La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Mercredi 1 octobre 2014 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor (PC, PS4, Xbox One)

Assassin's Orc

imageAprès quelques épisodes qui ne resteront pas forcément dans les annales des Terres du Milieu mais qui avaient au moins le mérite de donner vie à l’univers de Tolkien, Monolith Productions sort un jeu de plus grande envergure, et avec beaucoup d’ambition. La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor a surtout cela d’original et de passionnant qu’il s’agit d’une toute nouvelle histoire, inventée pour l’occasion. Nous voilà donc loin des sentiers parcourus maintes et maintes fois grâce à la quête de l’anneau ou grâce à l’émancipation de Bilbon, avec ou sans n.

La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor vous raconter l’histoire de Talion. Un rôdeur dont toute la famille a été massacrée, le laissant lui-même dans un état de trépassé temporaire. Temporaire parce qu’il est alors rendu à la vie et lié à un esprit matérialisé sous la forme de spectre, dont vous découvrirez assez rapidement, et avec surprise, l’identité. Alors que Sauron est sur le point de faire son grand retour, notre héros va tout faire pour lui mettre des bâtons dans les trous. D’orbite, les trous, bien entendu. Et sa vengeance va être terrible.

Il convient déjà de commencer par situer l’action, les lieux, les personnages, dans l’univers de Tolkien. L’histoire prend place à une époque qui coïncide grosso modo au début de la quête de l’Anneau. Une époque bien connue des joueurs, mais qui a été suffisamment détaillée par Tolkien pour poser quelques petits problèmes de carcans créatifs aux développeurs. Du coup, les puristes crieront à l’hérésie : il a en effet fallu s’autoriser quelques libertés pour proposer une histoire originale et inédite. Au hasard, on citera le fait que notre héros soit gardien de la Porte Noire, normalement abandonnée depuis plus de 10 siècles, ou qu’il voyage dans l’Udun, un pays normalement dévasté qui, s’il est bel et bien infesté d’orcs, est un peu plus verdoyant que prévu…
Tout un tas de petites entorses à ce que l’on sait de la Terre du Milieu pourront donc être repérées par les fans les plus acharnés.

screenscreenscreen

screenPersonnellement, même en étant plutôt fan de l’univers de Tolkien, j’ai toujours privilégié le plaisir au respect total, et ai toujours pensé qu’un univers était fait pour être utilisé, trituré, modifié, adapté. En d’autres termes, toujours se reporter à cette citation de Charles Baudelaire : « Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse ».
Libre à Monolith Productions, donc, d’adapter librement la Terre du Milieu et la modeler selon leurs besoins. L’important est que le jeu soit plaisant. D’autant plus qu’il respecte totalement l’ambiance que Tolkien a su insuffler dans ses ouvrages. Des tournures de phrases aux situations, en passant par les personnages et les créatures, on nage en plein univers connu et les fans ne seront pas dépaysés.

screenLa Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor se présente comme un monde ouvert. Vous allez donc naviguer à vue, de mission en mission, de quêtes principales en quêtes annexes. Dans son fonctionnement, le jeu a beaucoup emprunté à Assassin’s Creed. Il se déroule en effet de la même manière, à base de missions mélangeant enquêtes et assassinats. On peut aussi grimper sur les murs, courir sur les toits, sauter, assassiner discrètement… et on a même une vue "spectrale" qui permet de repérer les ennemis. Bref, on est en territoire connu. Si Monolith n’a clairement pas l’expérience d’Ubisoft en la manière, le jeu s’en sort toutefois assez bien et est, de facto, très facile à prendre en mains et assez intuitif. Bien entendu, on notera quelques bugs de collisions ou quelques courses freinées inexplicablement par un obstacle ridicule. Mais dans l’ensemble, il y a une vraie souplesse de jeu et de jouabilité.

