Monster Hunter Rise (Nintendo Switch) : notre avis sur la démo

 

Publié le Mardi 26 janvier 2021 à 12:00:00 par Arthur Deleye

 

Monster Hunter Rise (Nintendo Switch)

Alléchant !

imageIl y a trois licences qui me sont chères, les Final Fantasy, dont les derniers opus m’ont très fortement déçus. Monster Hunter qui a fait une bonne partie de mon enfance, surtout le 3 Ultimate. Et Splatoon qui a fait mon adolescence. Donc lors de l’évènement digital de Monster Hunter Rise, j’étais plutôt hypé, et pas qu’un peu.

Avec une démo dévoilée et disponible dès le lendemain, difficile de résister à l’appel. Sauf que… l’eshop japonais a subi une maintenance d’urgence, suite à l’afflux vraisemblablement massif de téléchargements, décimant au passage les serveurs européens et américains.
Il a donc fallu attendre un brin plus, m
ais la démo étant disponible jusqu’au 1er février, tout est rentré progressivement dans l’ordre et a laissé le temps de la tâter (il vous reste d’ailleurs encore quelques jours).
Tout cela prouve que l’engouement semble bien au rendez-vous pour ce prochain opus sortant le 26 mars prochain, la licence ayant gagné en audience grâce au grand succès du précédent jeu : Monster Hunter World (et son extension Iceborne).

Avec l’augmentation de sa fan base et le public de la Switch potentiellement très large, Capcom a décidé que la démo contiendrait, en plus de deux quêtes habituelles, deux tutoriels pour se familiariser avec ses deux nouvelles features, qui sur le papier, vendent du rêve.
Manette en main cela se concrétise-t-il ? On va voir.

Le jeu dévoile également son plus gros ajout : le Filoptère, ou du moins, son aperçu.  C’est un nouvel outil ouvrant de nouvelles possibilités de mobilité, successeur spirituel du grappin introduit dans Monster Hunter World Iceborne, en y ajoutant une énorme verticalité. L’outil peut être combiné avec nos armes pour des capacités remplaçant les arts de chasse introduits dans Monster Hunter Générations, qui permet d’étoffer l’arsenal du joueur. La plupart des armes gagnent avec leurs mouvements spéciaux en mobilité, et aussi en style, car il faut se le dire, ces mouvements sont sacrément classes.


imageEt les attaques sautées, parlons-en ! Dans Rise, la mécanique consistant à monter sur les monstres se voit revue en profondeur : fini le mini-jeu pour faire tomber les monstres, place à la Chevauchée de wyvernes afin de prendre le contrôle des ces énormes bêtes.

C’est incroyablement grisant, un mix en un rodéo et le contrôle spontané d’un mécha de chair. Vous pouvez ainsi forcer le monstre à attaquer d’autres monstres, pour des combats d’animaux virtuels (donc c’est légal) du plus bel effet, mais aussi le faire foncer dans un obstacle, ou juste se déplacer avec comme un dompteur d’éléphant indien. A noter qu’après une série d’attaques réussies avec votre monture, celle-ci pourra délivrer une attaque finale infligeant de lourds dégâts.
Après que Monster Hunter World a instauré une carte ouverte et sans chargement entre les zone,  Capcom réitère le principe en réussissant la prouesse technique de le faire sur Nintendo Switch.

imageOn nous offre également un nouvel allié de chasse : le Chumsky ! La Team Chien peut se targuer d’avoir sa propre mascotte dans Monster Hunter. Qui n’a rien à envier à l’allié de la team Chat : les Palicos. 
Le Chumsky, contrairement à son équivalent félin, peut être chevauché et vous transporter rapidement à l’autre bout de la map. Et parce que ce n’était pas assez, il peut drifter tel Takumi d’Initial D. Mais ce n’est toujours pas fini ! Il peut grimper verticalement à certains endroits. Le meilleur amis de l’homme pour traquer les monstres, qui ont d’ailleurs bénéficié d’un sacré boost de vitesse quand il s’agit de prendre la poudre d’escampette …

Par contre, le détail, qui peut décupler votre intérêt dans le jeu ou vous freiner drastiquement, est le fait que le jeu suinte le japon féodal. Bonjour le « toï toï » du taïko (tambour traditionnel japonais), les armures de ninja, les temples shinto… J’ai beau avoir fait japonais lv3, ça fait beaucoup de « weeberie » à encaisser. Le jeu s’annonce néanmoins excellent et j’ai hâte de jouer à sa version finale.

imageimageimage

 

 
image

 

 

 

 

Home

 

 

0