Skull and Bones (PC, PS5, Xbox Series)

 

Publié le Vendredi 1 mars 2024 à 12:00:00 par Sylvain Morgant

 

Test Skull and Bones (PC, PS5, Xbox Series)

Ectoplasme à roulettes

imageDéveloppé par Ubisoft Singapour, Skull & Bones a été présenté pour la première fois au public lors de l'E3 2017. D'abord prévu pour l'automne 2018, il a été repoussé maintes et maintes fois ; à tel point qu'on a cru qu'il avait été annulé… pour finir par échouer sur nos consoles et PC en ce début d'année 2024.

Jeu en ligne massive multi-joueurs, Skull & Bones vous met dans la peau d'un jeune (ou d'une jeune) loup de mer fraichement échoué sur les îles de la côte est de l'Afrique. Vous allez donc parcourir l'océan Indien pour amasser richesses et renommée, et devenir le plus riche et le plus puissant des pirates.

A vous les pillages, le grand large, les abordages, parcourir les océans en pleine tempête, les jambes de bois et les pavillons noirs !

Enfin, ça, c'était ce qu'on nous a vendu…

Par chance, le jeu d'Ubisoft n'est pas un clone de Sea of Thieves. Chance car il n'a pas à subir la comparaison. S&B est orienté arcade et est totalement jouable tout seul, là où SoT vous demandera d'avoir soit plein de bras soit plein d'amis pour gérer correctement votre navire. Niveau look aussi la comparaison ne se fait pas. SoT est très cartoon alors que S&B est plus réaliste. Donc si les jeux sont tous les deux des MMO "pirates", ils n'ont en réalité rien à voir.

 Cependant, si Skull & Bones doit subir la comparaison avec un autre jeu dans le monde des pirates : Assassin's Creed Black Flag. Et malheureusement, ce n'est pas à son avantage.

Après plus de 50h de jeu, après avoir écumé toute la carte du jeu (et elle est grande cette carte !), le constat nous fait parodier le célèbre docteur Ian Malcom : "Est-ce que vous avez prévu des pirates dans votre jeu de pirate ?". On a plus l'impression d'être un livreur Fedex plutôt qu'un pirate...

Mais nous y reviendrons plus tard.


imageCommençons par le commencement : le gameplay.

Typé arcade, il est très facile à prendre en main. Le bateau se dirige très facilement, on comprend vite comment gérer le vent ainsi que les vagues pour se déplacer sur cet océan gigantesque parsemé de nombreuses îles. Souquer les artimuses n'a jamais été aussi simple… depuis Black Flag. Car oui, pardon de le dire, mais c'est exactement le même "gameplay maritime" que dans le jeu de 2013. On retrouve les mêmes sensations, les mêmes réflexes, les mêmes astuces, et finalement les mêmes façons de jouer qu'il y a 10 ans… alors oui, y a une nouvelle gestion de la balistique des armes mais ça ne change en rien ce que l'on a connu.

Bref, c'est tout pareil mais différent. Parce qu'on a quand même pas mal de régression.

Vous pensiez pouvoir hurler "A l'abordage !" en volant le bateau d'un joueur adverse ou d'un PNJ ?

imageOubliez tout de suite. Piller un fort ou un navire ennemi, ça revient à appuyer sur un bouton, regarder une cinématique de 5 secondes et rien d'autre… Bon, d'accord, dans le cadre des forts, il faut éliminer les navires qui arrivent en renfort. Mais sinon, pas de réelle séquence de pillage ou d'abordage au programme. Encore une fois, c'est une très grosse régression par rapport à Black Flag.

Oui, désolé d'y revenir sans cesse mais plaignez-vous à Ubisoft si les deux jeux sont si similaires !

Autre chose "amusante" (sic), votre personnage dans le jeu, c'est le bateau. Pas votre avatar numérique muet qui vous servira uniquement à vous déplacer de vendeur et vendeur dans les 2 uniques villes et les trop nombreux avant-postes. Ah tiens, en parlant des avant-postes, ils sont TOUS organisés de la même façon, avec les mêmes PNJ qui vous vendront exactement les mêmes choses ! Du copier/coller !

Dernier point sur le gameplay avant de passer à la technique : le principe même du jeu. Encore une fois, quand vous pensez pirate, vous pensez à quoi ? Drapeau Noir, bateau, pillage, coffres remplis d'or, abordages et canons j'imagine.


imagePour Ubisoft, un pirate, c'est un livreur Fedex.

Un type qui ne va pas aller voler le bateau d'un concurrent mais qui va traverser les océans pour couper du bois et extraire le métal puis aller à la fonderie du coin pour ensuite filer le tout au charpentier du coin pour qu'il lui construise son bateau…

Oui, dans Skull & Bones, on est un pirate honnête, qui ne fait pas de mal à ses copains et qui passe sont temps à récolter des matériaux pour construire lui-même son bateau, ses canons… Et qui aussi récolte ce qu'il faut pour produire du rhum et du whisky de contrebande pour aller le livrer ensuite…

Et n'espérez pas gérer une flotte de navires, a priori, ce n'est pas au programme.

Maintenant qu'on est bien chaud, passons à la technique.

Alors, comment le dire calmement ?

imageBien qu'il soit en développement depuis près de 10 ans, S&B est techniquement dépassé. Et rempli de bugs.

Des textures et des modèles 3D peu détaillés et qui mettent plusieurs secondes pour être chargés. Des PNJ et des bateaux PNJ qui se ressemblent tous. Une absence d'effet "trempé" quand votre personnage sort de l'eau, des murs invisibles. Un beau panel pour un jeu estampillé 2024.

Mais ce qui dérange le plus finalement, c'est un nombre incroyable de bugs divers et variés. Des messages en anglais dans un jeu en français. Des textures absentes ou remplacées par des textures arc-en-ciel. Des interactions qui ne se lancent pas ou qui bloquent parce que le menu déclencheur n'est pas apparu. Des messages liés à l'end-game qui apparaissent aléatoirement pendant le mode histoire. Et l'un des plus beau : pendant une cinématique, les dialogues joués par des acteurs ont été remplacés par des phrases énoncées par une IA…

imageCe qui nous fait poser une question : Comment est-ce possible ?

Quand Ubisoft ose nous vendre ce jeu comme, non pas un AAA mais comme un AAAA et qu'on voit le résultat, on peut se demander honnêtement si les joueurs ne sont pas pris pour des idiots.

Alors oui, les bugs peuvent être corrigés via des patchs tout comme certaines fonctionnalités qui peuvent être rajoutées post-sortie.

Mais quand même. Près de 10 ans de développement pour ça ?

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Skull and Bones (PC, PS5, Xbox Series)

Plateformes : PC - PS5 - Xbox Series

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

PEGI : 18+

Prix : 59,99 €

Aller sur le site officiel

Skull and Bones (PC, PS5, Xbox Series)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 3/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0