Lysarian – T1 : L’éveil du Phénix, roman de fantasy autoédité

 

Publié le Mercredi 26 janvier 2022 à 12:00:00 par Julia Bourdin

 

Lysarian - T1 : L'Eveil du Phénix, avis

Tout feu, tout flamme ?

imageDes heroic-fantaisies, y en a de toutes sortes : des bonnes, des mauvaises, des surprenantes… Des pleines cagettes, il y en a. Et il est vrai que de temps en temps il en sort une exceptionnelle, une référence, le livre de l’année. Mais c’est plutôt rare, n’est-ce pas ? Alors, même si je suis une grande fan du genre, lorsque Lysarian est arrivé sur ma pile à lire, je ne savais pas trop quoi en penser… J’avais même une légère appréhension : « Une aventure épique autoéditée ? Soit, pourquoi pas. » Mais l’heure du verdict est arrivée, alors finalement qu’est-ce que ça donne ?

Un continent où violence et misère s'entremêlent. Cinq pays qui se livrent des guerres sans fins. Un royaume au bord de l'effondrement. Des nobles félons et corrompus. Une force mystérieuse qui agit dans l'ombre. C'est dans cet univers chaotique, que Liam se révèle doué de magie, un don extrêmement rare. Malgré tout, le jeune homme mène une vie simple avec sa famille.

Pourtant, lorsque la guerre qui fait rage avec le royaume d'Anrid s'étend, Liam n'a d'autre choix que de faire face à son destin. Dans un monde de mort et de haine, il découvre petit à petit qu'un puissant pouvoir sommeille en lui. Un pouvoir aussi mystérieux que dangereux. Un pouvoir qui lui fera oublier que la frontière entre ténèbres et lumière ne tient qu'à un fil...
Ainsi naît la légende du phénix. Celle du plus puissant mage de l'histoire. L'homme qui détruira le monde de Lysarian.

Comme le résumé le laisse présager, nous sommes donc transportés sur un continent partagé par plusieurs pays qui, comme bien souvent, ne peuvent pas se supporter et se mènent des guerres aussi interminables que sanglantes. Et même à l’intérieur de ces-dits pays certains nobles s’entredéchirent afin d’obtenir quelques onces de pouvoir ou d’or en plus. Bref, rien d’extraordinaire. On a affaire au premier abord à un monde de fantasy tout à fait classique, voire un peu trop.

Heureusement, cet apparent classicisme semble là afin de laisser la place au sous-texte rempli d’injustices, de haine et de racisme qui est au cœur du récit : les mages issus du peuple sont méprisés par certains nobles, ces derniers complotent et détruisent pour servir leurs propres intérêts, les elfes sont pourchassés, torturés et réduits en esclavage tandis que les pays voisins rasent les campagnes et leurs populations. Bref rien ne va pour le mieux au royaume d’Anrid.

Et c’est ce que va découvrir Liam, notre héros. Doué de magie depuis son enfance mais caché par ses parents afin de ne pas être enrôlé dans la guerre qui s’enlise, il menait une vie simple à la campagne… Mais le jour où la guerre les rattrape et que son village est attaqué par le pays voisin détruisant au passage tout ce à quoi il tenait, Liam n’a d’autre choix que d’accepter son destin et partir pour une des grandes académies de magie. Pourtant incroyablement doué, il découvre alors les injustices et la dure réalité de la grande ville et plus globalement du royaume… Il jure alors en secret de se servir de ses immenses pouvoirs afin de détruire le monde existant pour en récréer un plus juste.

Liam est un personnage qui passe par beaucoup d’archétypes durant ce premier tome. D’abord jeune héros en pleine initiation au monde qui l’entoure, naïf et jovial, toujours en quête de savoir, il se change au fur et à mesure de ses expériences en homme désillusionné, froid et en colère contre le monde entier. Personnellement, je me suis plutôt attachée à Liam, il représente assez bien ce que nous ressentons en grandissant lorsque nous nous rendons compte que le monde est moins bien et plus injuste que ce que nous pensions. De plus sa quête de tout détruire pour recréer un monde meilleur me parle et je pense parle à énormément de monde aujourd’hui.

