Chrono Trigger (DS)

 

Publié le Jeudi 26 février 2009 à 12:13:16 par Vincent Cordovado

 

[Test] Chrono Trigger (DS)

1996 nous voilà

13 ans. C'est le temps qu'il aura fallu à Chrono et ses amis pour trouver le chemin de notre vieux continent. Sorti en 1996, le titre de Square Soft avait pourtant fait l'effet d'une bombe sur Super Nes, avec des graphismes splendides, une bande son magnifique et surtout une histoire palpitante. Mais voilà, le titre est sorti uniquement au Japon et aux USA, l'Europe étant laissée pour compte. _

Square Enix tente donc de réparer son erreur en nous proposant un portage de son célèbre RPG sur la console portable de Nintendo. Chrono Trigger, c'est avant tout une histoire bien ficelée. _

L'histoire est celle de Chrono, un jeune homme de 17 ans, qui se rend à la fête du Millénaire organisée pour les 1000 ans du royaume de Gardia. Là-bas, le jeune homme y fait la connaissance de Marle, une demoiselle en possession d'un pendentif mystérieux. Les deux adolescents décident d'aller voir ensemble la présentation de la nouvelle machine de Lucca, la meilleure amie de Chrono. Cette nouvelle invention n'est autre qu'un téléporteur. Chrono s'y essaie et l'appareil fonctionne bien. Marle tente à son tour l'expérience. Mais comme vous vous en doutez, l'expérience tourne mal. En effet, le pendentif de Marle réagit avec le téléporteur est ouvre un vortex dans lequel cette dernière se retrouve aspirée sous un public médusé. Chrono décide alors de lui porter secours, ramasse le pendentif et se retrouve lui aussi aspiré par le vortex. Il arrive alors 400 ans dans le passé. Et ceci n'est que le début d'une longue série de voyages dans le temps.

En effet, l'histoire navigue entre différentes époques dans lesquels Chrono et ses amis vont apprendre que le monde court à sa perte et qu'une entité du nom de Lavos, dont l'existence est liée à l'histoire de la planète, va réduire le monde à néant. _ Même si le scénario n'est pas spécialement (aujourd'hui) original et qu'on y retrouve l'éternel cliché du 'on n'est que des ados mais on va quand même sauver le monde parce qu'il n'y a que nous qui pouvont le faire', la mise en scène et le rythme de l'histoire sont bons. On ne s'ennuie pas, ou peu, et les évènements s'enchainent et s'imbriquent parfaitement. Il y a quelque chose d'épique dans l'aventure et ce sentiment est renforcé par la bande son que nous ont concocté Yasunori Mitsuda et Nobuo Uematsu. Finalement, on arrive à la fin du jeu sans trop s'en rendre compte. _

Sachez que pour finir l'aventure, une quinzaine d'heures de jeu est nécessaire et qu'il est possible de débloquer 13 fins différentes grâce au mode New Game +. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, les 13 fins sont déblocables en seulement 2 parties. Comme tout RPG qui se respecte, Chrono Trigger c'est aussi des monstres et des combats. Et il va falloir s'en farcir un paquet, si on ne veut pas se prendre une raclée dès le premier boss venu. Ici, contrairement à la grande majorité de titres du genre de l'époque, les combats ne sont pas aléatoires et ça fait bien plaisir. Finis les combats tous les 5 pas, qui personnellement m'horripilent. Les ennemis apparaissent à l'écran et à vous de voir si vous voulez les combattre ou non, même si certains combats sont impossibles à éviter. Si vous choisissez de les affrontez, le jeu passe alors en mode combat, sans transition. Le jeu étant réalisé par Square Soft, il propose, comme dans les Final Fantasy de l'époque, un système d' Active Time Battle, jauge qui se remplit au fur et a mesure du temps et qui vous permet d'attaquer une fois cette dernière pleine. _

La magie est de la partie et chaque personnage possède un type de magie élémentaire. Les équipes étant limitées à trois personnages, il va donc falloir choisir avec soin sa composition. Surtout contre les boss, dont certains demandent une réelle stratégie pour être vaincus. Et pour compléter le tableau, il est possible d'unir les forces de nos héros, pour qu'ils attaquent à deux ou à trois en même temps, afin de faire des attaques dévastatrices. C'est très simple, et diablement efficace. Cette version DS se voit dotée de quelques ajouts par rapport à la version Super Nes. Entre autres, 2 donjons ont été rajoutés ainsi qu'un mode de dressage de monstre qui permet de faire des combats contre la console ou un ami, via le Wifi de la machine. De plus, les cinématiques faites lors de la réédition du jeu sur Playstation sont intégrées dans la cartouche. Un mode bonus est également présent et contient toutes les cinématiques du jeu (dont celles des fins), les musiques, ainsi qu'un bestiaire. Et enfin, le titre a été adapté pour être entièrement jouable au stylet, mais les déplacements y deviennent vraiment lourds. Mais voilà, malgré les nombreuses qualités du titre, il y a quelque chose qui me chiffonne grandement.

En effet, on ne se retrouve ni plus ni moins qu'avec la copie exacte de l'épisode Super Nes dont seule la jouabilité est remise au goût du jour. Alors certes, il y a bien les quelques ajouts (largement dispensables, au passage) cités ci-dessus et le fait que le soft soit dans la langue de Molière, mais quand même. Là où d'autres titres de Square Enix comme Final Fantasy III et IV ou Dragon Quest V jouent la carte du renouveau, avec un lifting complet de la tête au pied, ici, on a le droit au minimum syndical. Quelques bricoles et c'est tout. Et à 40' le jeu, je tire la sonnette d'alarme parce que c'est clairement de l'abus. Bref, un jeu à conseiller à ceux qui ne sont pas dérangés par le fait de payer un portage au prix fort ou à ceux qui se tournent vers l'occasion, surtout l'occasion. Alors certains vont me dire: "Vincent, au bûcher" mais qu'importe. Chrono Trigger, bien qu'étant un bon jeu, est l'exemple même de la flemmardise de certains développeurs. Et vas-y que je te porte mon jeu avec quelques ajouts et que je te vends le tout au prix d'un jeu original. Non, non et non. Nostalgie ou pas, faut pas déconner. A prix réduit oui, mais à ce prix là, non.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Chrono Trigger (DS)

Plateformes : DS

Editeur : Koch Media

Développeur : Square Enix

PEGI : {PEGI}

Prix :

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 3/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

0