The Creator, la critique du film

 

Publié le Mercredi 27 septembre 2023 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

The Creator, la critique du film

IA vole

imageDans un proche futur, les IA sont tellement avancées qu'elles veulent leur indépendance, lassées de n'être que des esclaves modernes pour l'humanité.

Une guerre éclate entre humains et IA et ces dernières font exploser une bombe nucléaire à Los Angeles. Des lors, les USA n'ont de cesse de traquer les IA et leurs créateurs partout où ils se trouvent.

Un agent, Joshua, est envoyé en mission d'infiltration auprès de Maya, la fille du "Créateur", l'énigmatique développeur à l'origine des IA les plus avancées. Cependant, la mission ne se passe pas comme prévu : Joshua tombe amoureux de Maya, qui tombe enceinte de lui. Mais elle est tuée lors de l’opération.

Quelques années plus tard, l'Armée vient trouver Joshua, désormais ex-agent des forces spéciales. Maya serait en vie et travaillerait avec son père.

Joshua accepte de repartir en Asie avec l'Armée à une condition, qu'il puisse évacuer Maya et la ramener aux USA saine et sauve.

Mais encore une fois, la mission ne va pas se passer comme prévu...


imageThe Creator est un film d'anticipation et de science-fiction réalisé par Gareth Edwards, déjà à l'œuvre sur Godzilla et Rogue One. Coté casting, Joshua est interprété par John David Washington et Maya par Gemma Chan. Il y a aussi Ken Watanabe dans le rôle d'Harun, Sturgill Simpson dans celui de Shipley et Madeleine Yuna Voyles dans celui d'Alphie. Les autres rôles importants sont interprétés par Allison Janney, Ralph Ineson, Marc Menchaca et Veronica Ngo.

L'histoire originale, qui a été écrite par Gareth Edwards avec l'aide de Chris Weitz, se focalise sur les fameuses IA, un thème très actuel au vu des nombreuses problématiques que pose l'utilisation des IA que ce soit dans le monde professionnel ou dans le monde artistique.

Cependant ici, le réalisateur va encore plus loin car il pose d'autres questions comme l'attachement et l'amour que l'on peut porter à ces machines.

imageAlors que dans notre réalité, les IA sont immatérielles car stockées dans des serveurs et des ordinateurs, dans l'univers créé par le réalisateur les IA sont intégrées dans des corps robotiques et certains, appelés "simulants", ont une apparence humaine. Or, à aucun moment n'est posé la question de savoir si les êtres humains s'attachent au visage (puisque des gens font scanner leur visage pour que les robots aient leurs trais) au à l'IA elle-même. On aurait aimé que cette question soit abordée.

De plus, bien que l'histoire soit originale, à savoir "n'adapte pas une BD, un livre, un manga, etc", il faut reconnaitre que Gareth recycle quand même pas mal d'œuvres bien connues, qu'elles soient de SF ou non. Terminator, Akira, Ghost'n The Shell, AI et même Apocalypse Now et Pinocchio et j'en oublie. Le réalisateur brasse large et on sent qu'il s'est fait plaisir comme un gamin pour créer son univers et son histoire.


imageMais il n'empêche quà plusieurs reprises, son univers bug parce que certains détails sont mal gérés. Design d'armes ou d'équipements totalement WTF, comme par exemple des armures impossibles à retirer en cas d'urgence ou des armes clairement pas pratiques pour un être humain… Logique militaire aberrante : les USA n'hésitent pas à balancer des armes nucléaires sur l'ennemi mais ne détruisent pas un vaisseau s'approchant de leur super base spatiale à mille milliards de dollars ? Mais où est passée l'armée ennemie au fait ? Les équipements US affichent une zone d'AOE digne des MMORPG avant les bombardements. Ou mon petit préféré : La bombe sur pattes dotée d'une IA qui est consciente qu'elle est une bombe et qui hésite quand on lui dit d'aller se faire exploser chez les ennemis…

Bref, tous les ingrédients pour faire de The Creator un nanard de luxe.

Sauf qu’il n’en est pas un.

imageOn se laisse totalement happer par l'histoire et la quête de Joshua. Parce que les décors grandioses, que se soient les villes tentaculaires dignes des meilleurs mangas ou les villages de roseaux venant d'Apocalypse Now encrent cette aventure dans une réalité perceptible, entre gigantisme urbain et minuscule village paysan. Parce que John David Washington peut absolument tout jouer même quand ça a l'air con. Parce que Gareth Edwards montre ici, quoi qu’en disent certains à la rédaction, un très grand réalisateur qui sait magnifier tout ce qu'il filme.

Et parce que ça fait bien longtemps qu'on n'a pas eu un film de science-fiction aussi poétique et beau. Et qui surtout ne prend pas ses spectateurs pour des demeurés.

Bref, The Creator est un film magnifique. Allez le voir sinon vous passeriez à côté d'une vraie pépite.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

The Creator, la critique du film

Plateformes :

Editeur : 20th Century Studios

Développeur : Gareth Edwards

PEGI : 7+

Prix : Cinema

The Creator, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0