On a envie de savoir ce qu’il va faire, s’il va y parvenir mais surtout s’il sera le héros ou le monstre de cette histoire. J’ai hâte de voir son évolution au fil des tomes car j’aime profondément les personnages qui naviguent sur la ligne entre le bien et le mal. J’ai bien envie aussi d’en apprendre plus sur l’origine de ses pouvoirs qui est légèrement abordée dans ce premier tome, juste assez pour nous mettre l’eau à la bouche…

Cependant, il y a un point qui m’interroge et m’inquiète pour la suite : comme je l’ai dit plus tôt Liam est extrêmement doué, décrit comme un des meilleurs élèves jamais formés dans son académie qui accueille déjà uniquement les plus talentueux sur concours. Mais non content d’être simplement doué, il se découvre au milieu de l’histoire un pouvoir unique, un phénix au pouvoir destructeur et à l’intelligence étrange… Oui, Liam est un mary sue. Un personnage parmi les plus puissants de son univers. Et ce genre de personnages est difficile à gérer, surtout quand il s’agit du personnage principal. Je me demande et j’espère si Arthur Sibony va réussir à proposer des défis et des obstacles intéressants et forts à son héros malgré sa puissance magique. Entre nous, je pense que Liam va devenir son principal ennemi et devoir lutter contre ses démons intérieurs mais c’est à voir…

Les autres personnages sont en général plutôt bien écrits et agréables à suivre même s’ils sont beaucoup moins marquants ou originaux que Liam. J’ai cependant une certaine affection pour le mage royal, qui appartient à un archétype de personnages que j’aime beaucoup également. C’est un personnage expérimenté qui connait la dure réalité du monde et qui n’hésite pas à utiliser au maximum les moyens à sa disposition pour faire ce qui lui semble bien. Il pourrait se poser comme un adversaire intéressant à la morale de Liam.

En ce qui concerne le reste du récit, les péripéties s’enchainent bien, on ne s’ennuie pas. Le style est quant à lui très fluide, notamment exempt de descriptions à rallonges, et permet à L’Eveil du Phénix d’être un roman très agréable qui se lit rapidement sans se lasser.  

Le seul point qui laisse à désirer à ce niveau est la romance. En effet, j’ai trouvé qu’elle a été introduite de façon plutôt abrupte, presque brutale, à la fin du tome. Elle ne sonne pour l’instant pas très vraie et surtout pas vraiment nécessaire. Peut-être qu’au fur et à mesure des tomes elle s’améliorera et apportera réellement quelque chose mais pour l’instant je trouve sa présence un peu injustifiée et presque désagréable.

Enfin, j’aimerais glisser un mot sur le format physique en lui-même. Malgré quelques choix que je trouve étranges, notamment au niveau de la couleur des textes sur la couverture, le livre est de très bonne qualité pour une autoédition. La couverture est rigide et solide, le papier très agréable mais surtout le texte très bien mis en page et facile à lire grâce à sa typographie pourtant inhabituelle.

En conclusion, même si ca ne sera pas forcément une référence indiscutable dans ce genre, L’Eveil du Phénix se place comme un très bon roman d’heroic-fantasy à la limite de la Dark Fantasy… Mélange de magie, d’injustices sociales et de complots, il est très agréable à lire notamment grâce à Liam qui est un personnage plutôt original. J’ai hâte de savoir comment Arthur Sibony va réussir à développer son personnage et les différents enjeux autour… Le monde doit-il brûler ? Liam tombera-t-il finalement dans les ténèbres ? Beaucoup de questions restent en suspens. Si vous aimez ce genre d’aventures, je pense très sincèrement que vous devriez laisser sa chance à Lysarian et à son jeune auteur.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Lysarian – T1 : L’éveil du Phénix, roman de fantasy autoédité

Plateformes :

Editeur : Arthur Sibony

Développeur : Arthur Sibony

PEGI : 12+

Prix : 14,99 € en broché, 3,99 € au format numérique

Lysarian – T1 : L’éveil du Phénix, roman de fantasy autoédité

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 8/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0