Monster Hunter Tri (Wii)

 

Publié le Vendredi 30 avril 2010 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Monster Austère Tri

imageMonster Hunter c'est un peu l'exemple typique de notre différence culturelle avec nos amis japonais. Si la renommée de la licence n'est plus à faire au Japon, où chaque épisode se vend comme des sushis en promo, chez nous, tout reste à faire. Et ce, malgré 3 épisodes sortis sur PSP. Cette fois-ci, le titre de Capcom se présente sur Wii, qui est quand même la console la plus vendue au monde, histoire de convertir un maximum de gens à la  chasse aux gros monstres à écailles. Encore faut-il avoir suffisamment d'arguments à faire valoir.

Monster Hunter commence par la création de son personnage. Sexe, visage, coiffure, voix et vêtements sont à définir. Je regrette quand même le manque flagrant de choix. Même si, dans les faits, peu importe puisqu'avec une armure qui fait 2 fois la taille de son personnage, on ne verra même plus sa tête. On risque quand même d'avoir l'impression de rencontrer toujours les mêmes mecs en jouant sur le net. Aussitôt créé, votre chasseur fera son arrivée dans le petit village portuaire de Moga, un petit coin de paradis où il y ferait bon vivre si une saleté de monstre aquatique gigantesque, le Lagiacrus, ne venait pas foutre le bordel en détruisant tous les bateaux de commerce du village. Pour couronner le tout, Moga subit de temps à autres des séismes qui ont détruit une partie des bâtiments appartenant au village, mais également fait fuir quelques animaux de la faune. Malgré votre expérience de chasseur digne d'une pucelle, les membres du village vous recrutent pour mettre un peu d'ordre dans tout ça. Mais avant de vous jeter corps et âme dans la bataille contre le Lagiacrus, vous allez devoir vous faire la main sur des bestioles un poil plus petites, histoire d'apprendre les ficelles du métier et accessoirement d'éviter une sévère déculottée contre la bête.
 
screenscreenscreen

C'est ainsi que commence la chasse aux monstres. Pour cela, il vous faut passer par une hôtesse présente dans le village Moga et qui vous permet de faire la liaison entre vous et la Guilde des chasseurs. Cette Guilde vous proposera des quêtes qui sont reparties par niveau de difficulté croissante allant de 1 à  5 étoiles (6 lors du jeu en ligne). Chaque quête propose un objectif principal à réaliser dans un temps limité, mais également des objectifs secondaires qui vous permettront de vous faire plus de sous. Si les premières quêtes qui consistent en la cueillette de champignons et en la pêche de poissons dorés, sont plutôt tranquilles, par la suite, cela va se compliquer légèrement. Avec des monstres à chasser de plus en plus gros. De plus en plus violents. Jusqu'à finalement combattre le Lagiacrus, et même à devoir en capturer un. Mais n'allez pas croire que ce Léviathan est la seule bête imposante à affronter. Monster Hunter 3 regorge de bestioles gigantesques qui vous flanqueront une déculottée en 10 secondes si vous n'êtes pas prêt à les affronter.

imageLes paysages de Monster Hunter 3 sont plutôt sympathiques et font honneur à la Wii. Sans déchirer la mirette, ils sont agréables à regarder, même si certains manquent de détails, avec certaines textures "cheap". L'alternance jour/nuit permet de les mettre d'avantage en valeur. On peut cependant déplorer de nombreux bugs de collision durant les phases de jeu.

