Iron Man 2, le film

 

Publié le Jeudi 29 avril 2010 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Le retour de la vengeance de la boîte de raviolis

imageIron Man a été pour moi une double surprise. Une double excellente surprise. La première, c’est le retour fracassant sur le devant de la scène d’un acteur que j’ai toujours beaucoup aimé : Robert Downey Jr. La seconde, c’est un film de super héros réussi, là où la série des X-Men commençait à sérieusement s’essouffler, où Superman avait complètement foiré son come-back, où Hulk n’était vert que de moisissures,  et où le renouveau de Batman, très réussi, portait plus sur le film d’action noir que sur le côté spectaculaire.
Iron Man est arrivé à point nommé, avec son mélange d’action et de légèreté. Pourtant, l’exercice était assez « casse-gueule ». Si vous prenez le temps de bien regarder le film, vous pourrez y apercevoir que l’action est loin d’être omniprésente et que le réalisateur s’est longuement attardé sur la psychologie des personnages et sur leur vie quotidienne. Et pourtant, malgré un rythme assez lent, la mayonnaise prend bien. Reposant sur les épaules d’un Robert Downey Jr. exceptionnel et d’une Gwyneth Paltrow resplendissante, Iron Man a été LA surprise de 2008. Même si, soyons honnête, le film n’est ni parfait, ni taillé pour rester dans les annales du film d’action.
 
Deux ans après, on prend les mêmes et on recommence. Même réalisateur, Jon Favreau. Mêmes acteurs, Robert Downey Jr. et Gwyneth Paltrow. Seul Terrence Howard a été remplacé par Don Cheadle dans le rôle du Lieutenant Colonel James Rhodes. Un choix qui s’explique par la popularité plus grande de Don Cheadle, pour un rôle plus important dans cette suite.
 
screenscreenscreen
 
Depuis qu’il a révélé au monde qu’il était Iron Man, Tony Stark s’est enfoncé un peu plus dans le narcissisme et la mégalomanie. Il fait son show, en rajoute des tonnes, et se met le public dans la poche. Iron Man est devenu le chouchou de l’Amérique et Tony Stark jubile. Il inaugure en grandes pompes la Stark Expo, un immense village dédié à la science, héritage de son père qui en avait eu la vision.
La délicieuse et séduisante Pepper Potts est toujours à ses côtés, et supporte docilement ses frasques.
Mieux encore, depuis Iron Man, la paix semble à peu près s’être installée dans le monde. Les relations est-ouest sont au beau fixe : tout le monde craint le super héros et, du coup, personne ne se lance dans un quelconque conflit sur lequel il pourrait intervenir.
 
screenMais les réjouissances sont de courte durée. L’armée américaine veut absolument faire plier Tony Stark et l’obliger à lui révéler les secrets de l’armure Iron Man, pour l’intégrer à ses forces. Le milliardaire refuse obstinément, tournant même en ridicule ses interlocuteurs et, parmi eux, son « concurrent » Hammer Industries, le nouveau fournisseur d’armes de l’US Army.
 
Au fin fond de la Russie, un nouvel ennemi se dresse alors. Ivan Vanko (Mickey Rourke), est un physicien de génie qui a purgé une peine d’emprisonnement pour avoir vendu du Plutonium à des terroristes. Son père, lui, physicien de renommée également, a été trahi par le père de Tony Stark, alors qu’il l’avait aidé à développer diverses technologies. Ivan décide alors de se venger de la famille Stark. Il crée un costume avec deux fouets « énergétiques » et décide d’affronter Iron Man.
Si le Super Héros s’en sort finalement, ce n’est pas sans dommages. Et Ivan a surtout montré au monde qu’il n’est pas invincible et, qu’un jour, quelqu’un réussira à le battre.
Le gouvernement décide de passer la vitesse supérieure pour acquérir la technologie Iron Man.
De son côté, le PDG d’Hammer Industries décide de faire sortir Ivan Vanko de prison pour qu’il lui développe de nouvelles armes…
 
