Left 4 Dead  [PC]

 

Publié le Vendredi 21 novembre 2008 à 16:41:31 par

 

Left 4 Dead [PC]

les zombies ne sont pas des cerveaux lents...

Le jeu vidéo, c'est un peu comme dans tout' On y trouve des trucs sérieux, limite « sommet du rasoir », mais on y trouve aussi de bonnes occasions de s'éclater, dans presque tous les sens du terme (nous laisserons le « façon puzzle » à ceux qui pensent que partir en Irak, en Afghanistan, ou encore, partir faire un stage commando dans une base arrière des Combattants Islamiques du Grand Orient, c'est aussi une manière de s'éclater'
Mais bon, on ne juge pas, après tout, les voyages forment la jeunesse' Tout dépend du fait si on veut la vivre en un seul ou en plusieurs morceaux) ' Quoiqu'il en soit, au milieu d'une foule de jeux du moment, tous assez brillants, mais tous assez « sérieux », il était temps d'avoir un de ces petits jeux légers, dans lequel il est vivement conseillé de ne pas se prendre au sérieux' Left 4 Dead nous arrive dessus un peu comme un intestin dans la soupe, et c'est tant mieux, parce qu'en matière d'intestins, on va être servi.
Bon' En matière de scénario, on va faire très simple. Tout se déroule 2 semaines après qu'un agent biologique ait infecté une grosse partie de la population du coin, transformant les malades en morts, puis les morts en zombies. Il reste alors quelques survivants miraculés qui traînent leurs guêtres sur ces terres désolées' L'ennui, c'est que pour les zombies, forts en nombre, les survivants constituent un met de premier choix' Left 4 Dead nous propose de vivre quelques instants dans le quotidien de ces mets' Le fait est que ce quotidien-là, il est du genre « sportif ». De sport, il est vraiment question pour l'un des quatre survivants que l'on peut incarner.

Dans l'ordre, on a Will, ex-vétéran d'un conflit quelconque plus ou moins bien passé, si l'on en juge par l'état de vieillesse avancé de ce fort supporter de la manière forte, Francis, gros bras tatoué adepte de la chanson douce au fusil à pompe, Louis, probablement ex-comptable qui pense recouvrer les intérêts des zombies en tirant dessus à grands coups de rafales d'uzi, et enfin Zoey, la pin-up de service qui s'ignore, et qui aime bien mater les trucs à travers le guidon de ses .45 (et puis lorsqu'elle a un fusil à lunette, son trip voyeur est carrément satisfait).

On aura compris qu'il est question de tir en matière de sport' Mais ce n'est pas tout' De course aussi' Beaucoup' Parce que les zombies, ils sont du genre « rapides ». Reste que l'utilisation de tel ou tel personnage tient de la pure cosmétique. Nos malheureux héros sont égaux en performances devant l'éternel, et seule l'habilité du joueur fera la différence. Pour le reste, le joueur ne peut s'équiper que d'un seul type d'arme principal. En début de partie, il a le choix entre le fusil à pompe, le pistolet mitrailleur UZI, mais plus tard, il peut s'équiper d'un fusil à lunette, ou d'un fusil d'assaut M16. L'arme secondaire se contente d'être composée d'un ou deux .45 aux munitions illimitées' De-ci, de-là, le joueur peut trouver des bâtons de dynamite de fabrication artisanale, ainsi que quelques cocktails Molotov (mais là, dire que c'est de fabrication artisanale tient du pléonasme).
Côté soin, il y a aussi de quoi faire. Le joueur peut compter sur un kit d'assistance médicale, et sur quelques antalgiques' Parce que bon, l'aspirine a des côtés cool pour faire oublier la douleur, surtout lorsqu'il est codéiné. Bon, là, on se dit, « très bien' Nous voilà équipés ». C'est vrai que ça fait un peu inventaire à la Prévert, mais ce n'est pas si innocent que d'avoir balancer ces éléments de gameplay de cette manière dans ce test. Finalement, lorsqu'on y réfléchit, c'est l'usage direct de son matériel qui fait tenir l'équilibre du jeu. En effet, ce n'est pas un hasard si on ne peut pas transporter plus d'une arme principale, tout comme il est impossible de ne transporter qu'un seul flacon d'antalgiques, une seule trousse de soins, et un seul type d'explosif en un seul exemplaire' Le joueur ne peut pas se permettre de consommer à loisir tant son matériel offensif que les kits à usage médical' Surtout lorsque l'on voit comment sont disposés les munitions, et autres placards à pharmacie salvateurs ! En fait, le joueur se retrouve dans une condition de « tactique dans l'urgence ». Difficile d'envisager la traversée d'un niveau en « solo ». Le joueur est obligé de composer avec ses compagnons, qui compléteront tant la puissance de feu que les possibilités d'assistance pour chacun des quatre membres de l'escouade de survivants.
C'est ici le pilier du gameplay de Left 4 Dead : ce jeu est très pragmatiquement optimisé pour des parties en coopération, car les armes sont toutes ici volontairement complémentaires dans leurs effets, et les soins peuvent être exécutés tant sur soi que sur chacun de ses compagnons. La nature même du background fait que le mod Coop est quasiment une obligation de style de jeu. Et quand bien même un mod solo et un mod versus sont disponibles dans Left 4 Dead, ce jeu ne peut s'apprécier à sa juste valeur qu'en coopération avec 3 bons copains' C'est un peu comme le syndrome « Guitar Hero », ou « Rock Band »... tout seul, on passe pour un autiste, mais avec une bande de copains, c'est carrément l'éclate ! Sauf qu'ici, l'éclate, elle se fait à grands coups de pompeux' La dernière fois que j'ai goûté à de telles sensations de fun, dans un FPS, c'était sur le mod coop d'Alien versus Predator, premier du nom ! Il faut avoir de l'humour grinçant pour apprécier Left 4 Dead' Le genre d'humour qui habite des gens comme Romero lorsqu'ils arrivent à tisser des caricatures de nos sociétés à travers les films de zombies qu'ils réalisent.

