Joker, la critique du film

 

Publié le Mardi 8 octobre 2019 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Joker, la critique du film

Joker réveille le goût

imageGotham City, 1981.

La crise financière touche la ville de plein fouet. Le chômage explose, la criminalité aussi. Une partie, toujours plus grande de la population, plonge dans la misère

Le milliardaire Thomas Wayne se lance dans la course à la mairie.

De son coté, Arthur Fleck, clown de rue se rêvant comédien de stand-up, tente de subvenir à ses besoins et ceux de sa mère malade, tandis qu’ils vivent dans leur petit appartement.

Pour ne rien arranger, Arthur souffre de troubles mentaux depuis son enfance. Il ne peut s'empêcher de rire, surtout dans des situations embarrassantes ou gênantes.

S'il est suivi par une psychologue, il n’arrive pas à remonter la pente et sa vie n'est que tristesse.

Agressé puis perdant son emploi à la suite d'une fausse dénonciation d'un de ses collègue, Arthur va alors déclencher, sans le vouloir, une série d'évènements qui bouleverseront sa vie et Gotham City à jamais.

Arthur et Gotham sombreront dans la folie à jamais.


screenRéalisé par Todd Phillips, Joker écrit une origine story au personnage emblématique du Némésis de Batman.

Et en réalisant un chef d'œuvre au passage.

S'inspirant du célèbre Killing Joke pour la partie origine story du comédien raté, Phillips a la bonne idée de ne pas faire de copier-coller mais de prendre l'essence même du Joker et de la magnifier sur les écrans. Loin de faire un film de super-vilain, Joker est avant tout un film noir avec pour personnage principal un super-vilain.

Mais ce n'est pas tout.

screenLe film est un chef d'œuvre aussi d'un point de vue cinématographique. Influencé par Taxi Driver et la Valse des Pantins, (normal avec Martin Scorsese à la production), Joker regorge de plans magnifiques, filmés en décors réels et avec des acteurs au sommet de leur art. Et pourtant aucun n'arrive à la cheville de Joaquin Phoenix. Il porte le film sur ses épaules squelettiques. Son interprétation est magistrale. Entre tragique et comédie. Il est le Joker. Avec ou sans cicatrice. Avec ou sans maquillage. Avec ou sans costume. Il est le Joker dans toute sa folie, sa cruauté, son envie de confronter le monde et Gotham à leur propre hypocrisie.

Même la musique s'accorde à merveille avec le film. La compositrice Hildur Guðnadóttir a fait un travail incroyable, qui magnifie toute la folie du personnage et donne au film une dimension supplémentaire.

screenscreenscreen

Mais ce n'est pas tout.

screenJoker a la bonne idée de reprendre les thèmes et les questionnements bien actuels, malgré le fait que le film soit situé dans les années 80. Lutte des classes, abandon des services publiques, leçons de morale méprisantes des puissants envers les pauvres, même l'hypocrisie des médias, prompts à humilier les faibles et transformer en saints des êtres abjects. De même que la désignation de "porte-parole" des classes populaires sans que l'on sache trop bien pourquoi.

Mais ce n'est pas tout.

Joker prend le parti de ne jamais montrer Arthur comme quelque de bien, d'en faire un héros. Non. Pour Phillips, c'est un homme dangereux, dérangé. Qui a besoin de soins et de surveillance permanents. Il pose la question : qui est responsable des actes d'un fou ? Le fou lui-même ou la société qui l'a abandonné, isolé et méprisé ?

screenIl questionne même notre rire, à notre façon de voir l'humour. A l'image d'une scène brutale qui finit en éclat de rire à cause de la présence d'un personnage "différent" alors que ce qu'il se passe à l'écran est loin d’être comique…

Warner et DC ont enfin, après des années de galères et d’errements dans leurs productions super-héroïques, trouvé la bonne formule. Phillips a réalisé un film qui laisse tous les autres loin, très loin derrière.

Bref, Joaquin Phoenix et Todd Phillips ont fait un chef-d'œuvre de noirceur et de folie.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Joker, la critique du film

Plateformes :

Editeur : Warner Bros. France

Développeur : Todd Phillips

PEGI : 12+

Prix : Cinema

Joker, la critique du film

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 10/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Joker, la critique du film :

0