Mais avant d'aller chasser notre Léviathan, il va falloir s'entrainer, et récupérer des ressources. Car non, dans Monster Hunter, il n'y a pas de niveau pour son personnage. Que vous soyez au début ou à la fin du jeu, c'est le même gugusse que vous contrôlez. Ici, ce qui fera la différence, et chose que je regrette, c'est juste l'équipement que vous portez. Un équipement que l'on peut acheter à l'armurerie, mais surtout faire forger. Une chose beaucoup plus intéressante pour notre bourse puisque le prix est moindre, mais il faut apporter ses propres ressources. Des ressources que l'on récupère en flânant dans la forêt Moga en dépeçant des animaux ou lors de nos quêtes de Guilde. Que ce soit, peau, os, minerais, dents, viande, tout est bon à prendre. Mais à prendre rapidement. Parce que dans Monster Hunter Tri,  le respawn est juste abusé. Comptez une quinzaine de secondes avant que le cadavre de votre proie ne disparaisse. Cela peut sembler suffisant, mais dans les faits, quand vous affrontez 5 bestioles, et qu'au final vous ne pouvez prélever des ressources que sur le dernier cadavre, c'est plus que frustrant. Vous pourrez également trouver des précieuses ressources en échangeant les carcasses des monstres vaincus au fils du chef du village, ce dernier vous donnant de précieux objets. De la même façon, la poissonnière vous offre la possibilité d'envoyer les pêcheurs dans certaines zones afin de récupérer du mineraux et des poissons spéciaux. Dans Monster Hunter 3 il ne faut pas seulement chasser, mais aussi beaucoup échanger.
 
screenscreenscreen

Même si sur le papier Monster Hunter semble plus qu'alléchant, dans les faits, la liste des choses frustrantes est plutôt longue. En effet, Monster Hunter 3 est comme ses grands frères, un condensé d'austérité. Que ce soit dans le gameplay, dans le menu, dans la gestion des items, c'est lourd. Très très lourd. On a déjà connu mieux et beaucoup plus ergonomique, il faut l'avouer. C'est simple, le gameplay n'a pratiquement pas évolué depuis le premier Monster Hunter sorti en 2004. Toujours aucun système de lock, ce qui fait qu'on est obligé toutes les 3 secondes de devoir repositionner correctement la caméra lors d'un affrontement, de même, la lourdeur du personnage, couplée à cette mauvaise caméra et à l'absence du lock, fait qu'on tape le plus clair de son temps dans le vide. Le pire, c'est avec les combos qui sont juste d'une rigidité ahurissante. Quand vous en commencez un, vous pouvez être sûr que votre personnage va frapper pendant 10 mètres, tout droit, sans s'arrêter, alors que votre cible s'est décalée et vous a évité. De grands moments de solitude en perspective. Et c'est encore pire durant les phases de combats sous l'eau. Certains trouveront que c'est un jeu "élitiste" avec un gameplay demandant beaucoup d'exigence, d'autres, tout comme moi, trouveront que c'est juste lourd. Et c'est quand même l'intensité des combats qui en pâtit. Je ferai également la même remarque d'austérité par rapport au titre en lui-même, sans parler de ses mécaniques de jeu. Vous arrivez comme ça, dans le village Moga, on vous dit que vous allez devoir battre le Lagiacrus et... c'est tout. Pas de véritable histoire, seuls les gens motivés par le fait de combattre des monstres de plus en plus grands et forts arriveront à ne pas le lâcher.

imageOn peut également déplorer ce découpage en zones minuscules, toujours présent. C'est peut être dû à une limitation technique, mais franchement, chasser dans d'aussi petites zones n'est pas forcément ce dont rêvent tous les grands chasseurs.  D'autant plus que du passage de l'une à l'autre, on a le droit à un petit chargement de 2, 3 secondes. Alors ce n'est que 2 ou 3 secondes, mais là encore, ça casse le rythme. Et méchamment. Surtout que les allers-retours sont légion.

