Like A Dragon : Infinite Wealth (PS4, PS5, Xbox Series, Xbox One, PC)

 

Publié le Mardi 16 avril 2024 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Like A Dragon : Infinite Wealth (PS4, PS5, Xbox Series, Xbox One, PC)

Petit dragon devenu grand

imageEn 2020, la franchise Yakuza faisait peau neuve avec Yakuza : Like A Dragon, le 7ème volet de la licence. Nouveau nom, nouveau héros, nouveau système de jeu, bref de nouvelles bases qui soufflaient un vent de francheur sur la série. Une prise de risque qui fut d'ailleurs récompensée pour ce 7ème opus qui fut aussi bien une réussite critique que commerciale pour cette série qui était, autrefois, réservée à une niche. Et autant dire que si vous n'avez toujours pas franchi le pas, on ne peut que vous conseiller de vous laisser tenter par l'excellent Yakuza : Like A Dragon. 4 ans plus tard et avec, entre temps, un sympathique Like A Dragon Gaiden ; The Man Who Erased His Name qui aura servi d'amuse bouche, voici que Like A Dragon : Infinite Wealth, le 8ème opus de la série, pointe le bout de son nez. Toujours aussi bon ?

Très brève piqûre de rappel pour ceux qui prennent le train en marche : dans les 6 premiers volets de la série, on suivait les aventures de Kazuma Kiryu, un Yakuza légendaire, mais au grand coeur, qui décidait finalement de se faire passer pour mort afin qu'on laisse tranquille ses proches. Dans Yakuza Like A Dragon, on découvrait Ichiban Kazuga, une grande saucisse terriblement attachante qui allait se retrouver malgré lui à prendre le relais de Kiryu. Nouveau héros donc, mais également un nouveau gameplay puisque la série a troquée son côté beat'em all pour du RPG au tour par tour, néanmoins, sans perdre son identité avec une histoire principale toujours aussi prenante et sérieuse, saupoudré de multiples quêtes annexes pleines de second degrés.

imageDans Like A Dragon : Infinite Wealth, on retrouve Ichiban qui va tenter de retrouver sa mère biologique à Honolulu. Comme à son habitude Ichiban va se retrouver dans des situations improbables et son salut viendra de Kiryu, également dans les parages. Que fait-il là ? Pourquoi en veut-on à la mère d'Ichiban ? Ca, je vous laisse le découvrir au travers de la soixantaine d'heures de jeu qu'il faut pour en voir le bout.

Globalement, même si le scénario principal est un peu moins haletant que celui du précédent volet, il se suit très bien. Plus intimiste que certains épisodes, on passe par moult émotions et très clairement, on ne ressort pas de l'expérience indemne (oh que non). Mention spéciale à Kiryu et à un chapitre 8 qui risque de s'annoncer long pour les noms initiés mais qui fera chavirer le coeur des fans de la première heure.


imageInfinite Wealth, c'est la promesse d'un dépaysement total, sans quitter son canapé. Avec pour terrain de jeu Honolulu, les environnements sont magnifiques, les paysages sont luxuriants, ensoleillés et ça fait franchement du bien comparé aux rues grisâtres d'Ijincho ou Kamurocho (qu'on retrouve également). Franchement, on en prend plein les yeux, quand bien même ben le moteur de Like A Dragon n'est pas un foudre de guerre.

Pour autant, la beauté des environs ne semble pas calmer certains puisque dans chaque coin de rue vous croiserez des gens qui ne vous voudrons pas du bien. Honolulu est en proie à d'importantes guerres de gangs et autant dire qu'on va venir vous chercher des noises. Alors oui, il est tout à fait possible de les éviter en vous éloignant le plus possible d’eux mais Infinite Wealth étant un RPG, si vous souhaitez engranger de l’expérience et gagner de l’argent, vous devrez obligatoirement en passer par là.

imageLe système de combat reste le même que celui initié dans Like A Dragon, avec des combats au tour par tour, la présence d'un système d'affinités et des parades à effectuer avec le bon timing pour éviter de se faire taper dessus trop fort. Au fil des quêtes annexes, on débloquera également des personnages à appeler moyennant quelques deniers pour venir nous filer un coup de main.

Du côté des nouveautés, on notera la présence d'attaques combinées bien stylisées et surtout la présence de Kiryu dont le spécial permettra de retrouver les affrontements en beat'em all le temps de quelques secondes. Petit plus franchement appréciable, une fois qu'on est suffisamment fort par rapport aux ennemis rencontrés, on peut raccourcir le combat via "l'extermination". Cela expédie en 3 secondes le combat, mais le gain en argent et expérience en réduit. Quoi qu'il en soit, l'ensemble reste toujours aussi efficace, avec une montée en puissance qu'on ressent bien.

imageOui parce que l'une des forces de la licence depuis sa mue en Like A Dragon, c'est d'avoir vraiment mis l'accent sur la relation entre les différents protagonistes. Oui, il y a Ichiban et Kiryu, mais pas que. Vraiment, chaque personnage de la bande est travaillé, profond et on ressent véritablement les liens qui existent entre chacun d'eux. C'est assez rare de s'attacher aussi facilement à des personnages. Et outre l'affect du joueur, cela se traduit sur le gameplay puisqu'on débloque des compétences d'équipe dès que des paliers d'amitié sont atteints..