screenscreenscreen

screenCette jouabilité bien pensée se retrouve également dans le système de combat. Les orcs vous attaquent à plusieurs, parfois par derrière, souvent de tous les côtés… de quoi se faire souvent tuer au début, avant d’acquérir de l’expérience et développer vos compétences, alliées à plusieurs runes à placer sur vos armes et qui vous apporteront des bonus non négligeable vous permettant de vous frotter à plus d’un adversaire à la fois. Les combos s’enchaîneront alors dans un ballet mortel et vous offriront de somptueuses décapitations d’orcs. Exigeant et pas toujours évident en raison de l’absence d’un système de verrouillage sur les ennemis, le combat deviendra toutefois vite une vraie source de plaisir sauvage et une chorégraphie que vous arriverez à maîtriser sans trop de souci.

screenLes débuts du jeu risquent d’ailleurs d’être assez calamiteux : vous allez mourir. Plus d’une fois. Vous faire écharper, étriper, éventrer, démembrer et j’en passe. Qu’importe. En tant que mort-vivant, vous êtes immortel. Vous allez donc réapparaître un peu plus loin, avec tout votre équipement, et repartir au combat. Sauf qu’il va falloir repenser, alors, votre approche de la zone… En effet, les ennemis ne sont pas de simples IA bêtes et méchantes. Enfin si, puisque l’IA des ennemis est un vrai point faible du jeu, mais ils ont de la mémoire. Ainsi, si vous repartez au combat vers le groupe qui vient de vous trucider, vous risquez d’entendre des commentaires désobligeants sur votre précédent échec, voire même les entendre commenter vos piètres exploits. Pire : le capitaine ou chef de guerre responsable de votre mort peut être promu et donc devenir… encore plus balaise à tuer.
Assez bien fichu, ce système permet d’éliminer les ennemis les plus puissants qui seront, parfois, remplacés par d’autres un peu moins forts, un peu moins brutasses, un peu plus influençables… l’un de vos pouvoirs sera notamment de corrompre ces capitaines et leur faire rejoindre vos rangs. Tout aussi sympathique ce système soit-il (baptisé Nemesis System soit dit en passant), et tout aussi amusant ce soit de chercher à se venger coûte que coûte d’un chef ennemi qui vous a trucidé deux ou trois fois, il a quand même ses limites. Répétitif, il a également une trop faible influence sur le jeu et son scénario. Et est surtout doté d’une difficulté parfois aberrante : faire sortir un chef de sa tanière nécessitera parfois de prendre un de ses sbires en otage et le laisser brailler pendant d’interminables secondes, quitte à rameuter tous les ennemis alentours. Idem pour corrompre le capitaine orc, chose impossible à faire sans le combattre et le blesser au préalable… La difficulté du jeu est d’ailleurs, globalement, mal pensée. Certaines missions sont d’une facilité déconcertante, d’autres d’une difficulté aberrante, voire agaçante. Notez enfin que le jeu est globalement, assez répétitif dans sa construction et dans l’enchaînement de ses missions.

screenscreenscreen

screenGraphiquement parlant, le jeu oscille entre le bon et le moins bon. Globalement superbe, grâce à des décors réussis et des animations de personnages très bien fichus, il pèche par un level design simpliste et paresseux et par une certaine répétitivité.

Pour conclure, La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor est un très bon jeu. Certes, il souffre encore de quelques défauts de jeunesse. Une IA clairement défaillante, des missions répétitives, une difficulté mal dosée, un Nemesis System sous-exploité, quelques bugs, et un scénario qui manque finalement de profondeur. Il regorge de bonnes idées, mais semble simplement les effleurer sans aller au bout, ce qui amène une certaine frustration au final. Mais dans son ensemble, il s’en sort avec les honneurs et pose avec élégance et réussite les bases d’une nouvelle série prometteuse. Une bonne ambiance, une durée de vie conséquente, une jouabilité plutôt intuitive, des graphismes réussis et une mise en scène captivante vous plongeront avec délectation dans l’univers de Tolkien, et surtout dans une histoire totalement inédite. Bref, ce jeu a d’excellents atouts qui nous poussent à vous le conseiller si vous êtes fan du genre.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Warner Bros Games

Développeur : Monolith Productions

PEGI : 18+

Prix : 70 €

Aller sur le site officiel

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 7/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor (PC, PS4, Xbox One) :

0