Forza Motorsport 3 (Xbox 360)

 

Publié le Jeudi 8 octobre 2009 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Forza Motorsport 3 (Xbox 360)

Ecrasez la pédale

imageTout le monde n’a pas la chance de rouler en Lamborghini. Ou même en Porsche. Ou même en R5, si l’on veut passer par-là. Tout le monde n’a pas la chance de rouler tout court. Entre ceux qui n’ont pas l’âge de passer le permis et qui ne font rien qu’à vomir dès qu’ils rentrent dans une voiture, et ceux qui ont eu la malchance de faire coucou d’un peu trop près, et surtout à grande vitesse, à un radar… Et puis bon… Tout le monde aime les belles voitures. Et le jeu vidéo, bien lui en prend, vous permet de vous mettre au volant de voitures de rêves que vous ne piloterez jamais de toute votre vie, même si Mémé vous a offert une Smartbox conduite de grosse cylindrée.

Forza Motorsport 3 débarque donc sur Xbox 360 exclusivement, pour le plus grand bonheur des fans de courses. Et des possesseurs de Xbox 360 aussi. A l’époque de sa sortie, il y a un peu plus de deux ans, Forza Motorsport 2 s’était imposé comme une référence des jeux de voitures, offrant un graphisme étonnant et un nombre de voitures conséquent. Reste à savoir si aujourd’hui ce Forza 3 continue sur sa lancée et enfonce toutes les barrières pour devenir, à son tour, un jeu incontournable.

Et disons que question contenu, Forza 3 met le paquet. Plus de 420 voitures de 53 constructeurs différents… voilà de quoi largement se faire plaisir.
On retrouve ainsi de l’Alfa Romeo, de l’Aston Martin, de l’Audi, Bentley, BMW, Bugatti, Cadillac, Chevrolet, Citroën, Dodge, Ferrari, Ford, Honda, Lamborghini, Maserati, Lotus, Mercedes, Nissan, Peugeot, Porsche, Renault, Saleen, Seat, Subaru, Volkswagen, et j’en passe et j’en oublie. Des voitures récentes comme la Seat Ibiza Cupra (2009), ou la Renault Twingo Sport Cup (2009), mais aussi de vieilles voitures comme la Porsche 914/6 (1970) ou la Shelby Mustang GT-500KR (1968). Des petites cylindrées comme la Citroën C4 ou la Peugeot 206 RC, comme de grosses bagnoles comme la Peugeot 908, la Ferrari FXX ou la Lamborghini Reventon.
Bref, vous en aurez pour tous les goûts, pour toutes les envies, pour toutes les conduites et venant de tous les continents.

screenNotez que le jeu se divise en deux disques. Le second disque, qui contient certaines voitures et certains circuits, peut heureusement s’installer sur le disque dur. L’option vous sera d’ailleurs proposée dès le lancement du jeu. Après, libre à vous d’installer ou non le premier DVD, lui aussi sur votre disque dur. Pour autant que vous ayez suffisamment de place disponible dessus.

Puis ensuite, vient l’occasion de prendre le volant. A vous de voir ce que vous désirez faire. Le mode de jeu libre vous proposera de mettre la main sur n’importe quelle voiture, selon différents modes de jeu : course libre, contre-la-montre…). Mais le plus sympathique est, bien entendu, le mode carrière. Vous commencez avec une voiture de base, type Citroën C4, et vous devez engranger les victoires pour gagner des crédits. De là, vous pourrez modifier vos voitures en achetant des pièces et, bien entendu, acheter de nouveaux bolides. Certains vous seront d’ailleurs offerts par les constructeurs au fur et à mesure de vos bons résultats. Le mode carrière vous permet, selon un calendrier, de choisir différentes courses chaque semaine, courses qui parfois ont certaines contraintes (types de véhicules, traction avant…etc.), et chacune rapportant un certain nombre de crédits. Seule épreuve imposée : les championnats du monde. Des courses plus longues, plus difficiles, et qu’il vous faudra absolument gagner pour espérer devenir ze pilote of ze pilotes.

screenCôté circuits, Forza 3 pèche un peu par son manque d’ambition. Je parle au niveau du nombre. On se retrouve grosso modo avec une vingtaine de pistes. Le Mans, Nürburgring, Silverstone, et j’en passe. De vrais circuits. Alors bon. 20 circuits, c’est faiblard. Mais ils ont été intelligemment utilisés dans le jeu : en effet, vous n’en ferez souvent que de petites portions, ce qui permet de ne pas avoir l’impression de faire toujours la même chose. Ajoutez les « reverse » ou tracés légèrement modifiés et finalement, ça passe. D’autant plus qu’ils ont été très fidèlement reproduits. La moindre bosse, et limite la moindre fêlure ou petit caillou du bitume est là, dans le jeu.

Que peut-on dire de plus ? Les véhicules sont fidèlement modélisés également. Ils sont absolument sublimes. Et d’un réalisme étonnant, que ce soit dans leur aspect, mais aussi dans la conduite. On ne conduit pas une Ferrari comme on conduit une Nissan. Et la tenue de route, l’impression de vitesse, ou l’accélération y sont totalement différentes. Il vous faudra donc sans cesse réadapter votre conduite en fonction du modèle piloté, pour ne pas finir dans les pneus qui bordent la route.
En parlant de pneus qui bordent la route, on parlera bien entendu du « rewind ». En appuyant sur le bouton Select, si vous ratez une trajectoire ou êtes victime d’un accident, vous reviendrez quelques secondes en arrière et pourrez reprendre avant votre raté. Alors d’un côté, c’est vrai, cela rend les courses plus faciles. Mais d’un autre côté, cela évite de balancer la manette quand on vient de passer 8 tours à galérer comme un malade pour se planter au dernier virage et devoir tout recommencer…

screenDonc voilà. Forza 3, c’est tout ça. Un nombre impressionnant de voitures. Sublimes et parfaitement modélisées. De très nombreuses possibilités de tuning : pneus, pièces à changer pour augmenter la puissance, couleur, vinyles, jantes,… Des adversaires qui aiment vous faire des queues de poisson ou vous taper par l’arrière pour vous envoyer dans les choux (mais globalement, l’IA n’est pas non plus une « tueuse » et peut être facilement matée). Un graphisme superbe. Une belle impression de vitesse. Différentes vues (extérieur, cockpit, subjective…). Un menu de navigation ultra clair. Des informations précises, données d’ailleurs à voix haute. Et le tout bercé par une excellente gestion des dégâts sur les véhicules. Alors bien entendu, il y a quelques défauts (IA faiblarde, jeu assez facile, aides importantes que l’on peut, heureusement, désactiver, petit clipping sur certains circuits). Mais rien qui ne puisse entacher ne serait-ce qu’un peu notre plaisir.

Ajoutez un mode multijoueurs qui vous permettra de jouer sur un même écran (en splitté, mais mieux vaut avoir un grand écran) ou sur le Live, et vous aurez très certainement ce qui se fait de mieux en matière de simulation de courses.

Forza 3 est beau, super agréable à jouer, doté d’un mode carrière très réussi, avec plein de bagnoles de rêve… bref il s’impose sans souci comme LE jeu de courses à avoir absolument cette année, reléguant la concurrence à deux tours derrière. Une petite tuerie.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Forza Motorsport 3 (Xbox 360)

Plateformes : Xbox 360

Editeur : Microsoft

Développeur : Turn 10

PEGI : 3+

Prix : 70 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 9/10

 

 

Images du jeu Forza Motorsport 3 (Xbox 360) :

0