Pour continuer dans les choses peu sympathiques, le titre manque cruellement de réalisme et surtout de vie. Mettre 4,5 bestioles par zones ne suffit pas à créer une véritable faune sauvage. C'est vide, désespérément vide de vie. On aurait aimé en avoir beaucoup plus par zone, avec des comportements également plus réalistes. Les voir se chasser entre eux par exemple, protéger leurs petits, et tout un tas de petites choses qui donneraient une esprit unique au titre de Capcom. A côté de ça, on le droit à des bestioles toutes connes, qui attendent que vous les tapiez, se défendent comme des buses et très souvent seules plutôt que d'attaquer en troupeau. Bonjour l'IA moisie.
 
screenscreenscreen

Fort heureusement, la chasse contre les boss, elle, malgré cette lourdeur dans le gameplay, est intéressante, parce que ces grosses bêtes, sans en avoir trop dans le ciboulot, sont loin d'être faciles à affronter. Une bonne stratégie est obligatoire pour parvenir à les tuer et tout faux pas est interdit, sous peine de se retrouver inconscient et de revenir au village en perdant l'argent avancé pour la quête. C'est véritablement contre eux que Monster Hunter Tri montre tout son intérêt.

Et si vous voulez affronter des monstres encore plus gros, encore plus terrifiants, eh bien, il y a le mode online gratuit. Sauf que là encore, tout n'est pas rose mais jaune pisseux. Si l'on peut louer le fait que ce mode online soit gratuit et permette de jouer avec des joueurs humains, il y a encore de quoi faire pour convaincre. Pour jouer en ligne, il faut aller en ville et non au village Moga. La ville propose à peu près les mêmes services que ceux présents dans le village, mais elle dispose d'une guilde dans laquelle vous pouvez rencontrer d'autres chasseurs. Là où le bât blesse, c'est que toute bonne chasse en équipe nécessite une bonne communication... et que pour communiquer en ligne dans Monster Hunter 3, c'est la galère si vous ne possédez pas de Wii Speack, le micro de Nintendo. Pratiquement indispensable pour communiquer avec vos amis, tellement les phrases préenregistrées et les émotions sont inutiles. Fort heureusement, il est possible de taper des messages à l'aide d'un clavier USB sous réserve d'en avoir un. Dans le pire des cas, si vous n'en avez pas, il vous reste toujours la  possibilité de taper votre message sur le clavier virtuel à l'aide du pointeur de votre Wiimote. Mais c'est juste très chiant, très long et vous avez le temps de vous faire tuer 10 fois avant de crier : Je vais mourir, couvrez moi.

imageReste que même si vous passez ce problème de communication au niveau hardware, il faut encore arriver à se comprendre et c'est loin d'être le cas puisque le titre de Nintendo ne permet malheureusement pas de choisir son serveur en fonction de sa langue. Une option bien pratique pour éviter de se retrouver dans une partie entouré de teutons qui ne prennent pas la carte bleue. Vous me direz, il reste à parler anglais. Encore faut-il que vous interlocuteur le parle et avec un accent suffisamment compréhensible. Bref, une belle galère qui aurait pu être évitée s'il y avait des serveurs par pays.

De côté du jeu en lui-même, on peut déplorer un certain lag. Que ce soient des attaques de monstres que l'on ne voit pas ou des coups portés à 10 mètres qui  touchent un monstre, c'est parfois du grand délire. Ok c'est gratuit, mais franchement, c'est quand même vachement mal foutu pour être un véritable argument d'achat. Ce n'est quand même pas totalement déplaisant, mais il y a trop de petites choses frustrantes pour apprécier véritablement l'expérience de jeu.

Vous l'aurez compris, Monster Hunter Tri ne restera pas, de mon avis, dans les annales. Si les fans de la série s'y retrouveront totalement, l'austérité du titre ne parviendra pas à faire de nouveaux adeptes. Pourtant, le titre de Capcom a des arguments que l'on ne peut nier, beaucoup de contenu et de défis, une belle réalisation avec ses sublimes cinématiques mais encore faut-il être suffisamment accroché pour ne pas lâcher le pad devant tant de lourdeur et de frustration. De mon point de vue, il manque clairement un soupçon de vie de la faune pour donner au titre une aura unique. Sans parler de toutes les choses du gameplay à corriger.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Monster Hunter Tri (Wii)

Plateformes : Wii

Editeur : Capcom

Développeur : Capcom

PEGI : 16+

Prix : 40 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

 

 

Images du jeu Monster Hunter Tri (Wii) :

0