El Shaddai : Ascension of the Metatron (Xbox 360, PS3)

 

Publié le Jeudi 8 septembre 2011 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de El Shaddai : Ascension of the Metatron (Xbox 360, PS3)

Un jeu qui déchoit

imagePetit cours d’Histoire religieuse. Vers l’an 364, lors du concile de Laodicée, certains textes bibliques sont écartés par l’Eglise, au prétexte qu’ils sont apocryphes (leur authenticité n’est pas établie et ils sont considérés comme non inspirés par Dieu). Parmi eux, l’Apocalypse de Saint-Jean, mais aussi le Livre d’Hénoch.
Ce dernier, écrit au IIIème siècle avant Jésus-Christ en hébreu et en araméen, est divisé en cinq parties. Si les trois dernières traitent d’astronomie, de météorologie, d’exhortations, d’annonciations ou de songes visionnaires, les deux premières sont destinées, l’une au Jugement dernier et à la fin des temps (et contient d’ailleurs le livre de l’Apocalypse de Noé), et l’autre à la rébellion et la chute des anges déchus.

C’est cette dernière, qui compose d’ailleurs la première section du livre d’Hénoch, qui a inspiré les développeurs d’El Shaddai : Ascension of the Metatron.

L’histoire est simple. Et librement (très librement) adaptée. Vous êtes Enoch. Sans H. Et dans votre jean et dans l’armure blanche qui recouvre votre torse, vous allez châtier les anges qui ont eu l’impudence de fricoter avec les humains et s’installer sur Terre pour jouir de leur statut et forniquer à tout va en créant ainsi des Nephilims, sorte de mélange de Barbapapa et de saucisse cocktail, menaçant l’équilibre de la Terre.
Les anges déchus sont planqués dans une sorte de grande tour de Babel, et vous allez devoir en parcourir les différents niveaux qui la composent. L’originalité du titre est que chaque niveau a son ambiance. Un coup épurée, un coup plus détaillée, un coup plateforme, un coup beat’em all, un coup course de moto… El Shaddai : Ascension of the Metatron fait dans la diversité.
Pour vous accompagner dans votre quête, Lucifer sera votre mentor. Téléphone portable vissé à l’oreille et en relation directe avec le Big Boss, Dieu en personne, il vous guide à travers vos pérégrinations.

screenscreenscreen
screenscreenscreen

La grande force d’El Shaddai : Ascension of the Metatron est assurément son ambiance graphique. Quand on sait que le développement a été dirigé par Sawaki Takeyasu, à qui l’on doit déjà le brillant Okami, on n’est pas plus étonné que ça. Décors épurés ou détaillés, couleurs sombres ou délavées, chatoyantes ou ternes… le mélange des genres est détonnant mais franchement original et graphiquement séduisant. Le jeu est une véritable œuvre d’art, un voyage étrange dans un monde inconnu aux effets visuels sublimes, parfois époustouflants. C’est beau, on en prend plein les yeux et on s’extasie devant cette ambiance extraordinaire. C’est vraiment, vraiment somptueux.

screenLa grande faiblesse d’El Shaddai : Ascension of the Metatron, malheureusement, c’est un peu tout le reste… Ce voyage magnifique s’effectue sans grande difficulté, dans un gameplay simpliste et une progression souvent ennuyeuse. Côté beat’em all, on enchaîne les combats face à des ennemis dont l’apparence ne varie guère. On passe d’une arme à l’autre, sachant que seulement trois sont disponibles : l’Arch, une épée, le Gale, un disque qui envoie des projectiles, et le Veil, un bouclier qui peut se scinder en deux armes puissantes. Chaque arme perdant, au fil des combats, de sa puissance, on en récupère de nouvelles sur les corps de ses ennemis, lorsqu’ils sont sonnés, avant la mise à mort. Trois armes seulement et un nombre de coups et de combos ridicule, rendent les combats répétitifs et sans réel intérêt tactique. Même les confrontations avec les boss manquent de challenge et n’arrivent pas à renouveler l’intérêt du joueur. On a donc rapidement fait le tour des possibilités d’attaque du héros.
screenCôté plateforme, ce n’est guère mieux. Le jeu oscille entre passages en 2D et en 3D. S’il ne perd pas de sa beauté, il perd de sa jouabilité. Diriger Enoch, et surtout gérer les sauts convenablement s’apparente plus à une phase pénible et aléatoire qu’à une véritable progression maîtrisée. On perd souvent simplement à cause d’une mauvaise visibilité…

Au final, notre impression sur El Shaddai : Ascension of the Metatron est assez mitigée. Si le voyage vaut graphiquement le coup, il n’en est pas de même pour l’aspect ludique du titre, trop moyen pour séduire totalement. A la limite, on se prend à espérer une adaptation en dessin-animé… Le jeu aurait pu être un ovni incontournable, avec un peu plus de soin quant au gameplay et à sa diversité. Il ne sera, finalement, qu’un fort joli jeu, à voir ne serait-ce que pour son ambiance, mais dénué d’intérêt en tant que jeu vidéo. Dommage, il y avait vraiment mieux à faire.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

El Shaddai : Ascension of the Metatron (Xbox 360, PS3)

Plateformes : Xbox 360 - PS3

Editeur : Konami

Développeur : Ignition Entertainment

PEGI : 12+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu El Shaddai : Ascension of the Metatron (Xbox 360, PS3) :

0