Command and Conquer : Alerte Rouge 3 [PC]

 

Publié le Mardi 25 novembre 2008 à 16:52:05 par

 

Nazdarovié, tovarich !

Ah !' Que seraient les guerres mondiales passées et à venir si l'URSS n'avait pas été là ' Sans doute juste une querelle de voisinage' On peut dire ce qu'on veut, mais les soviétiques, en matière de volonté de refaire les monde à coups d'armes de destruction plus ou moins massive, c'est un peu le Saint Graal du mandalage hors-norme' Sans l'union soviétique, aujourd'hui, la paix est quand même chiante à vivre...
Que se serait-il passé si l'occident n'avait pas su s'armer de l'arme nucléaire ? Quel empire flamboyant l'URSS serait-elle devenue ? La question est posée avec Alerte Rouge 3'

Et la réponse est toute simple : des généraux et secrétaires du parti se sont contenté d'aller dans le passé, en 1927, pour se débarrasser d'Einstein, pour revenir à notre époque' Plus de nucléaire, plus d'hégémonie occidentale, plus de Russie' mais seulement l'URSS ! Suivant cette logique, le monde de Command and Conquer : Alerte Rouge 3 est équilibré sur trois blocs qui se partagent le monde. D'un côté, on a le bloc occidental, mené par l'autorité nord-américaine, de l'autre, on a donc cette nouvelle URSS triomphante à l'Est de l'Elbe, et enfin, l'empire Japonais, dit du soleil levant, triomphant lui aussi dans les territoires les plus orientaux du globe, et prêt à démontrer sa force devant un monde le découvrant avec stupéfaction' Ne l'oublions pas : avec la non-existence d'Einstein dès 1927 , aucune bombe atomique n'a pu être larguée sur l'Empire du Soleil Levant. Voici donc les bases et les principaux antagonistes qui vont se débattre dans ce nouvel opus de d'Alerte Rouge.

Si les procédés restent inchangés dans leur principe de base en matière de jeu de stratégie en temps réel, et ce, depuis Total Annihilation (pour ne pas dire depuis le premier Command and Conquer), plusieurs points de gameplay ont été particulièrement soignés. À ce stade, on peut même dire que ces points ont fait avancé le gameplay de Command and Conquer vers un jeu plus « dynamique ». Certes, l'action reste toujours en temps réel, mais les développeurs, partant du principe que l'énergie nucléaire n'a jamais pu être exploitée par l'homme, dans ce scénario précis, ont su projeté un monde de fiction bien plus basé sur nombre d'énergies alternatives.
De fait, l'exploitation des ressources minières re-deviennent majeure (sans passer par la case salvatrice d'un Tiberium hypothétique). De plus, ne pouvant disposer d'arme de destruction très massive, les unités envoyées sur le terrain sont d'autant spécialisées dans certaines man'uvres, tant d'assaut, que de progression. Comme d'habitude, les biffins et autres piétons peuvent aller à peut près partout tant qu'ils n'ont pas les pieds dans l'eau' mais la grosse nouveauté réside dans l'emploi presque systématique d'unités amphibies, ou « bi-classée » dans leur domaine de terrain. En gros, on trouvera des bateaux à pattes, ou encore des bipodes à hélice d'hélicoptères' C'est le grand retour gagnant des transformers, mais en moins chiant et plus ludiques !

Mais l'autre point majeur de progression dans le gameplay, réside dans l'importance accrue des unités solo. Si dans les autres Alertes Rouge les unités spéciales et solitaires avait certes un rôle important, elles n'en était pas pour autant indispensables à la réussite d'une mission. Ici, les unités « solo » ou spéciales ont très souvent un rôle primordial, et leur perte peut compromettre la suite des évènements. Toujours en matière de gameplay, il faut remarquer au passage qu'un mod Coop fait son apparition' C'est pas mal du tout pour les parties multi, tout comme pour les parties « solo ». En gros, on peut enfin inviter un de ses potes à participer à l'une des trois campagnes du jeu, le temps d'une ou de plusieurs missions, au choix. Mais la plus grosse amélioration du jeu concerne surtout sa cosmétique. Graphiquement, le jeu est très riche. Bon, évidemment, si on veut profiter de tous les effets graphiques qu'offre le jeu, il vaut mieux être « bien membré » en matière de carte graphique' Mais bon, même sans disposer d'un matériel qui filerait une crise d'apoplexie à un banquier un jour de crack boursier, le jeu dispose d'une unité graphique très intéressante. Et pour cause, les designers s'y sont donné à coeur-joie !

En fait, on se demande même si tout l'intérêt ne passe pas par le design général du jeu, que cela soit à travers le soin déployé pour créer des unités originales, qu'à travers les cinématiques du jeu peuplées par une distribution allant de Tim Curry à Peter Stormare, en passant par la quasi totalité du staff féminin de la série Battlestar Galactica. Et puis, il y a une forme d'humour que l'on pourrait qualifier « d'utopiste » dans le design. Qui n'a pas rêvé de voir à l'écran une Natacha armée de jambes aussi longues que son fusil de précision, toute de cuir vêtu, histoire de bien mettre en valeur ses courbes trop polies pour être honnêtes ' Qui n'a pas rêvé de voir une pépée pin-up digne de celles qui ornaient fièrement le nez des avions de l'US Air-force prendre corps à l'écran ' Qui n'a pas rêvé de voir son fantasme hotaku devenir chair histoire de redonner du moral aux troupes kamikazes, avant qu'elle ne pousse son cri qui tue ' D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si dans la boîte du jeu, on y trouve un magnifique poster sur lequel posent toutes les pépées-pin-up-jolies-filles qui sont présentes dans le jeu. C'est ce qu'on appelle « cibler très correctement son propos ».
En fait c'est ça' La force de Command and Conquer : Alerte Rouge 3 est là. De guerre froide, on passe à guerre d'utopie, et d'égéries des idéologies antagonistes, on passe à l'incarnation de fantasmes, qui partent au combat fleur au fusil' le tout sur un gameplay complet' Que du bonheur ! Que demande le peuple '

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Command and Conquer : Alerte Rouge 3 [PC]

Plateformes : PC

Editeur :

Développeur : www.commandandconquer.com/redalert/

PEGI : 18+

Prix :

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0