Pendant ce temps, Tony Stark apprend que le Palladium, contenu dans son cœur, est en train de l’empoisonner et qu’il va bientôt mourir. Il décide de tourner le dos à tous les problèmes et de vivre à fond ses derniers instants…
 
screenscreenscreen
 
Que ce soit clair : si vous n’avez pas aimé le premier Iron Man, il y a peu de chance que vous aimiez le second. Par contre, si vous l’avez apprécié, il en sera de même pour cette suite. On se retrouve en effet face à une copie conforme du premier film. Oh, attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Il s’agit d’une copie conforme, non pas au niveau scénario, mais au niveau général. On y retrouve le même rythme. Le même mélange de scènes d’actions (peut-être un peu plus présentes) et de psychologie des personnages. On a en effet un petit combat, impressionnant cela dit, au début du film, entre le méchant, Ivan Vanko, et Tony Stark, puis une petite marave entre Iron Man et son double dans lequel s’est glissé son acolyte James Rhodes, et enfin un méga combat, dans lequel vous en prenez plein la tête, à la fin. C’est assez peu, finalement, sur un film de deux heures. Et le reste du temps, il y a beaucoup de blabla. On explore un peu plus le mal-être du héros, on assiste à son ultime baroud d’honneur avant sa mort, puis à sa lente résurrection.
Mais une fois encore, la mayonnaise prend formidablement bien. Le temps passe vite, on se prête au jeu, et le film est soutenu par une pléiade d’acteurs tous plus excellents les uns que les autres.
 
screenRobert Downey Jr tient le film sur ses épaules, une nouvelle fois. Il est grand, magistral, cabotine juste ce qu’il faut, n’en fait jamais trop, et est finalement tellement bon dans son rôle que Tony Stark ne pourra jamais plus avoir un autre visage.
Il laisse toutefois un peu plus de place à la délicieuse Gwyneth Paltrow, dont le changement en femme d’affaire en plein milieu du film est assez saisissant.
Malheureusement, sa plastique pourtant remarquable, est effacée par celle de Scarlett Johansson, tout simplement époustouflante de beauté. Elle irradie littéralement l’écran. Bon, en plus, elle joue plutôt bien, ce qui ajoute indéniablement au charme.
Don Cheadle s’en sort plutôt bien également, en Lieutenant-Colonel James Rhodes, tiraillé entre son devoir et son amitié pour Tony Stark.
Je serai, par contre, nettement plus mitigé sur l’acteur qui campe Hammer, le concurrent des entreprises Stark. Avec sa tête de premier de la classe, et sa bouille à la Wayne’s World, Sam Rockwell n’est, à mon sens, pas au niveau. Il est loin d’avoir la carrure pour ce rôle que l’on aurait plus volontiers vu échoir à un acteur plus connu, et surtout avec une « gueule ». Résultat, il gesticule beaucoup sans convaincre.
On terminera par Mickey Rourke, tout simplement énorme. Il crève lui aussi l’écran et campe un méchant non seulement crédible, mais aussi terrifiant.
 
screenQuelques regrets, tout de même. L’arrivée de « Nick Fury », joué par Samuel L. Jackson, se fait un peu comme un cheveu sur la soupe. On sent très largement le « on va faire un film Nick Fury, alors on le présente dans cet Iron Man 2 pour lui donner une légitimité ». Cette arrivée est surtout assez mal expliquée (on comprend quand même, mais tout juste, qu’il fait partie d’une association de défenseurs de la nation, créée notamment par le père de Tony Stark). Par contre, le coup de l’agent Coulson (que l’on voyait dans le premier film) qui est alors chargé de surveiller Tony Stark a subi de telles coupes au montage que son passage est inutile, mal venu et apporte une merdouille dans le scénario : Tony Stark est sous surveillance rapprochée, 2 minutes après, on le voit aller au bureau en voiture, et dix minutes ensuite, l’agent lui sort un « ah ben vous nous avez encore faussé compagnie » inexpliqué d’un point de vue scénaristique.
 
Deux petits bémols, donc (trois avec la prestation de Sam Rockwell) qui, pourtant, n’enlèvent rien à la qualité globale du film : c’est à nouveau un excellent divertissement. Avec sa dose d’humour, sa dose d’action impressionnante, son scénario léger mais toujours captivant. Bon point également : la bande-son est excellente, même si j’aurais personnellement aimé une ou deux musiques d’AC/DC de plus…

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Iron Man 2, le film

Plateformes :

Editeur : Paramount Pictures France

Développeur : Jon Favreau

PEGI : 12+

Prix : 9 € (place de cinéma)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

 

 

Images du jeu Iron Man 2, le film :

0