Resistance Burning Skies (PS Vita)

 

Publié le Mercredi 30 mai 2012 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Resistance Burning Skies (PS Vita)

Oulala, c'est pas bon du tout ça...

imageAprès avoir fait les beaux jours de la PS3, la série Resistance débarque sur PS Vita. Exit Insomniac Games, les développeurs originels. Ce sont les américains de Nihilistic Software, à qui l’on doit notamment Vampire La Mascarade (2000) ou plus récemment PlayStation Move Heroes (2011) qui s’y colle.

Resistance Burning Skies raconte une histoire parallèle à celle de Nathan Hale. Nous sommes en 1951. Tom Riley est pompier à New York. Appelé sur un incendie, il va rapidement se rendre compte qu’en guise de simple foyer, il s’agit d’une invasion alien. Les Chimères sont là. Commencée hache en main, l’aventure va rapidement se poursuivre avec des armes empruntées sur le corps de ses ennemis… comme de ses alliés. Car la résistance s’organise peu à peu et, Tom Riley va en devenir rapidement le symbole. De rues dévastées en bâtiments en ruine, il va se dresser contre des ennemis toujours plus nombreux, toujours plus puissants…

Un FPS sur PS Vita. Quelle bonne idée. On attendait vraiment le genre au tournant. Et effectivement, force est de constater que les deux sticks de la console sont un atout non négligeable et offrent finalement une jouabilité très similaire à celle des manettes de consoles de salon. Autrement dit, le FPS sur PS Vita, c’est du tout bon. Sur le papier tout du moins. Car s’il n’y a pas grand-chose à redire sur la maniabilité du titre, tout le reste est bon à jeter, en fin de compte.

screenscreenscreen

screenResistance Burning Skies est une enfilade de couloirs vides, dénués de détails, avec des textures hideuses. A se demander si le jeu n’a finalement pas été développé sur PSP et adapté à la va-vite sur Vita. Un graphisme indigne de la puissance de la console, que ne rattrapent pas des animations souffreteuses. Bref, c’est moche. Décors comme personnages, en passant par les effets lumineux.

Et le jeu enquille les défauts comme autant de trophées. Le level design est peu inspiré. Les niveaux sont pénibles à parcourir, avec des portes fermées, des couloirs interminables, un manque de cohérence, le tout servi par un scénario franchement mal exploité, mal raconté, et finalement insipide.

screenMais ce n’est pas tout… Les lieux sont souvent d’un vide abyssal et les ennemis, regroupés en escouades, se font souvent rares avant de débarquer par vingtaines. Vu leur IA à peine digne d’un poulpe prédicteur de score de match de football, on les dégomme sans passion, sans vraiment s’investir dans cette histoire qui finalement lorgne nettement plus de la série Z des années 50 que du film de science-fiction à gros budget.

Pas vraiment varié, avec une étonnante absence d’ambiance sonore (elle viendra avec un patch ou c’est vraiment un choix délibéré ?), doté d’une durée de vie de 6 heures et d’un multijoueur aussi plat que l’aventure solo et, surtout, pas vraiment fréquenté (deathmatch, team deathmatch, Infection), voilà finalement une belle déception sur PS Vita.

La série avait réussi à redorer son blason et offrir un 3ème opus de qualité sur PS3, la voilà massacrée, anéantie, par un ersatz de jeu, une sombre bouse qui ne vaut pas tripette. A oublier bien vite.

 
image



 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Resistance Burning Skies (PS Vita)

Plateformes : PSP

Editeur : Sony

Développeur : Nihilistic

PEGI : 16+

Prix : 50 €

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 2/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Resistance Burning Skies (PS Vita) :

0