L'Edito du Dimanche

 

Publié le Dimanche 13 septembre 2020 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

L'Edito du Dimanche

Gros nounours ?

imageJ’ai passé la semaine à sautiller dans tous les sens, un peu comme un lapin de garenne à la saison des amours. A la différence près que ce n’était pas pour grimper de la hase à tire-larigot en levrette, mais parce que la rentrée est toujours faite de ces changements et besoins de dernière minute. A la différence près également, je vous le concède, que j’ai plus le physique du grizzly furax qui piétine le campeur imprudent en sautant dessus à pattes jointes, que du mignon petit lapin qui s’ébat dans les prés fleuris.

Mais léporidé ou ursidé, le résultat est le même : je n’ai pas eu une minute à moi pour, au choix, ne strictement rien foutre en sirotant un whisky ou m’asseoir sur un banc à observer les oiseaux s’ébattre gaiment pour préparer l’hiver dans un concert de cui-cui charmant. En plus, c’est mieux après l’été, ils sont bien gras et peuvent donc moins éviter les cailloux qu’on leur lance.

Bref, ma semaine est passée à une vitesse folle, virevoltant au gré des obligations.

C’est peut-être aussi pour ça que je n’ai pas réussi à m’arrêter sur un sujet en particulier dans cet édito. Laissez-moi virevolter au gré des idées, donc. Même si, je vous le concède encore une fois, un ours qui virevolte, c’est assez particulier comme image, ce dernier étant plus enclin à arracher des carotides à coups de griffes que de folâtrer au milieu d’une danse de papillons.

Parce que pour le coup, j’avais quand même quelques sujets à évoquer.

J’aurais pu vous parler de l’émoi qu’a suscité mon dernier édito. Je vous laisse en retrouver la teneur seuls. Entre interrogations et incompréhension, l’annonce de mon retrait a provoqué étonnamment bien plus de réactions que je ne l’imaginais. A croire que la discipline collait bien plus à mon image que je ne pouvais le croire. Ou inversement. J’ai même reçu des témoignages internationaux venus du Maroc, de Thaïlande ou des Etats-Unis. Incroyable.

Je ne reviendrai toutefois pas sur ma décision.

Tout comme Eddy Mitchell quand il a annoncé il y a 10 ans, puis 5 ans, qu’il arrêtait les concerts. Vivement sa tournée 2021.

imageJ’aurais pu aussi vous parler des nausées qui me prennent, doublées d’une colère noire, quand je lis ci et là le retour en force d’une pudibonderie crasse, sur fond de totalitarisme moral, avec des établissements qui imposent une « tenue correcte » au collège ou lycée. « Tenue correcte » signifiant pas de t-shirt court, pas de débardeur, pas de jupe au-dessus des genoux et même, pour certains, pas de jean retroussé au-dessus des chevilles. Tous les prétextes sont bons : nécessité de ne pas transformer l’école en concours de mode, recentrer les étudiants sur leurs études et uniquement sur leurs études, voire même le vomitif « ne pas tenter les garçons face aux tenues légères des filles », cette dernière remarque s’inscrivant juste en-dessous du « vu comment tu es habillée, tu l’as bien cherchée » après un viol, dans la liste des idéologies immondes.
Bref, si je peux comprendre qu’un string apparent ou un soutif un peu visible n’ait pas sa place dans un établissement scolaire parce qu’après tout, oui, il faut savoir « tenue correcte » garder, je ne vois pas en quoi, depuis la fin du Moyen-Âge, une cheville apparente est synonyme de débauche.
Il serait peut-être temps, une bonne fois pour toutes, qu’on rajeunisse les Directeurs d’établissements scolaires ou à défaut qu’on leur rappelle que la séparation de l’Eglise et de l’Etat date de plus d’un siècle. Et personnellement, ça me ferait bien chier de devoir acheter des tenues de bonnes sœurs à mes filles. Certes, ça me ferait marrer aussi. Mais juste 5 minutes, avant que l’ours ne soit de retour.

Enfin, j’aurais pu vous parler du p’tit con qui a fait de la peine à ma fille aînée.

Il n’aurait pas dû.

Ça non.

Il n’aurait pas dû.

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

Commentaires

Il n'existe aucun commentaire sur cette actualité


Ajouter un commentaire

Vous devez être inscrit sur le site pour poster un commentaire

40246-ours-lapin-tenue-correcte-exigee