imageSi vous connaissez un peu la licence, vous savez que chaque ville est un délicieux bac à sable où il y a vraiment des tonnes de choses à faire : entre les restaurants, les karaokés, les bars à hôtesses ou tout simplement en passant devant certains coins de la ville, il y a des tonnes d'occasions pour que les membres échangent entre eux, que ce soit pour parler sérieusement ou se vanner. Vraiment, c'est rare d'avoir un jeu qui tente et surtout réussi avec une telle justesse à créer une alchimie entre le joueur et l'équipe qu'il incarne. Vraiment, j'insiste là dessus. On retrouve d'ailleurs les quêtes annexes centrées sur nos coéquipiers, introduites dans le précédent volet mais également la possibilité de trouver des points d'intérêt pour remplir un bingo de l'amitié. Encore une bonne occasion d'en apprendre d'avantage sur les membres de notre équipe.

imageVous le savez, la série est également spécialisée pour avoir des jeux dans le jeu et cette épisode ne déroge pas à la règle. Sans parler des karaokés, bar à hôtesses, jeu de flêchettes, golf, baseball, j'en passe et j'en oublie, Infinite Wealth propose une sorte de Pokémon Snap-like, avec des pervers à prendre en photo lors de trajets en bus, un Crazy Taxi-like où l'on devra livrer de la bouffe à vélo dans les temps et une simulation de rencontre en mode Tinder où il faudra réussir à matcher avec l'élue de votre coeur (je vous jure que c'est vrai et c'est vraiment rigolo).

Mais les deux plus gros jeux dans le jeu sont Dondodoko Island et Sujimons qui vont, à eux deux, vous prendre facilement une vingtaine d'heures de jeu pour en voir le bout. 

imageLe premier est un Animal Crossing-like où vous allez devoir gérer votre île touristique en la nettoyant de la racaille et des déchets pour faire revenir les touristes. C'est un jeu de gestion pas prise de tête, terriblement accrocheur et efficace. Chaque jour, on nettoie l'île des déchets ce qui permet d'obtenir des ressources, avec ces ressources, on fabrique des meubles qui servent à attirer et accueillir des touristes. A la fin de leur séjour, les vacanciers vous paient en fonction de leur satisfaction, vous permettant d'investir d'avantage. Ajoutez à ça le fait qu'on puisse pêcher et capturer des insectes et si ce n'est le fait qu'ici, on aura quand même à tabasser des gens, ben ça fleure bon l'Animal Crossing à plein nez, le calme en moins, quoi.

imageL'autre jeu, Sujimons, est un gros Pokémon-like. En gros, les mecs que l'on affronte durant l'aventure peuvent être "capturés" et rejoindre notre équipe de Sujimons. A l'instar de la célèbre licence de Nintendo, on aura donc à conquérir des arènes pour gagner des badges et devenir le grand maître Sujimons. Il y a d'ailleurs 300 Sujimons à récupérer que ce soit en les convaincant de vous rejoindre, qu'en faisant évoluer un Sujimon que vous possédez. Au niveau des affrontements, ce n'est quand même pas au niveau du jeu de Nintendo. On se compose une équipe de 6 Sujimons (3 actifs et 3 en réserve) et après, c'est une histoire d'affinité et de positionnement. Rien de très compliqué, rien de très stratégique, mais ça fait mouche et on y passe une bonne grosse dizaine d'heures sans s'en rendre compte.

Avec tout ça, je me rends compte qu'il y a une multitude de choses dont je n'ai pas encore parlé mais que je vais vous laisser découvrir. Vraiment, il y a de quoi faire et le contenu d'Infinite Wealth est vraiment gargentuesque.

Finalement, le plus gros reproche qu'on puisse faire à cet épisode, c'est qu'il ne soit pas vendu dans son intégralité dans sa version de base. Je m'explique. Jusqu'à présent, tous les Yakuzas ont toujours proposé un New Game +, inclus dans le jeu de base (enfin en Europe). Cette fois, SEGA a décidé que ce mode ne serait proposé que dans l'édition Deluxe, vendue... à 85€. C'est moche. Très moche. Alors oui, les joueurs lambda n'en auront probablement que faire et ce sera probablement un détail, mais pour ceux qui poncent la licence depuis des années, c'est un peu dommage de devoir payer pour quelque chose qu'on avait gratuitement auparavant.
 

Vous l'aurez compris, si ce n'est cette histoire de New Game + proposé à part qui craint un peu, ce Like A Dragon : Infinite Wealth est une pure réussite. Certe, tout n'est pas toujours parfait, avec quelques moments qui tirent un peu en longueur, une narration parfois hâchée par tous les trucs annexes à faire, mais dans l'ensemble, quel pied ! Rarement un JRPG aura atteint un tel niveau de profondeur dans les personnages qu'ils proposent et rien que pour ça, le titre est à faire pour tous les amateurs du genre. C'est vraiment le titre le plus abouti et le plus riche de la franchise qui laisse un grand vide une fois terminée. A faire, tout simplement.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Like A Dragon : Infinite Wealth (PS4, PS5, Xbox Series, Xbox One, PC)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4 - PS5 - Xbox Series

Editeur : SEGA

Développeur : Ryu Ga Gotoku Studio

PEGI : 18+

Prix : 69,99 €

Like A Dragon : Infinite Wealth (PS4, PS5, Xbox Series, Xbox One, PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0