Pokémon Soleil et Pokémon Lune (Nintendo 3DS)

 

Publié le Lundi 28 novembre 2016 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Pokémon Soleil et Pokémon Lune (Nintendo 3DS)

Jeu de boules

imageMême si le succès de la série ne s’est jamais démenti, Pokémon a connu un vif regain d’intérêt avec la déferlante Pokémon Go survenue cet été. Le nouvel épisode de jeux vidéo sur consoles 3DS débarque donc à point nommé pour profiter de cette notoriété renforcée.

Fondamentalement, les habitués de la série ne vont vraiment pas être dépaysés. Et une nouvelle fois, les scénaristes semblent être aux abonnés absents, se contentant de recycler ce que l’on connait déjà en termes d’histoire dans la saga Pokémon. Vous jouez donc un nouvel élève. Ou une nouvelle élève, selon votre choix. Originaire de la région de Kanto (où se déroulait les jeux Pokémon Bleu et Rouge), notre nouveau héros débarque sur l’île de Mele-Mele où, bien évidemment, vous allez rencontrer un nouveau professeur, appelé Chen, qui va vous initier à la chasse aux Pokémon.
Une nouvelle fois, donc, on va choisir un premier compagnon, à décider parmi trois Pokémon. Trois nouvelles bestioles, chacune avec ses particularités. Brindibou est un Pokémon de type Plante et Vol, mélange d’oiseau et de chou. Flamiou est de type feu, qui évoluera en type Feu et Ténèbres. Enfin, Otaquin est de type eau et évoluera en type Eau et Fée.
Honnêtement, peu importe votre choix : vous vous adapterez à l’un ou l’autre et chacun a ses avantages et ses inconvénients, ses forces et ses faiblesses.


screenVous allez donc parcourir les nouveaux lieux, inspirés cette fois-ci de l’archipel d’Hawaï.
Les décors sont plutôt jolis, et l’ambiance est particulièrement réussie, tant au niveau visuel qu’au niveau sonore. Et le jeu, donc, vous entraîne à nouveau dans une grande chasse et une collectionnite aigue de Pokémon. Même si l’on sent que la 3DS commence à être un problème en termes de technologie pour les jeux Pokémon qui ne demandent qu’à grandir, se développer, exploser…

On combat donc les Pokémon que l’on croise, avec toujours cette volonté de faire gagner de l’expérience à ses propres combattants, et la possibilité de capturer les adversaires intéressants ou qui manquent à notre liste… A la fin de chaque combat, on peut même soigner ses troupes en leur donnant des Pokéfèves mais aussi en leur montrant de l’affection. Un petit câlin et leurs jauges de bien-être augmenteront, leur conférant éventuellement des bonus pour les prochains combats. Une idée très intéressante si lesdits combats n’étaient pas aussi nombreux et s’il ne fallait donc pas s’en occuper régulièrement – trop régulièrement – pour leur permettre d’être au top de leurs capacités.

screenLes combats, quant à eux, sont toujours aussi bien pensés et addictifs. Avec les différents types qui s’affrontent, se dominent les uns les autres, selon l’éternel système de « eau bat le feu, feu bat plante, etc..). On notera également l’arrivée d’une capacité Z, liée à un cristal, qui permet une fois par combat de lancer une attaque spéciale.

Il y a eu surtout une volonté de remettre à plat, apparemment, le jeu. Et de revenir à certaines bases. Si on regrettera la linéarité de la trame et de la progression, le joueur étant très largement guidé, faisant alors le deuil d’une certaine liberté d’exploration et de mouvement, on ne pourra que se féliciter du retour à un jeu simple, sans accès direct ou trop rapide à des créatures trop fortes. Les mégaévolutions ont d’ailleurs disparu, à une ou deux apparitions près.

screenscreenscreen

screenMême s’il s’inscrit dans une stricte continuité de la saga, ce nouveau jeu Pokémon embarque son petit lot de nouveautés. Au rang desquelles, par exemple, la disparition des CS (capsules secrètes) nécessaires pour, par exemple, affubler un de ses Pokémon d’une capacité spéciale de type couper pour passer à travers des buissons qui bloquent le passage. Désormais, traverser un cours d’eau ou un obstacle se fait automatiquement, en appelant directement un Pokémon adéquat. C’est plus fluide, plus rapide et cela privilégie le rythme… même si côté « level design », on se retrouve encore face à des aberrations de type « route bloquée » ou la nécessité d’allers-retours pour passer à un endroit qui était inaccessible au préalable.

Autre changement qui n’en est pas forcément un : les arènes ont disparu et sont désormais remplacées par des « épreuves ». L’un dans l’autre, c’est un brin la même chose. On va donc aller d’endroit en endroit, de ville en région, de forêt en souterrains, pour remplir quelques petites missions, affronter des « capitaines » et non plus des champions, et bien entendu, capturer un max de Pokémon et les faire évoluer au fil de l’expérience glanée.

De nouveaux Pokémon sont également disponibles. Pas de nouvelles évolutions de Pokémon déjà existants, mais des variations. Comme le Goupix qui devient de type glace et change de look lorsqu’on le croise dans les montagnes. Si ces variantes ne concernent qu’une poignée de créatures, elles sont toutefois bien pensées et offrent un vrai coup de fraîcheur au jeu dont les nouveaux Pokémon ne sont pas forcément légion, et pour certains, sont loin de faire l’unanimité.

screenOn passera enfin sur les Ultra-Chimères, assez inutile au final, car peu intéressante et au look très discutable, ou sur la place Festival qui permet aux joueurs qui se sont déjà rencontrés en ligne ou en local de se promener. Le joueur pourra y modifier les boutiques, voire accéder à quelques mini-jeux. Vous pourrez aussi, si vous n’avez pas peur des ralentissements et des animations souffreteuses, jouer en 2vs2…

En conclusion, Pokémon Soleil et Pokémon Lune, même s’ils veulent s’inscrire dans un certain renouveau, ou nouveau souffle pour la série, sont une parfaite continuité et une réorganisation de ce que l’on connait déjà. Rien de bien tranchant, donc.
Malgré tout, la mécanique reste parfaitement huilée. Et si techniquement parlant, la 3DS est à la traîne, l’ambiance, les nouveaux Pokémon, le rythme, les décors, et toujours cette façon qu’a le jeu de vous happer et vous donner envie d’en savoir plus, ou plutôt d’en avoir plus, font de ces nouveaux jeux Pokémon une réussite. Encore. Et toujours.

Que demander de plus ?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Pokémon Soleil et Pokémon Lune (Nintendo 3DS)

Plateformes : 3DS

Editeur : Nintendo

Développeur : Game Freak

PEGI : 7+

Prix : 40 €

Aller sur le site officiel

Pokémon Soleil et Pokémon Lune (Nintendo 3DS)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Pokémon Soleil et Pokémon Lune (Nintendo 3DS) :

Derniers Commentaires

- L'Edito du Dimanche par clayman00

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Cedric Gasperini

- L'Edito du Dimanche par Citan

- L'Edito du Dimanche par jymmyelloco

- L'Edito du Dimanche par Citan

- A quoi jouez-vous ce weekend ? par clayman00

0