Fallout 3 (PS3/Xbox 360)

 

Publié le Mardi 4 novembre 2008 à 12:53:16 par Cedric Gasperini

 

Test : Fallout 3 (PS3/Xbox 360)

Après moi, le chaos...

Autant assumer son grand âge, ses rhumatismes, sa vue qui baisse et son bide qui grossit. J'ai passé des heures et des heures sur les premiers jeux Fallout. Et entre nous, il me semble s'être écoulé des dizaines d'années depuis' Pourtant, le premier est sorti en 1997. 11 ans, seulement. Mais 11 ans quand même. Il s'en est passé, des choses, depuis' Vous faisiez quoi, vous, il y a 11 ans, d'ailleurs ' Enfin' Fallout 3 débarque enfin et, étant fan de la saga, je l'attendais avec une impatience non feinte. Reste à savoir si, comme souvent, cette impatience est mal récompensée'

Tout d'abord, le jeu s'ouvre d'une manière que j'adore. Noir. Puis la lumière. Flou sur un homme' vous venez d'être mis au monde. Le médecin qui vous accouche regarde alors si vous êtes une fille ou un garçon. Et là, c'est à vous de choisir. Ensuite, il demande à la maman si on a une idée du nom. Et c'est encore à vous de le choisir. Puis il se propose, grâce à la technologie moderne, de nous montrer à quoi on ressemblera quand on sera adulte' et au joueur de définir le physique de son personnage' tout en sachant que ce physique déterminera celui de votre père (si vous êtes noir, par exemple, votre père dans le jeu le sera aussi, mais il y aura également des traits ressemblants).
Noir. Lumière. Vous avez un an. Vous commencez à marcher et sortez de votre parc. Par terre, un livre d'enfants. Il vous montre la force, l'intelligence, la résistance et d'autres caractéristiques' Vous allez devoir y mettre les points que vous désirez' Il y aura ensuite vos dix ans, puis vos seize ans, qui tous deux permettront de développer un peu plus votre personnalité et choisir vos compétences. Bref, une intro forte, originale, et rondement menée.

Le jeu ne débute réellement qu'à vos 19 ans (si mes souvenirs sont bons). Vous êtes donc un habitant du Vault 101. Pour faire court, les vault sont des abris antiatomiques autonomes qui abritent une petite population qui a survécu à l'holocauste. Personne n'est jamais sorti du Vault 101. Du moins c'est ce que vous croyez. Et vos croyances vont être ébranlées rapidement : le dirigeant du Vault devient fou' il fait exécuter tout un tas d'habitants' et vous êtes sur la liste. Vous apprenez que votre père a foutu le camp et est sorti du Vault. Vous allez donc tenter d'échapper aux soldats et vous lancer sur les traces de papounet.
Dehors, le chaos. Le monde n'est que ruine. Quelques humains survivent. Certains amis. D'autres hostiles. Il y a également des insectes géants, des difformités, des goules, des monstres hideux, d'autres géants' Vous allez parcourir ces lieux, ces paysages dévastés, ces villages en ruine, ces villes effondrées, ces couloirs de métros puants et pleins de gravats, ces montagnes désertiques' Tout au long du jeu, vous rencontrerez des personnages qui vous proposerons des missions. Certaines secondaires, d'autres primordiales pour retrouver papounet. Il faudra se battre. Il faudra récupérer des objets, des armes, en vendre certaines, en garder d'autres, récupérer de l'argent, s'acheter des médocs, gérer le poids que l'on porte' Un véritable jeu de rôle, avec à la clef des points d'expérience à gagner et des stats à faire progresser (tir armes légères, lourdes ou énergétiques, médecine, furtivité, science, vol, pour ne citer que celles-ci).

Le jeu se joue soit en vue extérieure, de dos, soit en FPS, en vue subjective. Et les combats se font de deux manières différentes : soit en temps réel, soit en une sorte de tour par tour, les deux étant intimement imbriquées. En fait, en plein combat, on appuie sur une touche. Le jeu s'arrête et nous dévoile l'ennemi et les parties du corps que l'on peut shooter, avec des pourcentages de réussite pour chaque partie du corps. On sélectionne les différents tirs à faire, selon le nombre limité de points d'actions que l'on a, et on lance une cinématique qui nous montre si oui ou non les tirs ont porté. Dès la fin de la cinématique, le jeu en temps réel reprend. Ça peut paraître un peu bizarre dit comme ça, mais en fait, c'est plutôt une bonne idée. Ce mode est un poil plus précis, et finalement permet d'enquiller les shoots face à des ennemis uniques qui vous chargent (genre goules) sans se prendre la tête. Globalement, j'ai plutôt aimé ce Fallout. C'est loin d'être une déception. Ce n'est pourtant pas une grosse tuerie.
Graphiquement, déjà. On oscille entre le bon et le pitoyable. Le bon, c'est le graphisme général. Les décors. La tronche des personnages. L'ambiance. Bon, c'est certain qu'après avoir tâté du Gears of War 2, on se dit que Fallout n'est pas si beau que ça. Mais quand même, c'est franchement joli. Un peu aliasé parfois, mais globalement, on prend plaisir à déambuler dans ces ruines, ces paysages dévastés, le tout avec un paquet de détails et d'objets en tout genre. On a une vraie sensation d'écrasement face à ces gigantesques décors. Le pitoyable, par contre, vient de l'animation des personnages. Nulle. Tendus comme s'ils avaient des manches à balais dans le fondement. Alors ce n'est pas forcément handicapant pour le jeu, mais c'est quand même dommage.

Bien entendu, on peut faire le rapprochement entre Fallout 3 et Oblivion' même développeur' même moteur graphique (amélioré toutefois)' et même structure. Les couloirs de métro ayant remplacé les donjons. Mais en plus déstructuré. Pas de villes entourées de forêts ou campagnes, le tout bien délimité. Ici, les ruines succèdent aux ruines. A tel point que parfois, un sentiment de solitude et de désespoir vous envahit. Fallout 3 est quoi qu'il en soit un excellent jeu. Doté d'une durée de vie monstrueuse. On pourra lui reprocher encore quelques petites choses, comme une gestion des armes et objets calamiteuse, le tout se faisant à l'aide du Pip-Boy 3000, sorte de bracelet qui vous renseigne sur votre état, vous dévoile la carte du monde et j'en passe. Mais c'est plutôt mal foutu et mal géré.
Mais sinon, offrant une liberté énorme, une multitude d'endroits, de l'action, de la gestion, un scénario assez bien foutu, des possibilités énormes, Fallout 3 est vraiment agréable. Disons qu'avec Dead Space, Fable II, Guitar Hero World on Tour et Gears of War 2, il fait parte de mon top 5 de cette fin d'année' En attendant de découvrir d'autres jeux qui viendront chambouler ce classement'

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Fallout 3 (PS3/Xbox 360)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3

Editeur : UbiSoft

Développeur : Bethesda Softworks

PEGI : 18+

Prix : 60€

Aller sur le site officiel

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0