Exo One (Xbox One, Xbox Series, PC)

 

Publié le Mercredi 12 janvier 2022 à 12:00:00 par Vincent Cordovado

 

Exo One (Xbox One, Xbox Series, PC)

Vers l'infini et au delà

imageSi les coûts de production élevés font que les jeux créés par les gros développeurs prennent assez peu de risque en terme de créativité, afin de plaire au plus grand nombre et attendre la rentabilité, la scène indépendante propose des expériences rafraîchissantes, parfois risquées et qui prouvent que le jeu vidéo en a encore bien assez sous le coude pour nous surprendre. Certes, il s'agit parfois de jeux dont la courte durée de vie les places plus comme des expériences vidéoludiques que de véritables jeux au sens ludique du terme, mais la claque reçue est telle que ces titres méritent largement qu'on en parle. Et Exo One fait clairement partie de ces jeux-là. Je vous explique pourquoi.

Qui n'a jamais rêvé de pouvoir explorer des mondes inconnus ? Exo One nous en offre la possibilité, tout en restant dans notre canapé.

imageLe jeu repose sur un concept extrêmement simple : nous sommes aux commandes d'un vaisseau sphérique, capable de modifier sa forme pour planer et l'on doit aller de planètes en planètes en cherchant, à chaque fois, à rejoindre le téléporteur géant qu'on voit au loin, grâce au faisseau bleu qu'il dégage.

Les commandes sont tout aussi simples que le concept : une touche pour gagner de la masse et donc de la vitesse dans les pentes, une touche pour planer et une dernière touche pour réaliser un double saut. Et ces commandes, tout aussi simples soient-elles, sont couplées à une physique extrêmement bien travaillée, rendant l'expérience des plus agréables. Notre vaisseau ne pouvant planer que quelques secondes, il va donc falloir alterner entre les phases en boule où l'on gagne de l'énergie et celle où l'on plane. Gagner en vitesse et en altitude demande de bien anticiper le relief de notre environnement. De temps en temps, on tombera sur un portail ou un halo d'énergie pour démultipler notre vitesse. Et il faut reconnaitre qu'il est absolument grisant de parvenir à dépasser le mur du son et de survoler d'immenses étendues sans vie organique mais pleines de charme.


imageExo One fait partie de ces jeux à déguster d'une traite, seul, tard le soir, avec un casque vissé sur les oreilles, pour décupler l'immersion. C'est assez difficile de vous décrire le sentiment qu'il procure. On est à la fois emmerveillé par les lieux visités, grisé par le sentiment de vitesse et de liberté qu'offre le jeu, mais également terrorisé face à l'immensité des environnements parcourues et surtout le sentiment de solitude absolue qui y est associé. Imaginez vous survoler l'océan d'une planète inconnue, de nuit, pendant un orage, alors que des météorites tombent et que vous êtes seuls face à la profondeur de l'océan qui vous fait face. A un autre moment, on survole une géante gazeuse, dont le spectacle visuel est tout aussi beau que les vents violents qui agitent la planète. L'expérience est sublimée par une bande-son tout en finesse qui habille merveilleusement bien l'ensemble.

imagePour autant, Exo One n'est pas parfait. Le jeu souffre de quelques problèmes de caméra. Par moment, elle nous perd et nous sommes obligés de jouer à l'aveugle. Il en est de même pour la physique du titre, qui si elle est franchement bien fichue, déconne à de rares moments. J'ai notamment souvenir de quelques impacts qui m'ont envoyé valdinguer à des kilomètres alors que pourtant, j'étais loin d'être à grande vitesse. Autre petite ombre au tableau, l'histoire contée. Très cryptique, la narration se fait au travers de quelques phrases et d'images qui apparaissent subitement à l'écran. Du coup, il est assez difficile de reconstruire le puzzle de son intrigue. Mais ces problèmes ne sont finalement pas très importants : les problèmes de caméra se règlent avec l'expérience qu'on acquiert au fur et à mesure des runs, avec un meilleur placement de notre vaisseau et le scénario n'est qu'un prétexte. C'est bien le sentiment que procure le jeu qui fait qu'on reste scotché à la manette du début à la fin pendant les deux heures de jeu qu'il faut pour le terminer.

imageHistoire d'apporter quand même un peu de rejouabilité à leur titre, les développeurs ont mis en place un système de chronomètre qui peut vous motiver à finir le jeu le plus vite possible. Clairement, je vous conseille, pour votre premier run de ne pas tenir compte de ça, de vous laisser porter, d'appréhender la physique du jeu et ses subtilités, pour ensuite vous plonger la-dedans, lors de vos runs suivantes. Cette recherche du meilleur temps permet de prolonger la durée de vie du titre qui prend une dizaine d'heure pour être totalement essoré.

Exo One fait donc partie de ces expériences vidéoludiques qu'il faut absolument tester. Doté d'un réel sens artistique qui prend le joueur à coeur, c'est une véritable oeuvre d'art qui propose une expérience bien à part. Oui, il souffre de quelques problèmes de caméra et de physique, mais ce serait franchement dommage de ne pas s'y essayer. Finalement, mon plus grand regret et qu'une telle expérience ne soit pas proposée en réalité virtuelle. Une claque comme on les aime. Je tends l'autre joue.

Si vous voulez toucher les étoiles, en vidéo, c'est par ici que ça se passe :
 

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Exo One (Xbox One, Xbox Series, PC)

Plateformes : PC - Xbox One - Xbox Series

Editeur : Future Friends Games & Exbleative

Développeur : Exbleative

PEGI : 7+

Prix : 15,99 €/Gratuit via Game Pass

Aller sur le site officiel

Exo One (Xbox One, Xbox Series, PC)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0