Disney Infinity (PS3, Xbox 360, Wii U, PC, Wii, 3DS)

 

Publié le Mercredi 11 septembre 2013 à 12:00:00 par Cedric Gasperini

 

Test de Disney Infinity (PS3, Xbox 360, Wii U, PC, Wii, 3DS)

Toys Stories

imageActivision cartonne avec sa série Skylanders qui a même réussi à s’imposer comme les figurines les plus vendues en Europe et aux USA ces deux dernières années. Un succès énorme qui fait forcément des envieux. Il faut dire que ce mélange de jouet et de jeu vidéo est une idée révolutionnaire. Et du coup, Disney a décidé d’aller voir s’ils peuvent grappiller quelques miettes du juteux gâteau.

C’est ainsi que sort Disney Infinity. Avec le même principe que Skylanders : des figurines, un socle où poser les figurines et hop, elles apparaissent dans le jeu vidéo et vous pouvez les contrôler.

La version d’origine contient les figurines de Sully (Monstres et Cie), Jack Sparrow (Pirates des Caraïbes) et Mr Indestructible (du dessin animé éponyme). Différents packs de figurines supplémentaires sont disponibles ou à sortir prochainement dans le commerce : Cars, les méchants (de Pirates des Caraïbes, Monstres et Cie et Indestructible), et j’en passe. Sans oublier les figurines vendues à l’unité. Pas mal de licences Disney sont ainsi représentées, du récent Lone Ranger avec Johnny Depp aux licences pré-citées. On attend Raiponce, Toy Story, Nemo, Wall-E et j’en passe pour les prochaines semaines, voire les prochains mois.

Un autre objet se place sur le socle : c’est lui qui va vous fournir les décors. Ainsi, vous évoluerez donc dans le monde des Indestructibles, de Pirates des Caraïbes ou de Monstres Academy, le nouveau film d’animation Disney/Pixar sorti cet été.

screenscreenscreen

screenNotez que vous pourrez acheter d’autres de ces objets, et donc récupérer d’autres décors. Dans ces décors, donc, vous devrez remplir diverses missions. Assez courtes et simplistes. Aller de A à B. Combattre C. Rapporter D au point E. Aller parler à F. Essayer d’atteindre G. Fumer du H. Enfin plein de trucs à vous en faire réviser votre alphabet. Enfin, il y a des socles à rajouter sur les figurines (vendues à part) qui rajoutent des pouvoirs, des tenues, des moyens de locomotion…

Il faut clairement comprendre que Disney Infinity est un jeu pour enfant. Uniquement destiné aux enfants. Simple, simpliste, ayant des décors très épurés voire décevants pour certains et qui auraient très certainement mérité un plus grand soin. Tout adulte qui y jouera risquerait de trouver ça lassant, répétitif et… pas top, quoi.

screenMais comme dit, le jeu est destiné aux enfants. Et ça fonctionne, en fait. Les enfants choisissent leurs personnages préférés et roule ma poule, ils passent des heures à jouer, à arpenter les niveaux, à faire des missions de temps en temps… mais ils sont conquis parce qu’ils retrouvent des figures connues de leurs dessins animés ou films préférés.
Maintenant, le « hic », c’est qu’il faudra toujours un parent à proximité. Parce qu’une fois exploré les environs, pas très étendus cela dit, ils voudront progresser dans l’aventure et auront parfois besoin d’un petit coup de main. Certaines missions sont peu claires, d’autres un poil complexes…
Il y a un vrai problème de dosage, en fait, dans le jeu, à certains moments.

Malgré tout, cela reste quand même un bonheur d’évoluer dans ces mondes que l’on a vu dans les films, avec les personnages que l’on a connu sur grand et petit écran. De leur donner vie. De vivre ses propres aventures avec eux. Du coup, on plonge quand même et on se laisse prendre au jeu.

screenscreenscreen

screenL’autre principal souci du jeu est également ces figurines. Quand dans Skylanders, on a ses préférées mais au final, on les découvre toutes avec plaisir, le fait de déjà connaître les personnages Disney est clairement bloquant. Par exemple, aucune fille à qui j’ai fait tester le jeu n’a voulu jouer avec Mr Indestructible. La majorité des garçons, eux, n’ont pas été tentés par jouer avec Bob Razowski de Monstres et Cie… Leurs goûts sur les personnages sont déjà affirmés et du coup, les packs risquent parfois de poser problème et certaines figurines risquent d’être délaissées.

Au fil des aventures, vous débloquerez tout un tas d’objets à utiliser dans le mode Toy Box. Ce mode permet de créer des niveaux supplémentaires. Il pose là également quelques problèmes : il faut débloquer pas mal d’objets pour y créer quelque chose de potable. Et il faut aussi que papa ait le temps et l’envie de créer des niveaux pour ses enfants (et y passer des heures).

screenAu final, Disney Infinity est un dilemme. C’est clairement une déception quand on imagine d’une part ce qu’il a coûté (100 millions de dollars, où est passé l’argent ?) et d’autre part quand on imagine toutes les possibilités qu’ils auraient pu faire avec ce genre de concept (virez l’équipe et embauchez-moi pour le deuxième).
Mais malgré tout, ça fonctionne. Ça fonctionne auprès des mômes. Pas aussi bien que Skylanders (même mes filles ont fini par retourner dessus), mais ça fonctionne quand même. Les gamins y retournent de temps en temps, jouent avec les figurines, et puis c’est un nouveau jeu à partager, finalement, entre parents et enfants.
Bref, malgré ses défauts, Disney Infinity réussit à atteindre sa cible. C’est juste ce qu’on lui demandait.

 

 
image

 

 

 

 

Test précédent - Home - Test suivant

 

Disney Infinity (PS3, Xbox 360, Wii U, PC, Wii, 3DS)

Plateformes : PC - Xbox 360 - PS3 - Wii - Wii U - Mobile - 3DS

Editeur : Disney Interactive

Développeur : Avalanche Software

PEGI : 7+

Prix : 70 €

Disney Infinity (PS3, Xbox 360, Wii U, PC, Wii, 3DS)

LA NOTE

LA NOTE DES LECTEURS

note 6/10

Aucune note des lecteurs.
Soyez le premier à voter

Cliquer ici pour voter

 

 

Images du jeu Disney Infinity (PS3, Xbox 360, Wii U, PC, Wii, 3DS) :

0