon, j’aurais limite la place de tester un scooter aussi, mais là, en l’occurrence, c’est un PC de bureau qui est arrivé à la rédac’, et non des moindres : L’Acer Predator Orion 7000.

Grosse bête de course, le Predator Orion 7000 se décline en trois versions :
  1. Processeur Intel i9-12900K, 32 Go de Ram et Nvidia GeForce RTX 3080.
  2. Processeur Intel i9-12900K, 64 Go de Ram et Nvidia GeForce RTX 3090.
  3. Processeur Intel i7-12700K, 32 Go de Ram et Nvidia GeForce RTX 3080.
Vous pourrez peut-être trouver d'autres variantes, éventuellement (et ponctuellement) chez certains distributeurs.
Et l’excellence a un prix : comptez entre 3000 et 4500 € environ pour acquérir l’un de ces petits bijoux prompts à faire cracher ses plus beaux pixels aux plus exigeants des jeux vidéo.

Le modèle que nous avons testé est le modèle haut de gamme, à savoir celui doté d’un processeur Intel Core i9-12900K Hexadeca-core (16 cœurs) 3,20 GHz, d’une NVIDIA GeForce RTX 3090 avec 24 Go mémoire dédiée, de 64Go DDR5 SDRAM, 1To de SSD, et une alimentation de 800W.

imageLa bête mesure 48,5 cm de hauteur, 21,9 cm de largeur et 50,5 cm de profondeur. Il est doté de Windows 11 Famille 64-bits (pour le prix, ils auraient pu coller Windows Pro, mais bon). 11 ports USB sont disponibles (3 ports USB-A 3.2 Gen 1, 3 ports USB-A 3.2 Gen 2 et 3 ports USB-C 3.2 Gen 2. Ajoutez une prise réseau RJ45, une entrée audio, une sortie audio. Un emplacement sur le dessus permet de glisser un boîtier disque dur externe. Boîtier fourni (pas le disque par contre). Mais c’est une vraie bonne idée.
La carte-mère gère le Wifi et le Bluetooth.
La carte vidéo propose le branchement de 4 écrans (3 Displayport 1.4 prises et 1 HDMI 2.1).

Le boîtier fait la part belle au verre, ce qui permet de profiter de l’intérieur de la bécane… et de ses deux gros ventilateurs RGB en façade, sans oublier celui à l’arrière. Il faut aimer le rétroéclairage, hein. J’ai toujours détesté ça. Mais il y a plein de petits jeunes qui kiffent avoir des ordis comme des guirlandes de Noël. Reste la question : à ce prix, est-ce que cet Acer Predator Orion 7000 s’adresse vraiment aux jeunes ? En excluant les cas particuliers (vendeurs de drogue, ayant monnayé la virginité de leur petite sœur, fils à papa…) ? Pas certain…

imageBranché, lancé, le PC démarre vite. Et les ventilateurs sont relativement silencieux. La machine, toute aussi orientée gaming soit-elle, est toutefois hautement recommandée pour deux usages.
Alors oui, vous pouvez faire de la bureautique dessus. Ecrire vos lettres sous Word, créer vos Powerpoints, aller sur Youtube voir des vidéos de chatons… mais ça, vous pouvez le faire avec n’importe quel autre PC quatre à cinq fois moins chers au bas mot.

Usage 1 : Le Predator Orion 7000 est avant tout un ordi gaming. Donc pour le jeu vidéo. Testé sur des jeux comme Horizon Zero Dawn, Forza Horizon 5, Dying Light 2 ou Cyberpunk 2077, le PC envoie du lourd. On tourne à du 100 à 140 images par seconde pour les 3 jeux. 140 sur Horizon, plutôt 100 à 120 sur Forza Horizon 5, Dying Light 2 et Cyberpunk 2077. Le tout en 1080p, tous les niveaux de détails à fond.
Si vous activez le Raytracing, que vous tapez dans le 4K, vous taperez dans le 60 images par seconde, tranquille, sans chute de framerate, et pourrez même pousser à 100 images par seconde sur Horizon, par exemple.

Enfin bref, ça dépote du feu de Dieu et on obtient des jeux à la fluidité exemplaire, tous niveaux au max, en 4K. Sincèrement, jouer à Forza Horizon 5, avec 100 images par seconde, sans aucune chute de fluidité, c’est un kif visuel de tous les instants, un bonheur immense…

imageMieux encore : on a testé de jouer à ces jeux avec plein d’autres choses ouvertes à côté : Outlook, Photoshop, 10 pages Internet sur Edge, autant sur Firefox, Word ouvert, et j’en passe. On reste toujours au-dessus des 60 images seconde et le PC envoie les jeux comme si de rien.

Pas de doute, l’Acer Predator Orion 7000 est un monstre.

Usage 2 : les professionnels de la vidéo seront bien avisés d’y jeter un coup d’œil. Car ses capacités hors-norme lui confèrent un atout non négligeable en termes de montage.
Aucun problème pour monter une vidéo de longue durée, en 4K. Pour la tripatouiller. Lui rajouter des effets. La réencoder…

C’est bien simple, une vidéo 4K de 11Go, en 60 images par seconde, a été encodée en 30 minutes environ. Là où sur mon PC de bureau classique, il lui fallait… plus de 3 heures… Un gain de temps énorme, colossal, et surtout, moins de risque de plantage : le processeur n’était pas à plein régime et faisait le boulot tranquilou bilou.

Il est l’heure de conclure. Et de renvoyer le PC chez Acer. Et ça, ça fait bien chier parce qu’on l’aurait bien gardé, au final. Bordel. Tellement il est exceptionnel.

Et on divisera notre conclusion en deux.

imageAu rang des moins, on citera un prix conséquent. Ça a beau être une putain de bête de course, faut quand même les sortir, les 4000 €. Et on se dit que ce n’est pas à la portée du gamer moyen, mais juste d’une élite économique qu’on va donc, pour ça, haïr un peu plus.
On citera aussi les ventilos, un poil bruyants quand les jeux poussent la machine à son max. Forza Horizon 5 en tout à fond, ça fait vrombir la bête. Rien d’insurmontable, hein, sachant en plus que la GeForce RTX 3090 a besoin d’un gros refroidissement. Mais à terme, on pourra envisager de s’orienter vers une solution de refroidissement moins bruyante.
Enfin, la machine est fournie avec un clavier et une souris loin d’être du haut de gamme. Donc on les remplacera immédiatement. Quand on met 4000 boules dans une machine, on peut en rajouter 300 de plus dans du bon matos. Acer n’aurait pas dû spécialement les ajouter dans le carton.

imageAu rang des plus, on citera… tout le reste. Les performances, les connectiques nombreuses, le matos de pointe, le fait que la machine vous durera de nombreuses années en étant toujours au top, les possibilités de gestion (le logiciel Predator Sense inclus permet de gérer le RGB, les ventilos et l’overclocking de manière très simple. Pas de doute, cet Acer Predator Orion 7000 est une putain de bête de course. Le PC ultime dont rêvent tous les gamers, le boîtier disque dur externe qui s’insère dans la bécane sur le dessus, très facilement...  bref, tant de choses qui font de cette bécane un PC ultime. Pour le jeu vidéo et la vidéo.

Et fais chier, faut qu’on le rende à Acer.

Merde.

Ça c’est à mettre dans les moins aussi.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Acer Predator Orion 7000, le PC gaming ultime

Plateformes : PC

Editeur : Acer

Développeur : Acer

PEGI : 7+

Prix : 3000 - 4500 €

Aller sur le site officiel

Acer Predator Orion 7000, le PC gaming ultime

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0