Pilotwings Resort (3DS)

 

Publié le Mercredi 30 mars 2011 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Fais comme le zozio

imageCertes, Nintendo est spécialisé dans les icones gays. D’un côté, le super plombier à salopette dont la moustache frétillante ferait tomber en pamoison le groupe Village People au grand complet. De l’autre, le nain vert et son bonnet à grelot, dont les oreilles en pointe et le collant moulant donneraient des chaleurs à George Michael himself.
Mais Nintendo, c’est aussi le spécialiste des « petits jeux à la con tout bêtes, tout sympas, tout agréables ». Et pour le coup, l’expression « petits jeux à la con » n’est pas péjorative. Mais à prendre dans le sens « c’est simple, voire simpliste, mais accrocheur, bref, fallait y penser ».
Et bien entendu, Pilotwings Resort, sur Nintendo 3DS, est de ceux-là.

Pilotwings Resort vous entraine dans l’Archipel Wuhu, composé de la grande île Wuhu, d’une petite et d’une grande île déserte, d’une aire des feux d’artifice et de l’île Wedge. Et ces îles, vous n’allez pas les parcourir en bateau, surf ou scooter des mers, mais en deltaplane, jetpack ou avion de tourisme. Trois appareils supplémentaires sont à débloquer : jet, super delta et super propulseur.

screenscreenscreen

screenVous voilà dans les airs, donc, à vous balader au-dessus de ce paysage paradisiaque où les eaux sont bleues, les rues propres (et désertes) et les arbres, bien verts.

Plusieurs possibilités : déjà, le mode vol libre vous permet de vous promener comme bon vous semble. Ensuite, le mode mission teste vos capacités à piloter les engins disponibles. La plupart du temps, il faut suivre un parcours, passer dans des anneaux, détruire des cibles en les percutant avec une vitesse minimum, et prendre des photos de vos acrobaties. Vos résultats seront notés et il faudra atteindre suffisamment d’étoiles pour prétendre au niveau plus élevé et devenir, au final, un pilote chevronné.

screenSe dirigeant au stick, l’avion est le plus simple à piloter, même s’il bénéficie d’une inertie plus importante, forcément. Plus maniable, mais dépendant des courants d’air chaud pour prendre de l’altitude, le deltaplane demandera de la technique. Tout comme le jetpack.
Globalement, toutefois, les différents moyens de locomotion sont très faciles à prendre en main et à appréhender. Les enfants pourront sans souci se mettre aux commandes.

Au final, Pilotwings Resort est un petit jeu sympathique… mais un poil faiblard question contenu. Pas de multi. Pas de Streetpass (on aurait peut-être pu récupérer des objets dans le jeu, voire s’échanger des photos). Une aire assez restreinte. Trois types de véhicules aériens. Avoir des véhicules terrestres ou maritimes, avoir plus de missions, plus de challenges, des reliefs plus sexy (plus de montagnes, des canyons…) aurait largement augmenté l’intérêt du jeu.
Il ne faut pas pour autant bouder notre plaisir. On s’amuse bien avec Pilotwings Resort. C’est bien foutu, mignon, agréable à prendre en mains, et surtout, l’effet 3D est extrêmement bien rendu. De quoi, finalement, vous le conseillez vivement quand même.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Pilotwings Resort (3DS)

Plateformes : DS

Editeur : Nintendo

Développeur : Nintendo

PEGI : 3+

Prix : 45 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

 

 

0