Déjà, il faut un sens de l'humour pour s'amuser et se poiler la gueule à tirer sur des zombies, tout en comptabilisant le nombre d'headshots qu'on va aligner. Notez qu'évidemment, distribuer des shampoings au plomb autour de soi est une nécessité : les zombies sont ici très rapides, très hostiles et très voraces ' En plus, ils font preuve aussi d'un certain sens de l'humour glacé et sophistiqué. Ainsi, on trouve des Bomber, zombies obèses, qui explosent en morve verte, on trouve aussi des smokers, qui attrapent le personnage avec une langue de 10 mètres de long pour les attirer à eux, et qui leur vomissent dessus la même morve verte' Cette dernière a son importance, puisqu'elle attire des autres zombies par vagues ! On trouve aussi des hunters, zombies bondissant plus que Tigrou, dans Winny l'Ourson, ou encore des Witch, qui n'aiment pas du tout être dérangées, et qui vous mettent en pièces en moins de deux' Et puis, il y a les tankers, zombies culturistes et superrésistants, qui vous démontent la gueule à coups de bagnoles'

Bref' C'est vraiment sportif ! Au bout du compte, qu'est ce qu'on a ' En fait, si on cherche une histoire à raconter dans un FPS, il ne vaut mieux pas se reposer sur Left 4 Dead. Ici, le propos est d'avoir un moment d'éclate entre copains dans un monde plein de zombies' On se refait des films de série B à gogo d'une manière bien nerveuse, devant un adversaire qui ne connaît aucune fatigue, et nous arrive dessus par vagues de 50, minimum. Le jeu ne comporte que quelques « gros scénarios » en guise de cartes géantes qu'on doit traverser jusqu'à un point d'évacuation, et basta' Faut traverser tout ça au milieu des zombies, et tirer dans le tas en bougeant vite. Pas de prouesse technique, et encore moins d'originalité dans le gameplay' Mais ça fonctionne ! Certes, on pourrait faire un rapprochement avec des choses comme Serious Sam, devant les nombreuses vagues d'assaillants que l'on se bouffe, mais bon' Serious Sam, il y avait quelque chose de lascif dedans' Quelque chose qui rendait peu à peu le joueur amorphe devant la situation' Là, le joueur devient plus un acteur à part entière dans ce monde de zombie, qu'un simple spectateur du massacre qu'il engendre. Si on devait limiter Left 4 Dead à une expression, ce serait « grand-guignol simple, efficace, et terriblement poilant' Surtout à plusieurs ».

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Left 4 Dead [PC]

Plateformes :

Editeur : Electronic Arts

Développeur : Valve

PEGI : {PEGI}

Prix : PC : 50€ - Xbox 360 : 70€

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0