Devil May Cry 5 (PC, PS4, Xbox One)

 

Publié le Lundi 18 mars 2019 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

(TEST) Devil May Cry 5 (PC, PS4, Xbox One)

Demons d'enfer

imageSérie culte venue du pays du soleil levant, Devil May Cry a vécu ses plus beaux moments dans les années 2000. Le reboot, à part, sorti en 2013 et intitulé DmC Devil May Cry, était plutôt sympathique mais avait déçu Les puristes qui espéraient et attendaient une suite directe.

Elle est arrivée. 11 ans après Devil May Cry 4, le 5 sort donc. Et c’est l’un des directeurs historique de la saga (il a travaillé dessus à partir du 2), qui s’en charge : Hideaki Itsuno.

Plusieurs années après les évènements de Devil May Cry 4, on retrouve Dante et son neveu, Nero. Ce dernier a perdu son bras démoniaque et s'en est implémenté une nouvelle prothèse qui porte le nom de Devil Breaker.
La ville de Red Grave se retrouve menacée par une invasion de démons.
Ils sont de retour. Ce qui annonce aussi le retour des héros.

Plutôt joli, avec une direction artistique inspirée, Devil May Cry 5 vous plonge dans une atmosphère gothique, sombre, inquiétante, avec une ambiance empreinte d’une touffeur dérangeante. On est vraiment plongé dans cet univers singulier, et chaque décor vous crie clairement que vous êtes là pour vous battre, et que ça ne va pas être une partie de plaisir…

Et ce sont 3 personnages que vous allez pouvoir incarner. Nero, Dante et V. Juste V. Vous savez, la lettre située entre U et W. Et chacun a ses propres caractéristiques, ses propres coups, ses propres armes et donc un gameplay unique.


screenNero est donc doté d’une prothèse spéciale. Ou plutôt de prothèses spéciales, au pluriel. Equipés d’un grappin bien utile pour choper les ennemis situés à distance et ensuite enchaîner les combos dévastateurs, chaque version de ces Devil Breaker a un bonus, d’attaque ou de défense. Qu’il s’agisse de ralentir le temps, de repousser les ennemis ou de les défoncer, vous aurez à choisir votre version préférée, sachant que vous devrez vous séparer de la précédente pour équiper la suivante. Cette multitude offre une variété de gameplay intéressante pour ce personnage, qui se trouve finalement plus complexe et plus fun que dans Devil May Cry 4.

V est un personnage totalement différent. Faible et fragile, il ne se bat pas lui-même mais fait appel à divers démon. Griffon, une sorte de rapace bleuté, Shadow, une sorte de panthère et Nightmare. Les deux premiers jouent les rôles d’arme à distance et d’arme au corps à corps. Le dernier peut être invoqué une fois la barre d’énergie de V remplie, chose que V peut faire en lisant. Il faut donc gérer les attaques, les lectures, les esquives aussi puisque V peut rapidement se faire tuer. Complexe sur le papier, la jouabilité du personnage s’avère fluide, fun et originale dès que vous arrivez à la maîtriser. Une vraie réussite, avec une approche singulièrement différente de Nero.

screenEnfin, Dante est le combattant ultime. Jouable à partir du dixième niveau, il offre un mélange de puissance et de force assez étonnante. On enchaîne les combos, selon les styles propres au personnage et que les fans connaissent bien. Corps à corps, avec armes ou à mains nues, combat à distance, sauts démentiels, Dante défonce allègrement ses adversaires, enchaînant les armes et les frappes pour des combos improbables.

Tout aussi sympathique les deux premiers personnages soient-ils, Dante aura clairement votre préférence et est le plus fun et le plus agréable à jouer. On retrouve pleinement l’esprit de la saga en lui.

Bref, on va affronter d’innombrables ennemis, via un bestiaire plutôt varié, et enchaîner les combats spectaculaires. Au fil des niveaux passés, vous glanerez des orbes qui permettront d’augmenter les caractéristiques de vos héros, mais aussi récupérer de nouvelles armes, de nouveaux mouvements… une variété qui ne change pas le gameplay en profondeur, mais qui permet de varier les plaisirs.

screenAmbiance réussie, mise en scène grandiose, combats effrénés… Devil May Cry 5 n’est pourtant pas exempt de défauts. Déjà, on ne peut s’empêcher de le comparer à Dark Souls ou Bloodborne dans ses intentions et son fonctionnement. Si on est toujours dans du Devil May Cry, ce mélange d’identité peut déranger.
Ensuite, le jeu tire un peu en longueur sur certains niveaux, répétitifs dans leur construction et leur ambiance. Rapidement, on a l’impression d’arpenter le même genre de lieux, construits de manière similaires. Ça manque de décors différents, de lieux variés et très marqués dans leur design et ambiances. Enfin, la caméra est parfois problématique.

Pour conclure, donc, Devil May Cry 5 est un de ces Beat’em up qui fait le job. C’est fun, ça part dans tous les sens, c’est bien géré, le gameplay est aux petits oignons… bref, les fans du genre seront aux anges. Même si quelques défauts entachent un brin le résultat final.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Devil May Cry 5 (PC, PS4, Xbox One)

Plateformes : PC - Xbox One - PS4

Editeur : Capcom

Développeur : Capcom

PEGI : 18+

Prix : 60 €

Aller sur le site officiel

Devil May Cry 5 (PC, PS4, Xbox One)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Devil May Cry 5 (PC, PS4, Xbox One) :

0