Far Cry 2 (PC)

 

Publié le Vendredi 31 octobre 2008 à 11:48:55 par Pierre Le Pivain

 

Test : Far Cry 2 (PC)

Far Cry 2 ressemble à un jeu de tir à la première personne, a la couleur d'un jeu de tir à la première personne, a les coups de feu d'un jeu de tir à la première personne, mais au bout de quelques heures de jeu, force est de constater que Far Cry 2 n'est pas un jeu de tir à la première personne' D'ailleurs, force est de constater que si on attendait là un FPS pur jus, la déception serait de mise'

Tout cela mérite des explications' Sur le papier, la chose est aussi simple que classique. Le joueur incarne l'un de ces chiens de guerre qui pullule en Afrique, en quête d'argent facilement gagné sur la carcasse fumante d'un ennemi abattu parce que pas assez riche pour faire appel aux services de celui qui vient de l'abattre' C'est comme ça' Nous voilà dans la peau de l'un de ces mercenaires qui arpente le continent noir pour y faire couler un peu de rouge' Ça a le mérite d'égayer la monotonie vert-ocre de cette terre.
Bref' On gagne de l'argent et du diamant sale en tuant les gens, le tout, au service de ceux qui payent le mieux' Ce n'est pas immoral' C'est juste amoral' Nuance. Le jeu commence sur une présentation tant de la géographie des lieux du drame, que dans les possibilités plus ou moins cachées du gameplay proposées au joueur. D'ailleurs, si on y fait un peu attention, on se rend compte que toute cette introduction est une version améliorée de ce qu'on a pu voir, en matière d'introduction, dans Half-Life premier du nom' Mais en globalement plus beau' Beaucoup plus beau.
 
En gros, qu'est ce qu'on apprend durant cette phase ' Que le pays dans lequel se passe l'action est en proie à une guerre bien dégueulasse (un peu comme toutes les guerres, mais celle-là, un peu plus pourrie), que les mercenaires pleuvent dans le coin comme les grenouilles pleuvent en période d'apocalypse biblique, que les routes sont très souvent contrôlées par des barrages pleins de mecs armés jusqu'à la gueule, que les fleuves constituent aussi des voies de communication toutes autant surveillées, et que les feux de brousse prennent à la moindre étincelle' Il y a donc des endroits où jouer de la grenade peut se retourner contre soi. Ce n'est qu'en fin de phase de présentation qu'on apprend donc qu'on a pour but de tuer le Chacal, trafiquant d'armes notoire du coin, qui fournit à tous ceux qui ne rêvent que de se mettre dessus à coups de Kalachnikov, et surtout, qu'on a contracté la malaria' Vous savez ' Le truc qui rend la visée d'autrui difficile lorsqu'on essaie de le mettre en joue. Voilà' La trame est tissée, et c'est au joueur de créer son histoire.

Si on pouvait s'attendre à quelque chose de scripté et dirigiste, à la façon d'un Half-Life, ou d'un Crysis, en fait il n'en est rien. En fait, si on devait rapproché le gameplay de Far Cry 2 quelque chose d'existant, on serait carrément plus proche d'un STALKER que d'autre chose. Le joueur est libre d'aller où il veut' Et le jeu est assez vaste pour l'accueillir un peu partout. De fait, bien que nous soyons tenus à remplir une mission principale, nous avons droit à une foule de missions secondaires' Après tout, on est mercenaire, autant essayer de faire fortune avec ce qu'on sait faire de mieux : tuer. En gros, on aurait droit à un STALKER très nettement amélioré. D'une part, on accède plus facilement aux menus du PDA sans s'emmêler les pinceaux, et surtout, il y a beaucoup moins de bugs (pour ne pas dire pas du tout, mais la prudence m'interdit d'être aussi affirmatif. De plus, on dispose de véhicules nous permettant de nous rendre plus rapidement sur les zones dans lesquelles on doit accomplir nos objectifs' Il va sans dire qu'on y gagne en confort ! Mais puisqu'il faut aussi hériter d'un certain gameplay issu de SYTALKER, il faut tout de même noter que les armes s'enrayent facilement' Le joueur est donc invité à bien entretenir son équipement, ou à défaut, de bien le gérer' Recueillir des armes sur des cadavres, c'est une chose, mais les acheter neuves auprès des marchands locaux, c'est tout de même carrément mieux.

Reste que Far Cry 2 risque de « déranger » les habitudes des amateurs de FPS pur jus' La liberté de mouvement est telle qu'on peut avoir vite le sentiment de manquer de vivacité devant une action qui, justement, ne « presse » pas le joueur. Il reçoit ses missions, mais ce n'est qu'une fois qu'il est sur zone qu'il en découdra, d'une manière très sporadique, avec une résistance locale, qu'il a notamment le droit de ne pas totalement génocider. De fait, on s'approche vraiment plus d'un simulateur de mercenaire, plutôt que d'un jeu de tir à la première personne classique. Ainsi, le joueur de Crysis sera ravi de voir un environnement si vaste et si détaillé, mais sera déçu de ne pas pouvoir bénéficier d'une nano-combinaison, et de détruire tout en un claquement de doigts'

De même, un joueur de FEAR sera ravi de voir une IA bien campée, et bien au rendez-vous, mais sera sur sa faim devant ces grandes plages de « non-action » entre deux missions' Enfin, un fan de STALKER retrouvera avec plaisir un gameplay aussi complet (voire plus) que celui de son jeu préféré, mais sera en manque de radioactivité et de monstres mutants. Far Cry 2 est un simulateur de chien de guerre, donc ! Finis les couloirs pleins de monstres' Finies les vagues d'assaut incessantes. Le joueur doit composer ses tactiques sur le terrain, et accessoirement aller chercher de nouvelles missions auprès des factions locales' Au delà d'un jeu dans lequel on est invité à tirer sur tout ce qui porte une arme, le jeu revêt un aspect « social ». On doit composer avec les humeurs tant des chefs de factions, et/ou de tribus, que de ses propres compagnons d'armes, mercenaires sur le même champ de bataille' et surtout, n'oubliez pas que si vous laissez votre confrère sur le terrain, blessé et pissant le sang, non seulement ils s'en souviendront s'ils s'en sortent, mais tous les membres de la profession s'en souviendront eux aussi !

Far Cry 2, c'est ça' C'est un pique-nique entre mercenaires, entre deux missions dégueulasses, trois minutes de contemplation d'un paysage africain avant de donner l'assaut sur une position rebelle, ou un safari sauvage au milieu des buffles, pendant que la milice locale vous court après. C'est vraiment un jeu à part entière. On aime, ou on n'aime pas. Moi j'ai aimé.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Far Cry 2 (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Montreal

PEGI : 18+

Prix : 50€

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0