Sacred 2 (PC)

 

Publié le Jeudi 16 octobre 2008 à 17:35:38 par

 

Ça fait tout de même pas mal de temps qui c'est écoulé depuis que Sacred premier du nom est sorti. L'air de rien, ce petit jeu Hack and Slash option jeu de rôle avait su charmer tout plein de monde. Non pas qu'il était plus exceptionnel qu'un autre, mais le fait de donner la possibilité de voir bouger une pin-up à l'écran, armée d'une épée plus grande qu'elle, avait réussi l'alchimie de fidéliser tout plein de joueurs.
C'est donc fort de cette alchimie-là, et de ces souvenirs de jeu que Sacred 2 nous arrive dessus. Sacred 2 commence là où les héros d'antan sont fatigués. Les générations passent comme l'eau sous les ponts, et les héros meurent tous, un jour' Voici donc la nouvelle relève, niveau 1 s'il vous plaît. Comme le monde n'a pas vraiment changé, il va falloir faire le ménage un grand coup autour de soi, et faire en sorte que l'univers connu obéisse à une seule loi, c'est à dire celle du joueur. Le rouge est mis, et le propos est très clair.
On va donc voyager dans un univers très vaste, et résoudre tous les problèmes de celui-cià grands coups d'épée ' hallebarde - hache ' lance ' arc ' javelot ' magie ' armes à énergie (rayez la mention inutile).
Bon, là on se dit « oui, un de plus, en matière de Hack and slash »' C'est vrai que l'air de rien, on en a bouffé du monstre depuis pas mal de temps'

Le point de départ ayant été donné par Titan Quest, en passant par du Hellgate London et autres Silverfall' Et c'est vrai qu'en dehors de Titan Quest, on ne pouvait que déplorer que les autres produits s'illustrent par leur collection de bugs et autres incohérences qui transforment vite un jeu en une lassitude qui ne monopolise que la motricité de l'index de la main posé sur la souris. Bref, le Hack and Slash, en attendant Diablo III, ça ressemble à quelque chose qui rend lascif. Mais bon, faisons fi des mauvaises habitudes, et tentons de découvrir Sacred 2 avec un 'il neuf, tant qu'il n'est pas de verre. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le propos Hack and Slash, accompagné de tous les codes du genre, sont respectés. Certes, il y a une ébauche de jeu de rôle, et c'est tant mieux, mais ça reste tout de même minimal.

Évidemment, ce n'est pas un mensonge lorsque l'on voit que le jeu dispose de quelque 500 quêtes' Ça fait tout de même beaucoup ! Mais il n'en demeure pas moins que la quasi-totalité desdites quêtes se résout toujours de la même manière : l'extermination pure et simple d'un groupe de créatures de tous poids et de toutes tailles' Ah ' pardon ' On me dit dans l'oreillette que des fois, il faut accompagner quelqu'un du point « A » au point « B » et de temps en temps, aller trouver un objet « X » dans une caisse « Y »'
il n'empêche qu'à chaque fois, il y a une brouette de pauvres types (ou de pauvres choses) à copieusement dessouder' on peut dire ce qu'on veut, mais côté Hack and Slash, Sacred 2 assume son propos.
Là où le jeu se distingue, c'est dans son design global, presque « old school » très acidulé. Ça ressemble à un bonbon Kréma dur saturé de colorant, et presque aussi bon, si tant est qu'on se retienne de lécher son écran. Et puis, les pin-ups qui sont jouables à l'écran, c'est du vrai régal' Elles sont kitchs au possible, et leur goût vestimentaire traduit plus un fantasme de développeur de jeu (pour ne pas dire d'informaticien) qui n'a d'égal que le kitch de l'ensemble' C'est presque d'aussi bon goût qu'une pin-up de Boris Valejo' Oui, c'est pas très gentil de ma part, mais bon' Ça fonctionne et c'est tout ce que l'on demande ! Ajoutez à cela un moteur assez sain pour que le jeu puisse tourner sur une petite configuration, et on se dit qu'on a là un bon petit jeu pour toutes et tous. Mais les choses ne sont pas si chouettes.

Certes, ma « mécanique » fonctionne bien plutôt bien, mais le jeu souffre d'une brochette de pains et de bugs qui nuisent à l'ensemble. Ho ! ce ne sont que des petits trucs, mais bon, à force de s'accumuler, ça devient vite pénible. Ici, on ne peut pas ramasser certains objets, là on a un problème de collision avec des personnages, ou encore, ici, le canasson bloque la sortie' Mais sur ces pétouilles se greffent d'autres soucis qui appartiennent plus au jeu. L'interface est lourde' Ça manque de fluidité tout ça, et pour un Hack and Slash, ça fait désordre, et puis, gros reproche : il n'y a pas assez de raccourcis clavier' De plus, on ne peut pas chercher à améliorer tant les équipements que le niveau du type qui nous accompagne, c'est ballot' reste certains points de règles très obscures notamment au niveau de la gestion des talents et de la magie. Dommage, dommage' Tout cela nuit à la fluidité du jeu. Pour le reste, on ne s'enferme pas trop vite dans la routine du cassage de monstre' On regrette juste que la difficulté ne grimpe pas assez rapidement, histoire d'être confronté plus rapidement à des créatures extraordinaires' Disons, que c'est bien fait pour les 10 premiers niveaux, mais après on aimerait que ça se corse un peu plus vite' Mais bon' on s'amuse tout de même, c'est le principal.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Sacred 2 (PC)

Plateformes : PC

Editeur : Deep Silver

Développeur : Ascaron

PEGI : 16+

Prix : 50€

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0