Redfall (PC, Xbox Series)

 

Publié le Vendredi 12 mai 2023 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Redfall (PC, Xbox Series)

Vampire, vous avez dit vampire ?

imageStudio phare du paysage vidéoludique français, Arkane Studios a laissé quelques belles traces parmi lesquelles la saga Dishonored, qu’on espère voir renaître de ses cendres un jour, Prey, qui aurait mérité un plus gros succès ou encore Deathloop, trop méconnu et pourtant si intéressant…
Mais parfois, la mécanique se grippe.

Développé par la branche texane du studio, Refall est un FPS jouable en solo ou en coop jusqu’à 4. C’est d’ailleurs cette option qui lui donne un soupçon de saveur supplémentaire. On vous conseille très fortement d’y jouer en multi. Déjà, ainsi, ce n’est pas fameux, mais si vous êtes seul, ce sera pire.
Car il n’y a pas grand-chose qui va dans Redfall.

Vous incarnez l’un des quatre personnages, au choix : Remi, une ingénieure équipée d’un robot soldat, Layla, une étudiante douée du pouvoir de télékinésie, Jacob, un ancien sniper accompagné d’un corbeau spectral, et Devinder, qui fabrique ses propres armes. Chacun est équipé de trois compétences particulières. Comme, pour n’en citer que quelques-unes, balancer du C4 pour Remi, la translocation et un halo de lumière noire pour Devinder, le corbeau qui marque les ennemis pour Jacob, un ascenseur qui vous projette dans les airs pour Layla…

Bref. Vous allez crapahuter dans les rues de la ville de Redfall pour dézinguer du vampire à tour de bras. Entre Left 4 Dead et The Division, entre Destiny et les derniers Far Cry, le jeu se cherche, proposant un monde ouvert (raisonnable toutefois, on n’est pas dans un Skyrim ou un Fallout… même pas dans un Far Cry) et multiples quêtes qui débarquent de partout.
Suivant une histoire sans aucun intérêt de fin du monde et d’avènement vampire, vous allez donc chasser de la canine par tous les moyens. A noter les phrases répétées en boucle par les PNJ, bien agaçants, ou même les mauvaises punchlines des héros, qui ne seront pas mises en valeur en raison d’une VF assez passable.


imageEt pour ce faire, il faudra augmenter vos compétences, améliorer votre équipement, avoir des armes de plus en plus puissantes… le jeu est un vrai « looter » : le but est de ramasser un max d’équipements, si possible de bonne qualité. Et cela passera par titiller les vampires, en buter tant qu’on peut, résoudre des quêtes… pour que les vampires mettent votre tête à prix et vous envoient un chasseur, un « cataclysme » qui permettra d’obtenir un équipement de type épique. Et ensuite ? On remet ça…
De nombreuses quêtes annexes sont à débloquer, notamment en réouvrant des abris (petits puzzles qui demandent de réactiver l’électricité). Globalement, même si de nouveaux éléments apparaissent au fur et à mesure, le but est toujours plus ou moins le même : c’est une vraie course à l’équipement et à la puissance.

Cela dit, les compétences des 4 personnages se complètent bien. Si vous jouez avec des potes, vous avez de quoi mettre au point quelques petites tactiques sympathiques. Sinon… bah… si vous jouez seul… enfin bref…

imageSi Arkane s’est toujours illustré par son level design, il nous avait habitué à mieux. Il n’est pas mauvais, mais il est loin d’être parfait ou ingénieux. Tout simplement… quelconque. L’utilisation de la verticalité n’apporte strictement rien. On se dira toutefois que pour un objectif, plusieurs passages sont possibles et offrent donc une certaine variété, voire une approche tactique intéressante en coop.

Niveau oreilles et pupilles, Redfall souffle le chaud et le froid. L’ambiance sonore est très réussie. C’est à souligner. Quelques décors sont sympathiques à regarder… de loin. Mais globalement, ça reste visuellement décevant. Pas très beau. Et en 30 fps seulement sur consoles. Les animations ne sont pas très convaincantes non plus. Et enfin, on notera de nombreux bugs, notamment de collision, qui viennent un peu plomber l’immersion.

imageQuant à l’action, omniprésente, elle est assez basique. Rythmée, sans trop en faire. On maîtrise rapidement les différents pouvoirs, on gère facilement les différentes armes. Dommage qu’on ne puisse s’équiper que de 3 quand certaines rencontres aléatoires nécessitent de changer son arsenal et donc fouiller dans son sac via un menu qui n’arrête ni le temps, ni l’action…
Malheureusement, là encore, ce qui aurait pu être un bon point est plombé par un IA catastrophique, vraiment problématique, qui pose la question d’une version finale sortie bien trop tôt ou carrément une version bêta.

Au final, quand bien même il y a quelques bons trucs dans Redfall, comme une carte vaste et avec de nombreux bâtiments à explorer, un sound design réussi et un jeu en coop qui se complète bien, les défauts sont trop nombreux pour convaincre. IA catastrophique, histoire inintéressante, missions basiques et impression de répétitivité, quêtes secondaires annulées quand on change de lieu ou qu’on finit le jeu, graphiquement quelconque… le jeu prend des idées un peu partout pour se les approprier, mais le fait mal et en résulte un gloubi-boulga assez insipide. On passera notre tour.


 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Redfall (PC, Xbox Series)

Plateformes : PC - Xbox Series

Editeur : Bethesda

Développeur : Arkane Studios

PEGI : 18+

Prix : 69,99 €

Aller sur le site officiel

Redfall (PC, Xbox Series)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0