Anthem (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Jeudi 28 février 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

(TEST) Anthem (PC, PS4, Xbox One)

La Crise Anthem

imageDe Bioware, on connait sa capacité à nous offrir le meilleur (Dragon Age Origins, Mass Effect 1&2, Dragon Age Inquisition, voire même MDK 2 pour remonter plus loin) comme le risque de se retrouver avec de vrais jeux de merde (Dragon Age 2, Mass Effect Andromeda…).
Autant dire qu’on ne savait pas trop sur quel pied danser avec sa nouvelle licence, Anthem. D’autant plus que les vidéos que nous en avions vues nous avaient donné une certaine impression de « beau, grisant, mais chiant et vide ».

Pas rassuré non plus sur le fait – même si EA est coutumier du fait sur certains titres – d’avoir reçu le jeu après sa sortie…

Finalement, donc, nous l’avons eu entre les mains. Et avons pu découvrir ce nouvel univers. Alors, Bioware, vers un renouveau intéressant ou risque d’un gros ratage ?

Anthem se déroule dans un univers fictif. Les humains vivent dans une région créée par les Dieux grâce à une relique ultra-puissante, l’Hymne de la Création. Jusqu’au jour où une faction, le Dominion, décide de mettre la main sur cette relique pour asservir le monde et le façonner à son image. Entre guerres et cataclysmes, des créatures démoniaques apparaissent tandis que la météo se retrouve chamboulée à tout jamais… pire, si l’affrontement n’est pas perdu, les freelancers, guerriers dont vous faites partie, échouent à repousser totalement  face à ces forces hostiles. C’est un coup dur pour votre aura et votre réputation. Résultat, les derniers humains se retranchent à Fort Tarsis, sorte de forteresse où sont concentrés les derniers espoirs de survie…
Deux ans plus tard, rebelote : le monde doit faire face à une nouvelle menace. Et vous allez repartir au combat…


screenNe cherchez pas trop la petite bête niveau scénar : c’est bateau et convenu. Du début à la fin du jeu. En soi, ce n’est pas forcément un souci… sauf qu’on connait les capacités qu’a Bioware à raconter les histoires… et pour le coup, on est forcément déçu par ce manque d’imagination, de rebondissements, de profondeur et d’envergure. Anthem fait, à ce niveau-là, un brin « coquille vide ». Si on sent, en filigrane, que cet univers a une certaine richesse, avouons que quêtes, dialogues, personnages et ambiance générale sont très surfaits et survolés. C’est d’autant plus dommage qu’il y avait vraiment de quoi faire quelque chose de grandiose, de puissant à ce niveau-là. On est loin de la magnificence, au niveau écriture, d’un Mass Effect 2, par exemple.

Fort Tarsis va vous servir de base. De Hub dans lequel vous allez choisir vos missions, acheter des améliorations et des modifications (cosmétiques par exemple) pour votre Javelin. Le Javelin, c’est une sorte d’exosquelette de combat qui sera votre meilleur (seul ?) allié dans le jeu.
On pourra reprocher, par contre, les dialogues creux, inintéressants et bien trop longs avec les personnages de Fort Tarsis, qui viennent plomber le rythme de l’aventure.

screenEt ce n’est pas la seule chose : les temps de chargement des missions, longuets, et très nombreux, mais aussi la diversité des objectifs ne jouent pas en sa faveur. Le jeu est vraiment répétitif, chaque mission vous demandant d’aller jusqu’à un point précis, de récupérer un truc, affronter des ennemis, voire repousser des vagues d’assaillants, ce deux ou trois fois dans chaque mission, avant de revenir au Fort. Youpi. D’autant plus que le jeu est, à la base, prévu pour de la coop à 4 mais que vous pouvez tout à fait y jouer seul dans votre coin, vaquer à vos préoccupations sans aucun contact ou stratégie avec le reste de votre groupe. La difficulté étant assez faible, les risques d’échecs sont minimes. Bon, d’accord, parfois vous aurez un message à base de « vous avez 30 secondes pour vous rapprocher de vos coéquipiers »… suivi d’un temps de chargement, même si vous réussissez à recoller au contact. Mais globalement, ce groupe n’a d’équipe que le nom.

screenscreenscreen

Les objets récupérés en mission, le fameux loot, est également d’une pauvreté alarmante. Et d’un intérêt proche du néant. Quant à votre progression, linéaire, elle se fera avec l’expérience gagnée en fonction des objectifs remplis (et pas du nombre d’ennemis tués). Enfin, le contenu « End Game » n’apporte pas grand-chose et reste également très répétitif.

screenBon. Dit comme ça, Anthem est une grosse déception. C’est un peu vrai. Mais il est porteur d’espoirs. Déjà parce que le gameplay est nerveux, assez grisant, bien fichu et bien rythmé. Parce que la jouabilité est bien maîtrisée. Et que niveau monde, décors, ambiance, il y a vraiment un petit truc qui nous pousse à y revenir. Peut-être pas à aller au bout des 20 heures de jeu, certes, mais quand même. Y’a un truc. La base est là. C’est beau (même si en 30 fps) même si on a quelques ralentissements récurrents.

Au final, on sent que les développeurs auraient gagné à s’offrir six mois de développement supplémentaire pour bosser le contenu, les problèmes de chargements multiples, et autres soucis de répétitivité, voire de loot. Ils auraient, en fait, peut-être dû mieux regarder Destiny et The Division, les premiers jeux, et voir ce qui fonctionnait et ne fonctionnait pas. Et s’en inspirer.
On espère qu’ils le feront, qu’ils reverront leur copie… gratuitement et pas seulement dans les DLC.

Mais ne sera-t-il pas trop tard ?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Anthem (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Electronic Arts

Développeur : BioWare

PEGI : 16+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Anthem (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 5/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Anthem (PC, PS4, Xbox One) :

0